TFE - Le toucher en conscience dans le lien de confiance

En juillet 2019,  Jennifer Richard, étudiante en soins infirmiers à l’Institut de formation en Soins Infirmiers des Diaconesses, Paris (promotion 2016- 2019), soutenait son travail de fin d'études sur la thématique suivante  "Le toucher en conscience dans le lien de confiance". Elle souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’infirmiers.com et nous la remercions.

TFE - Le toucher en conscience dans le lien de confiance

Cette infirmière a su utiliser les mots justes et surtout avoir le geste adapté. Cela semblait si facile et si naturel. Je me suis alors questionnée sur les raisons qui faisaient que certains soignants avaient plus de facilité que d’autres à communiquer par le toucher.

Voici comment cette étudiante présente ce travail de fin d’études. "Le toucher est au coeur de notre métier de soignant. Mais de quel toucher parle-t-on ? Laver, désinfecter, panser… Le toucher technique, on l’apprend facilement puis on le maîtrise. Pourtant, le toucher, c’est aussi un incroyable outil de mise en relation. Aujourd’hui de nombreux écrits attestent de ses bienfaits dans les soins et dans la relation à l’autre. Mais que met-on derrière cet acte ? Qu’est-ce qui différencie un simple toucher technique d’un véritable toucher relationnel ? Très tôt dans ma formation, lors de mes expériences de stage, j’ai été confrontée à un questionnement sur le toucher, et plus particulièrement sur le toucher juste. Face à la détresse des patients, et ne sachant trop quoi leur dire, je me permettais parfois une caresse. Mais prise de doutes, je me demandais si mon geste était adapté, si je n’avais pas été trop intrusive.

Cette ambivalence entre mon statut de future soignante qui, par définition, touche des corps, et ma propre personnalité, m’a amenée à discuter avec d’autres professionnels sur ces difficultés relationnelles.

J’effectue, depuis trois semaines maintenant, un stage en hôpital de jour dans une structure réputée dans la prise en charge des cancers, et notamment du cancer du sein. Dans ce service, les patients viennent recevoir leur traitement de chimiothérapie pour quelques heures puis rentrent chez eux.Ce jour-là, je travaille avec d’autres infirmières dans une salle ouverte pouvant accueillir jusqu’à neuf patients. Je viens de prendre en soin une patiente âgée de 45-50 ans. Elle est atteinte d’un cancer du sein...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)