ESI

Tenue or not tenue… that is the question !

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Ghalia étudiante en soins infirmiers à Saint-Etienne, nous livre une analyse de situation vécue lors d'un stage ; une situation d'hygiène observée dans une unité d'admission en soin psychiatrique. La question de la tenue des soignants dans ce type de service l'a particulièrement interrogée, où comment adapter les bonnes pratiques en vigueur à la réalité des prises en soin des patients. Toujours bien vu…

« L'étonnement » ou comment des étudiants en soins infirmiers racontent leurs premiers questionnements en stage.

Formatrices dans un institut de formation en soins infirmiers Croix-Rouge à Saint-Etienne, Pascale Brisse et Zohra Messaoudi ont demandé à leurs étudiants de 1ere année, dans le cadre de l'unité d'enseignement « Hygiène et infectiologie », de réaliser une analyse de situation à partir d'un « étonnement » vécu lors de leur premier stage. Dans la continuité des trois premiers textes que nous avons publiés en 2015, textes jugés parmi les plus pertinents par leurs enseignantes, voici une nouvelle série qui sera déployée lors des prochains mois. Après les témoignages d'Emeline et de Thomas, voici celui de Ghalia. Merci pour ce partage, il serait en effet dommage que ces riches réflexions de profanes restent anecdotiques.

tenues soignants blouses

Tenue de soins ou tenue de ville… ou un mix des deux … une situation qui interpelle une ESI en stage de psychiatrie.

Dans le cadre de ma formation infirmière, j’ai effectué un stage de cinq semaines dans une unité d’ admission en soin psychiatrique à l’hôpital. Il s’agit d’une unité où sont accueillis des patients atteints de troubles psychiatriques, lorsqu’ils sont en phase aiguë, afin de les stabiliser puis les réorienter vers d’autres lieux de soin. Ce service était composé de trois psychiatres, une cadre de santé, une équipe de jour de dix infirmiers et une équipe de nuit de cinq infirmiers, ainsi que d’agents de service hospitalier. Sa capacité d’accueil était de vingt-deux lits.

La description de la situationPour mon premier jour de stage, j’ai été affectée au poste du matin. C’était ma première expérience professionnelle dans le domaine infirmier et je n’avais aucune connaissance sur le fonctionnement d’un service hospitalier. A mon arrivée, je suis allée en salle de pause car c'était l’heure de la relève avec l’équipe de nuit. Après m'être présentée, les trois infirmiers avec qui j’allais être ce jour-là, Mr...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (4)

Valerianne

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

Le symbolisme de la blouse blanche

Quand je lis : "Elle témoigne du statut privilégié qu’a le soignant, qui détient la connaissance et la rigueur", je me dis que je préfère le choix d'une clinique comme celle de la Borde, où les professionnels soignants ne portent pas de blouse, pour justement maintenir une égalité entre patients et soignants.

Tant que certains professionnels penseront que ce sont eux qui détiennent "la connaissance", et qu'ils ont un "statut privilégié", la psychiatrie restera à l'âge de pierre... Les patients ont aussi beaucoup à apprendre aux soignants, et un bon projet thérapeutique, c'est celui qui se construit dans une relation de partenariat, où chacun estime à avoir à apprendre de l'autre.

Je recommande à cette jeune infirmière de s'intéresser au courant de la psychothérapie institutionnelle (Tosquelles, Oury...), même si cela risque de la déstabiliser dans ses idées.

Cf un lien parmi d'autres : http://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks-14-15/la-borde-une-clinique-psychiatrique-toujours-hors-norme

caramel8

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

...

Actuellement étudiante infirmière en fin de deuxième année , j'ai aussi été confrontée à la différence être la théorie et la pratique , je le suis d'ailleurs encore .
Je trouve que son interrogation est bonne. Que le fait de se remettre en question et de chercher des réponses à ses interrogations fera d'elle une bonne professionnel , la différence avec cette étudiante et les autres où certains professionnels , c'est que elle , elle n'applique pas bêtement sans réfléchir . Et ça , ça fait avancer les choses méme si ce n'est qu'une première année , premier stage ! Je n'ai peut être pas compris les réactions commentés , mais de dire qu'elle devrait devenir cadre ou prévoir un reconversation ça me fait doucement rire . La personne devrait peut être se pose les mêmes questions . Une des bases du métier d'infirmier est de ne pas rester sur des acquis et avoir l'esprit ouvert ... Puis, pointer du doigts la syntaxe ou l'orthographe on s'en fiche, c'est l'idee !
Qui ne fait jamais de faute ? Qui est parfait ? Je préfère rencontrer une infirmière qui fait des fautes de français mais qui est fidèle à ses valeurs et qui pensera au mieux à ses patients ,aux risques , plutôt qu'une infirmière professeur de français qui n'évolue pas et continue de prodiguer des soins sans avoir actualisé ses connaissances sur les méthodes de travail et les risques ( elle a pris la tenue professionnelle en exemple , je prend celui des alliances , nombreux sont les infirmiers qui ne veulent pas les quitter car " ils ne l'ont jamais fait " alors pourquoi le faire maintenant ? ...)
J'ai travaillé en tant que professionnelle , et j'ai effectuée des stages en tant qu'étudiante , je sais donc de quoi je parle malgré que je ne sois qu'une simple " étudiante " . C'est vrai qu'il faut s'adapter à la réalité , aux patients et qu'on ne peut pas toujours faire comme on le voudrait,comme on nous a appris, mais après il ne faut pas confondre " vouloir " et " pouvoir " (Veuillez m'excuser pour les fautes.)

Lolo7671

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

Ouahhhhh

IDE depuis 2003 ,je me suis certe questionne pendant mes études puis lors de mes confrontations à la réalité du terrain néanmoins je te souhaite beaucoup de courage car la vie est adaptation....
Ne pas nuire ,faire de son mieux et aider ,ne pas juger ..... Ça c'est ma philosophie professionnelle...après si tu commence à tout analyser et (je sais que c'est l'époque )et à critiquer les pratiques de tes aînés en poste .... Devient rapidement cadre ou fait comme beaucoup prévoit déjà ta reconversion .... Ah et fait des stages au SAMU voir les conditions de pratique chez les patients incurique aux maisons remplis de déchets et de rats ou encore va à la bspp t'occuper des noyés ou des toxicos. ( la Seine est sale et le vomis c'est pas terrible ,le trottoir et le caniveau c'est bof ...)
Ah et puis sinon va a l armée la poussière c'est pas terrible ;-)
Enfin respect et reste open !!!

binoute1

Avatar de l'utilisateur

590 commentaires

#1

sujte pas trop mal traité

avec quelques points bizarrement interprétés,

mais l'étudiante a du perdre pas mal de points à cause de l’orthographe et de la syntaxe ; dommage