TFE

TFE - "Le soignant en pédiatrie : figure d’attachement ou référent ?"

par .

En juillet 2020, Céline Roques, étudiante en soins infirmiers dans l’Etablissement Régional de Formation des Professions Paramédicales du GIPES d'Avignon et du Pays de Vaucluse (promotion 2017-2020), soutenait son travail de fin d'études sur la thématique suivante : "Le soignant en pédiatrie : figure d’attachement ou référent ?". Elle souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’infirmiers.com et nous la remercions.

main

Comment trouver le point équilibre relationnel lorsque l'on est soignant ? Comment ne pas aller trop loin et ne pas se substituer à la figure maternelle dans le cas de la prise en charge d'un enfant ?

Voici comment Céline défend sa question de recherche. Mon projet professionnel est de devenir infirmière puéricultrice. C’est pour cette raison que mon travail de fin d’études porte sur un sujet plus général et non spécifique à la psychiatrie afin que mes recherches et mes réflexions me permettent d’adopter la posture professionnelle la plus adaptée une fois diplômée. Ce travail porte en effet sur l’attachement dans la relation soignant-soigné avec un enfant atteint de maladie chronique. En effet, c’est au cours de mes différents stages que je me suis rendu compte de la complexité de cette relation et de cette distance professionnelle nécessaire à tout soignant. Je me suis donc posé la question de départ suivante : "En quoi la prise en soins d’un enfant atteint d’une maladie chronique peut modifier la relation soignant-soigné ?"

La situation de soins qui est le point de départ de cette réflexion est une situation que j’ai vécu au cours de ma deuxième année de formation en soins infirmiers, en stage pour la première fois en psychiatrie. Dans la situation, John âgé de 19 ans, atteint de troubles envahissant du développement. Ceux-ci sont accentués par l’attitude maternaliste de certains soignants, notamment d’une infirmière, Emma…

Emma se confie et fait part de ses impressions : "Je ressens qu’il a besoin de moi et j’ai souvent tendance à vouloir faire les choses à sa place. Je me retiens d’intervenir. Il est attachant ce gosse..."

Afin de faire des recherches sur ce sujet, j’ai réalisé quatre entretiens semi-directifs sur une population d’infirmières et infirmières puéricultrices dans des services amenés à suivre les enfants hospitalisés à long terme. Les témoignages recueillis ont mis en évidence la présence de compassion et de sympathie contraires à la notion idéale enseignée qui est l’empathie. Ainsi, la compassion, présente dans cette relation de soin, entraîne une complexité supplémentaire dans la relation lorsque l’enfant connaît un abandon affectif de sa figure d’attachement initial.  Dans ce cas, le soignant en pédiatrie devient-il une figure d’attachement ou un référent ?

 
Emma, lorsqu’elle parle de John, ne parle pas de l’autisme en particulier mais de « l’enfant ». En effet âgé de 19 ans, ce patient adulte a des comportements infantiles en lien avec sa pathologie. Par cette attitude, il devient aux yeux d’Emma l’enfant (avec des besoins) à protéger. Il est à noter que la posture de l’infirmière renforce le besoin d’attachement qu’éprouve John car Emma a tendance à vouloir sans cesse l’aider quitte à lui prendre la parole pour faciliter la sienne. Elle est la soignante la plus « en lien » avec John.

Il est important pour un enfant d’avoir une figure d’attachement, dans ce cas lorsque sa mère n’est pas là, le patient renvoie ce besoin sur Emma. Cela est essentiel pour son bien-être et sa sécurité intérieure mais comment trouver le bon équilibre relationnel entre Emma et John ?

Lire le TFE - "Le soignant en pédiatrie :  figure d’attachement ou référent ?" (format pdf)

Vous souhaitez partager votre travail de fin d'études, adressez-le à la rédaction et nous le publierons avec autant de plaisir que d'intérêt. Il viendra enrichir le fonds déjà conséquent de TFE publiés au fil des années.

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Publicité

Commentaires (0)