FORMATION EN IFSI

ESI version 2009 : mieux (se) comprendre pour mieux évoluer

Cet article fait partie du dossier :

Formation en ifsi

Chaque année, plusieurs dizaines de milliers d’étudiants franchissent les portes des instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) pour leur rentrée. En septembre 2017, une huitième promotion a ainsi « bénéficié » du référentiel de formation de 2009. Qu’a concrètement changé cette réforme ?

Définition officielle du métier

Évaluer l’état de santé d’une personne et analyser les situations de soins ; concevoir et définir des projets de soins personnalisés ; planifier des soins, les prodiguer et les évaluer ; mettre en œuvre des traitements. Les infirmiers dispensent des soins de nature préventive, curative ou palliative, visant promouvoir, maintenir et restaurer la santé, ils contribuent à l’éducation à la santé et à l’accompagnement des personnes ou des groupes dans leur parcours de soins en lien avec leur projet de vie. Les infirmiers interviennent dans le cadre d’une équipe pluriprofessionnelle, dans des structures et à domicile, de manière autonome et en collaboration. À noter que la profession infirmière dispose de son code de déontologie publié dans le journal officiel le 27 novembre 2016. Il comprend ainsi l'ensemble des droits et devoirs des infirmiers, quels que soient leurs modes ou lieux d'exercice.

étudiante bibliothèque tablette

Depuis la réforme de 2009, comment évolue la formation en soins infirmiers ? D'un point de vue étudiants, formateurs et tuteurs de stage...

Bénéficier ? Est-ce bien le mot approprié tant il est courant d’entendre encore dans les unités de soins le « nouveau diplôme » et les différentes critiques dont il fait l’objet… Depuis la rentrée de septembre 2009, le microcosme des infirmiers français a vu sa formation évoluer. Et comme tout changement, cela a entraîne de nombreuses résistances. Résistances dont les étudiants en soins infirmiers et jeunes diplômés témoignent encore huit années après la mise en œuvre de cette réforme. En tant qu’infirmier, j’ai appris à émettre des hypothèses. J’émets donc ici l’hypothèse que ces résistances sont liées à des incompréhensions de la part des étudiants et des professionnels mais également à un climat soci(ét)al peu propice à la prise en charge des étudiants.

Car oui, il apparaît de nos jours que l’accompagnement des étudiants en soins infirmiers est une charge pour les professionnels… Est-ce une nouveauté ? Je n’en suis pas certain. Je n’ai pas une carrière bien longue certes, mais d’aussi loin que ma mémoire remonte, j’entends des étudiants et des formateurs raconter des professionnels disant ne pas pouvoir encadrer les étudiants (au sens propre comme au figuré). Ce qui est nouveau, ce sont les prétextes liés au référentiel de formation de 2009 : le portfolio trop complexe, les unités d’enseignements mal organisées, trop peu de stages… Et ces arguments ne se trouvent pas que dans la bouche des infirmiers formés avant 2009, même des infirmiers formés dans la mouture 2009 répètent ces prétextes…

Soci(ét)al, vous avez dit soci(ét)al

En ce qui concerne le climat soci(ét)al, il est pour moi indissociable des conditions d’accompagnement des étudiants en soins infirmiers. En effet, dans une société où les moyens ne sont pas pour l’ensemble des acteurs en accord avec les besoins, il se crée une fracture. Il n’est pas question ici d’incriminer qui que ce soit, je ne vois que peu d’intérêt à cela. Par contre il est indispensable de questionner le climat soci(ét)al dans la mise en stage des étudiants et dans leur apprentissage.

Une histoire de distance

Un autre point de fracture peut se trouver également dans la distance entre instituts de formation et terrains de pratique. Le manque de connaissance du travail de l’autre a toujours favorisé la déconnexion. Et cela est valable dans les deux sens. L’universitarisation n’est pas forcément une aide. Elle est parfois interprétée comme une mise à distance de la pratique réelle du terrain pour être remplacé par une version théorisée de la pratique soignante. Et les étudiants ne mettent pas longtemps à s’en apercevoir… Il y a donc une nécessité à se rencontrer, à créer des ponts entre terrain et formation pour que la formation soit la plus proche possible des besoins du terrain.

Et les étudiants dans tout ça ?

Comment expliquer que certains jeunes professionnels, tout juste diplômés, puissent dire à un étudiant qu’ils ne comprennent pas le portfolio et ne savent pas comment l’évaluer ? Pour avoir travaillé sur les différences générationnelles, je ne pense pas que la génération soit un argument recevable. Il apparaît donc une compréhension difficile d’un outil utilisé pendant trois ans… Comment cet outil est-il présenté ? Quel sens lui est-il donné ? Les critiques dans les unités de soins ne sont-elles pas influentes dans ce processus de rejet du portfolio par les étudiants… ?

À suivre

Je m’attaque donc peut-être ici à une montagne, un chemin dans le brouillard, mais il me semble intéressant de venir proposer ma lecture du référentiel actuel de formation et de différents points. Je ne suis pas là pour faire du prosélytisme, non, juste pour favoriser la compréhension de chacun pour avancer ensemble.

Cette série d’articles s’adresse à plusieurs publics :

  • les étudiants et futurs étudiants en soins infirmiers : ils sont le centre du dispositif de formation, ce sont les premiers à pouvoir défendre et valoriser leur formation en étant eux aussi pédagogues ;
  • les infirmiers, aides-soignants , et tous les professionnels de proximité : ils sont proches des étudiants au quotidien en stage, pour mieux se comprendre peut-être peut-on mieux se connaître ;
  • les infirmiers tuteurs de stage  : formés ou non, volontaires ou pas, ils ont un rôle de référent dans les unités de soins pour accompagner les étudiants mais également les équipes durant le déroulé des stages ;
  • les cadres de santé ou maîtres de stage : ils sont un maillon indispensable dans les stages des étudiants en soins infirmiers et eux aussi ont un rôle de pédagogue auprès des équipes de soins. Une partie plus spécifique sera également consacrée à l’impact des stages et de l’accompagnement des étudiants sur le management d’une équipe.

L'arrêté du 7 avril 2017, publié le 14 avril au Journal Officiel, fixe le nombre d'étudiants à admettre en première année d'études en soins infirmiers à 30 947 pour l'année scolaire 2017-2018, soit 50 places de moins par rapport à 2016-2017. En voici la répartition régionale :

  • Auvergne - Rhône-Alpes : 3 565
  • Bourgogne - Franche-Compté : 1 350
  • Bretagne : 1 182
  • Centre - Val de Loire : 1 166
  • Corse : 120
  • Grand-Est : 2 747
  • Guadeloupe : 122
  • Guyane : 60
  • Hauts-de-France : 3 733
  • Île-de-France : 6 540
  • La Réunion : 218
  • Martinique : 85
  • Mayotte : 30
  • Normandie : 1 520
  • Nouvelle Aquitaine : 2 656
  • Occitanie : 2 144
  • Pays de la Loire : 1 350
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur : 2 359

Creative Commons License

Cadre de santé formateur Rédacteur Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (24)

Aline_Lomb

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#25

IFSI Auxerre

Bonjour, je rentre à l'ifsi d'auxerre dans l'Yonne à la rentrée, ça fait plusieurs jours que je cherche des informations concernant la première année à l'école d'inf mais j'ai encore trouvé aucun forum qui puisse m'aider.
J'espère que certains d'entre vous pourront enfin me renseigner.

Jade-Inès18

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#24

Programme de formation des étudiants en soins infirmiers

Bonjour,
J'ai 16 ans et je souhaite devenir infirmière puéricultrice.
Je me pose une question : Y-a-t-il des mathématiques durant les études d'infirmières ? Pendant les années de spécialisation en puériculture ?
Merci de votre réponse !
Jade-Inès

betichoux

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#23

As et competences ?

-je suis as depuis 7 ans et 13 ans d'ancienneté..
es ce que certaines compétences ou modules
me seront dispensés? et lesquels ? merci

-peut on négocier les lieux de stages(prêt du domiciel?)

-j'aimerai avoir un avis d ide maman comment ont elles gérés "la chose" école, stage ,vie de famille?

Merci.

mathou63

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#22

question

Bonjour, je vais passer des concours pour rentré en école d'infirmière, je voudrais savoir si quand on est en stage durant les 3 ans est qu'on est en stage pendant les week end aussi ?

Guiguidu64

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#21

Rentrée en prépa iFSI

Bonjour, je suis en terminale et à la rentrée, je devrai intégrer le DUCSS de la fac de Pau et je voudrai savoir un peu comment ça se passe, avoir au moins un témoignage, pour savoir un peu dans quoi je devrai m'orienter (j'attend la réponse du DUCSS entre le 8 et le 13 juin).
Merci d'avence.

Sarah lili

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#19

Renseignement

Salut tout le monde , je souhaite savoir comment intégrer l'ifsi ?? merci d'avance

julien l'infirmier

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#18

informations

bonjours je m'adresse aux étudiants infirmier(e)s, je rentre à l'ifsi de Tenon au mois de septembre et j'aurais aimé avoir des renseignements sur cet ifsi pour ne pas plonger directement dans l'inconnu
merci :)

jjland83

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#17

Commentaire

Je ne suis pas certain que le terme "lamentable" puisse être utilisé ainsi. Vous ne pouvez pas comparer les formations entre elles. Et globalement les nouvelles promotions, avec le programme de 2009 ne souffrent pas d'un manque de formation, on leur reconnaît un questionnement plus conséquent, et une aptitude d'adaptation différente, mais ils apprennent autrement, ça c'est certain. La Suisse est un pays très intéressant pour évaluer les formations entre elles. Le recrutement Suisse pioche dans tous les pays européens et les IDE formées en France ont encore toute leur estime et considération. Pas sur que les Suisse trouvent lamentables la formation française. Maintenant qu'il y ait des terrains de stage non conformes avec le cahier des charges prévu dans le programme de 2009 c'est une chose. Mais ce n'est pas le programme de formation qui est en cause. Et déjà avant 2009 on connaissait quelques terrains de stages où le stagiaire rimait avec personnel d'appoint. Les mentalités changent et certains stages disparaissent des Ifsi. Faites un retour circonstancié dans votre Ifsi. Pour répondre à votrre dernière phrase, non ce que vous décrivez n'est pas la réforme de 2009.

framar1

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#16

stages

Je ne sais pas si c'est le nouveau programme qui le veut, mais je trouve la formation des infirmières en France lamentable!!!! Je suis diplômée de 1984, d'un pays européen, et dans ce même pays, j'ai toujours des contacts, les formations en IFSI ne sont pas comme ici.
Ma fille est en 2e année IFSI. Première année: un stage en maladies infectieuses, et un 2e en maison de retraite.Pendant son 2e stage, elle s'est souvent trouvé dans le service sans infirmière à ses côtés, et en plus, elle devait effectuer les taches infirmières. Qu'est ce que ça veut dire!!! Personne pour la guider, ce n'est pas comme ça qu'on apprend le métier!!!!
Cette année; 1er stage en maison de retraite, et c'est son stage 'psychiatrie'. Comme l'an dernier, il n'y a qu'une infirmière à mi temps dans le service, donc elle se retrouve encore souvent seule sans référent de stage!! C'est lamentable!!! si c'est ça la reforme, bravo!!!

chacha64

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#15

réforme 2010

bonjour,je suis as depuis 20ans pour nous la réforme passe aussi par celle des concours et enfin nous concidére!!!pour les cours,toujrs du boulot car la scolarité est à rattrapper car quitter depuis longue date.moins de stage et des ue de validées nous donnerons du temps pour en aval travailler les futurs cours,je suppose.en tout cas je prend cela pour une réelle chance!!!

jjland83

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#14

Passage ancienne vers nouvelle réforme

Bonjour,
pour les redoublements ou les interruptions de scolarité qui nécessitent un passage de l'ancien vers le nouveau programme, l'arrêté du 31 juillet précise dans son article 66 "... A titre transitoire, les étudiants qui redoublent ou qui ont interrompu une formation suivie selon le programme défini par l’arrêté du 23 mar 1992, verront leur situation examinée par la commission d’attribution des crédits. Celle-ci formalisera des propositions de réintégration qui seront soumises à l’avis conforme du conseil pédagogique."
Ce sont des situations qui seront examinés au cas par cas.
Jérôme

poivrecayenne

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#13

Report d'études.

Bonjour,
Comment cela se passera en cas de report d'études (ancienne formule vers nouvelle réforme)?
Par exemple, si l'année en cours(ancienne formule) n'est pas validée, y-aura-t-il des équivalences(ects)pour conserver, les stages, les écrits, msp acquis au cours de cette année ou faudra-t-il reprendre son année à zéro ?

titepupuce30

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#12

plus concret

je suis en première année. les redoublant nous on dit que c'était mieux cette année, pas plus simple mais plus concret: on apprend plus les soins infirmiers, donc, le métier, que dans l'ancien programme d'après eux.
En revanche les exams sont plus durs puisqu'on regroupe toute l'année en 2 évals
et il y a aussi le systeme de credit qui est assez compliqué...
Je préfères néanmoins regrouper les cours par "catégorie" genre endocrino-biabeto,cardio etc plutot que voir le général sur le corps humain (une de nos UE regroupe plusieurs catégories)mais ça permet de voir plus de choses en - de temps

Nicolette

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#11

salaire

Guy : merci pour votre réponse. J'y vois un peu plus claire

diablotinjaune : parce que les nouvelles diplomées dans 3 ans auront 90E de salaire en plus ? Et les "anciennes", comme moi, on sera automatiquement augmentées ? Je n'y crois pas trop ... mais c'est beau de rêver

sebdevil

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#10

Est ce une bonne chose cette réforme???

Ouf, content de ne pas connaître cette réforme, comment ça a l'air compliqué!!! Je rentre en seconde année ( promo 2008/2011 ) et je trouve mieux de valider les modules écrits par disciplines ( cardio, pneumo, infectieux etc...), c plus concret!
L'avantage, pour les ESI de la nouvelle réforme, c qu'ils n'auront pas de MSP comme nous, donc un stress en moins et que la durée de leurs études passe à 36 mois au lieu de 38 mois pour nous!!!
Je sens que même pour les formateurs, ça va être le bazar!!! Toute cette réforme pour seulement 90 euros de salaire en plus!!!!!

guy

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#9

interet nouveau programme

Bonjour

Je vous invite à lire cet article sur « La réforme des études d’infirmières est en marche, Quels en sont les réels changements ? »

https://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/la-formation-en-ifsi/la-reforme-des-etudes-dinfirmieres-est-en-marche-quels-en-sont-les-reels-changements.html


Qui devrait répondre à vos questions

Bonne journée.



Guy ISAMBART

Rédacteur en Chef Infirmiers.com

https://www.infirmiers.com

guy.isambart@infirmiers.com

Nicolette

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#8

intérêt nouvelle réforme

j'ai bien lu le nouveau programme d'étude. Mais à part faire comme dans les universités, je ne voi pas l'intérêt d'uen telle réforme. Si quelq'un peut m'expliquer. Sachant qu les IDE peuvent travailler en Europe...

amandinedinette

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#7

pour être sur d'avoir bien compris

Donc si je comprends bien dite moi si je me trompe, la formation va durer au total 3 ans et non 3 ans et demi???

SCHTROUMPHIE

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

nvelle reforme

OUI BAH NOUS ON PART EN STAGE DS UN MOIS ET POUR LA PREMIERE FOIS CA VA ETRE AVEC LA BOULE AU VENTRE(ACCEUIL des professionnels et de la nvelle reforme...)franchement, pour y etre ca a lair pas mal du tout pour linstant.on va devoir etre tres autonome et nous gerer.de tte facon,les premiers de la nvelle rforme,ca va etre a nous daller expliquer comment ce se passe alors soyez indulgents,on est la et on a envie detre eide merci!

guinnessdrinker

Avatar de l'utilisateur

15 commentaires

#5

Réforme inutile

L'intégration dans le système LMD sous prétexte que c'était là la seule condition à l'équivalence européenne est caduque. En effet, rien n'empêche à ce jour un IDE d'aller travailler en Europe. Cette réforme ne répond pas à la demande de revalorisation du diplôme telle qu'elle est réclamée depuis longtemps. Par revalorisation du diplôme, les professionnel(le)s, réclamaient avant tout une revalorisation de leur profession... Par bien des points que je ne développerai pas ici (trop long), cette réforme me semble plus que discutable.

lafemmeenblanc

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#4

Réforme

Après avoir lu le tableau comparatif, je trouve cette réforme convenable. Reste à savoir comment va-t-elle être concrétement appliquée?

Maximousse

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

programme 2009

Tout à fait d'accord avec shurikenette.
Mais soyons réaliste, il n'est vraiment pas dans l'intérêt de l'Etat de revalorisé la profession d'Infirmier tant qu'il n'y est pas contraint. A nous savoir ce que l'on veut. Ou bien s'imposer encore plus, et faire du bruit, ou... s'écraser sur cette réforme, et en rester là. :/

shurikenette

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

programme 2009

Certes, il fallait créer un nouveau programme compatible avec une reforme LMD et par rapport à l'europe mais il me semble que le vrai enjeu est une dévalorisation de la formation afin de justifier la non augmentation des salaires...ce n'est que mon avis mais je trouve ça lamentable pour notre profession...

Clem-N-teen

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

well

J trouve que c'est bien mieux comme ça !