TFE

TFE - "Les émotions de l’étudiant infirmier face à la mort"

par .

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

En juin 2017, Gillie Ziane, alors étudiante en soins infirmiers à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers Croix Rouge de Calais - promotion 2014-2017 - a soutenu avec succès son travail de fin d'études sur la thématique suivante : « Les émotions de l’étudiant infirmier face à la mort ». Elle souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’Infirmiers.com et nous l'en remercions.

infirmière stéthoscope

Que peut ressentir l’étudiant infirmier face à la découverte d’un corps inerte ?

Voilà comment Gillie nous explique le choix de sa question de recherche. « La situation se passe dans un EHPAD lors de mon stage de semestre 3. Monsieur C est un résident de 86 ans que je prends en charge et à qui je réalise les pansements d’ulcères tous les deux jours. Monsieur C est une personne assez renfermée qui n’exprime que peu ses émotions et a du mal à accepter son état de santé. Il est amputé d’une jambe et reçoit une aide pour ses soins d’hygiène et ses déplacements. Durant mes dernières semaines de stage, monsieur C n’était plus réceptif aux soins, refusait souvent ses traitements, ne participait plus aux repas au restaurant de l’établissement et était parfois agressif, il voulait qu’on « le laisse tranquille » et rester en chambre. L’infirmière discuta avec monsieur C et sa famille pour leur faire comprendre l’importance des soins et celle de continuer à voir du monde mais monsieur C n’était pas réceptif. Au fil des jours, l’état de monsieur C se dégrada, il ne se levait plus, ne parlait plus, ne mangeait plus et s’hydratait peu, il refusait les soins et la prise de traitements. La famille et l’équipe soignante s’étaient rendu compte de son état, : il présentait un syndrome de glissement diagnostiqué par son médecin traitant, il voulait mourir. La famille expliqua aux infirmières que monsieur C ne voulait pas d’acharnement thérapeutique, la décision de mise en place des soins palliatifs fut alors prise. Du fait que le résident ne voulait plus manger, il fallut le perfuser pour lui apporter des apports nutritifs. L’infirmière et l’aide-soignante réalisaient sa toilette chaque jour, les changements de protection et de position. Pour ma part, je me rendais dans la chambre de monsieur C pour l’hydrater avec de l’eau gélifiée pour vérifier s'il présentait des douleurs pouvant être exprimées par des gémissements ou des expressions faciales et pour changer la poche de la perfusion. Il m’arrivait de rester un moment avec lui afin de lui apporter une présence et lui parler.

Monsieur C n’était pas réceptif. Au fil des jours, l’état de monsieur C se dégrada, il ne se levait plus, ne parlait plus, ne mangeait plus et s’hydratait peu, il refusait les soins et la prise de traitements.

Le 20 Janvier 2016, en faisant le tour de distribution des médicaments du matin avec l’infirmière M, une aide-soignante E., qui réveillait les résidents, entra dans la chambre de monsieur C et en sortant nous interpella et nous dit discrètement que ce dernier était décédé. A ce moment, l’infirmière et moi nous sommes dirigées dans sa chambre et avons également constaté le décès de ce résident. Dans la nuit, l’aide-soignante présente était...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)