TFE

TFE – Aller contre ses valeurs, un échec pour l’alliance thérapeutique ?

Cet article fait partie du dossier:

Ethique et soin

    Précédent Suivant

En juin 2017, Ophélie Mauger, alors étudiante en soins infirmiers à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers de Châteaubriant-Nozay-Pouancé (promotion 2014-2017) a soutenu avec succès son travail de fin d'études sur la thématique suivante : « Aller contre ses valeurs, un échec pour l’alliance thérapeutique ? ». Elle souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’Infirmiers.com et nous l'en remercions.

Infirmière

Ophélie a développé, dans son travail de fin d’études, le fait de devoir aller contre ses valeurs et l’influence que cela peut avoir sur le comportement et l’alliance thérapeutique.

Ophélie débute ainsi son travail de recherche : « Lors de mes stages, j’ai été confrontée à des situations qui ont heurté mes valeurs. Elles ont remis en question qui je pensais être et comment je me représentais le prendre soin. Loin d’en fuir le souvenir, je considère ces situations comme précieuses. Elles m’ont appris quelle professionnelle je souhaite devenir. Grâce à elles, la jeune « exécutrice » de soin que j’étais en début de formation a été remplacée par une étudiante et future infirmière, à la posture professionnelle affirmée.

Je me souviens que l’un de nos premiers cours portait sur les valeurs. A ce moment de ma formation, je n’en comprenais pas la complexité. Respecter ses valeurs semblait aller de soi, après tout je me formais à un métier en adéquation avec les miennes. Pourtant, je me suis souvent questionnée sur mes valeurs et de façon naturelle, celles-ci ont évoluées. Elles se sont complexifiées et affinées.

Au moment de la rédaction de ce mémoire, la question des valeurs et du soin sont des faits d’actualités. Le 25 novembre 2016 paraissait le code de déontologie infirmier. Ce code pose certaines valeurs comme des devoirs infirmiers (compétence, dignité, respect…). Pour autant législation, société et réalité sont-elles en accord ? Ces derniers mois, de nombreuses manifestations infirmières ont eu lieu : 8 novembre 2016, 24 janvier 2017, 7 mars 2017… Les réclamations sont nombreuses et ce que je retiendrais ici, c’est la façon dont les infirmiers parlent de leurs conditions de travail : manque d’humanité dans les soins, manque de temps, qualité des soins impactée, sécurité non assurée, relationnel oublié… Ce sont autant de maux mis en mots par ces professionnels. Des maux souvent à l’opposé de leurs valeurs infirmières.

Etre infirmier, c’est aussi travailler avec l’autre. L’autre, c’est le patient, son entourage mais aussi tous les professionnels impliqués dans la prise en soin. Etre infirmier, c’est évoluer dans une grande toile relationnelle, une toile complexe et primordiale. On parle d’alliance thérapeutique et cela me questionne. Qu’est ce qui se joue dans cette relation si particulière et pourquoi est-elle si importante ? Qu’est ce qui la menace ? Est-ce moi ? Ma façon de parler ? D’agir peut être ?

D’ailleurs je m’interroge sur ce qui motive nos comportements, notre « agir ». Parfois on réagit à quelque chose, on fait appel à notre moi « émotionnel ». Parfois nos comportements sont plus subtiles, mêmes imperceptibles. Je me demande alors si nos valeurs influencent nos comportements et si nos comportements ont une influence sur l’alliance thérapeutique.

J’aime analyser et comprendre cette part impalpable du soin. On peut facilement comprendre ce qui ne fonctionne pas lors d’un geste technique, ce qui est compliqué c’est tout ce qui l’entoure. Tenter d’analyser et de comprendre les mécanismes en jeu dans la prise en soin d’un patient me semble essentiel pour devenir une professionnelle réflexive et améliorer mon savoir-être.

La situation que j’évoque dans ce mémoire correspond à la première fois où j’ai appliqué une prescription médicale allant contre mes valeurs. C’était aussi la première fois où je me suis demandé comment je souhaite aborder les soins. Cette situation a été un point clé de ma formation. Il me semble que c’est d’elle que ma posture réflexive et mon identité professionnelle sont nées.

Dans un premier temps, je présenterai ma situation de départ accompagnée du questionnement qu’elle m’a suscitée. Je travaillerai alors autour de trois concepts principaux : valeur, alliance thérapeutique et comportement. Je compléterai cette étude par l’analyse de trois entretiens semi-directifs réalisés auprès d’infirmiers. »

Lire le TFE - Aller contre ses valeurs, un échec pour l’alliance thérapeutique ?

Infirmiers.com @infirmierscom 

Retour au sommaire du dossier Ethique et soin

Publicité

Commentaires (1)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

617 commentaires

#1

.

quand on voit les conditions de travail qui sont acceptées par les IDE depuis des années, on pourraient penser que les valeurs...on s'asseoit dessus,