Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 01 Déc 2021 14:41

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Belphéghor » 05 Oct 2021 21:37

execho a écrit :considérer le patient comme un consommateur qui achète un service,fait que le soignant de lui même se manque de respect.Le soin est le soin,c'est un monde en soi.Ce n'est pas un service.


Je n'ai jamais dit ce que vous dites dans la première partie.

La seconde partie, je maintiens mon propos, on est là pour prodiguer un service. D'ailleurs, on travaille dans quelque chose qui s'appelle "un service". Avec un intérêt mercantile tout de même.
Infirmière, maman, être humain
Avatar de l’utilisateur
Belphéghor
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 562
Enregistré le: 13 Oct 2020 16:10

Messagepar sergeant poivre et sel » 06 Oct 2021 08:53

Belphéghor a écrit :
execho a écrit :considérer le patient comme un consommateur qui achète un service,fait que le soignant de lui même se manque de respect.Le soin est le soin,c'est un monde en soi.Ce n'est pas un service.


Je n'ai jamais dit ce que vous dites dans la première partie.

La seconde partie, je maintiens mon propos, on est là pour prodiguer un service. D'ailleurs, on travaille dans quelque chose qui s'appelle "un service". Avec un intérêt mercantile tout de même.


On veut donner au soin une dimension économique, une valeur d’échange, ce qui est légitime car on ne peut plus vivre de nos jours du bénévolat.
Le service à la personne et les soins sont des activités sous-reconnues financièrement non pas parce qu’elles touchent à l’humain mais parce leur histoire est ancrée notamment dans le bénévolat.

Pendant longtemps s’occuper d’autrui était plus une question de se racheter une image, une dignité, et une occasion d’échapper au purgatoire, pour des désœuvrés, mendiants , prostituées, sous l’œil bienveillant de la bonne sœur.

Bref une sorte de TIG qui dans les faits se perpétue tel le boulet, un véritable parcours avec « handicap socio-économique ».

Un éternel chewing-gum, pour ne pas dire autre chose… qui nous colle aux sabots depuis des siècles.

Jésus soignait les gens gratos, qu’on se le dise. La religion est une fausse amie des professionnels de santé.
.

Le complotisme est la philosophie du fruste.

Toutes les vérités sont nonnes à dire...



Mère Teresa
sergeant poivre et sel
Accro
Accro
 
Messages: 1390
Enregistré le: 14 Aoû 2005 10:25
Localisation: Quelque part... dans le charme du désordre

Messagepar execho » 06 Oct 2021 10:18

Bonjour.Ce n'est pas parce que ce n'est pas un service que le dispensateur de soin ne reçoit pas des honoraires.Le mot signe la relation patient -professionnel.La directive 2006/123/CE du parlement européen et du conseil dans le paragraphe 22 exclu les soins de la circulaire service.Celà c'est fait après une bataille pour exclure les soins de la libre circulation et installation à travers l'europe de marchands de soins sur les territoires à bas prix et sans contrôle des qualifications.Donc revendiquer que le soin n'est pas un service ,c'est défendre un avantage acquis.
execho
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5535
Enregistré le: 29 Mai 2010 22:01

Messagepar sergeant poivre et sel » 06 Oct 2021 11:17

execho a écrit :Bonjour.Ce n'est pas parce que ce n'est pas un service que le dispensateur de soin ne reçoit pas des honoraires.Le mot signe la relation patient -professionnel.La directive 2006/123/CE du parlement européen et du conseil dans le paragraphe 22 exclu les soins de la circulaire service.Celà c'est fait après une bataille pour exclure les soins de la libre circulation et installation à travers l'europe de marchands de soins sur les territoires à bas prix et sans contrôle des qualifications.Donc revendiquer que le soin n'est pas un service ,c'est défendre un avantage acquis.


L’Europe peut dire ce qu’elle veut oui le soin cristallise un savoir technique.

Mais le soin c’est aussi la division entre travail manuel et intellectuel, entre hommes et femmes, or ce sont des activités principalement féminines, et l’infirmière est une « appliqueuse » en matière de soins, pour ne pas dire une simple exécutante. En effet elle n’est pas dans le décisionnel hormis pour les taches souvent ingrates et qui relèvent de peu de technicité.
.

Le complotisme est la philosophie du fruste.

Toutes les vérités sont nonnes à dire...



Mère Teresa
sergeant poivre et sel
Accro
Accro
 
Messages: 1390
Enregistré le: 14 Aoû 2005 10:25
Localisation: Quelque part... dans le charme du désordre

Messagepar execho » 06 Oct 2021 11:29

le travail prescrit a l'apparence du technique mais le travail réel est mixte,sous peine de ratage.Et 49 pour cent des médecins généralistes sont des femmes.
execho
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5535
Enregistré le: 29 Mai 2010 22:01

Messagepar loulic » 06 Oct 2021 15:08

C'est exact, mais aujourd'hui les autorités sanitaires voient de plus en plus les médecins aussi comme des exécutants. Et putain, ça leur fait mal !

Les métiers "nobles" étant vu comme les postes de direction et d'encadrement.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5836
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar lablouseblanche33 » 12 Oct 2021 08:17

carine02 a écrit :Il n'y a pour moi aucune limite d'âge pour devenir soignant.

Un de mes anciens camarades de promo avait 51 ans à l'entrée en Ifsi sans jamais n'avoir eu aucun lien avec le milieu médical..

Je te conseille de suivre ton instinct et ton envie toi seule trouvera la réponse

J'ai entamé mes études à presque 40 ans je n'avais absolument rien fait dans le milieu médical j'ai fini major de promo.

A notre âge ce qui est entre autre compliqué c'est de pouvoir s'organiser financièrement, organiser sa vie de famille mais en prenant le temps de s'y attarder sérieusement pour s'organiser ensuite rien n'est impossible (l'aspect financier est selon moi l'un des critères majeurs évidement)

Oui c'est difficile c'est compliqué ....

Infirmière c'est aider, accompagner soutenir écouter communiquer coordonner .. La liste est longue chacun y mettra ce qu'il veut....

Pas toujours facile à faire au quotidien mais l'intention la volonté c'est déjà beaucoup.

Fonce !

Bon courage

Carine

IDEL


Merci Carine, c'est super encourageant!! c'est pas parce qu'on est plus âgé que l'on a moins de capacités. Perso je vois cela comme un défi, avec pour chaque problématique une résolution. Et bravo pour ton classement en tête de promo!!!
lablouseblanche33
 
Messages: 13
Enregistré le: 15 Déc 2019 09:30

Messagepar lablouseblanche33 » 12 Oct 2021 08:23

carine02 a écrit :
lablouseblanche33 a écrit :Merci à tous pour vos réponses!! 8)
Je commence maintenant activement à réviser et me remettre à niveau... :P
Alors maintenant j'aimerais aborder l'aspect principal: le financement.
J'ai préféré l'aborder dans cette rubrique car on connaît mieux mon profil..
J'ai vu que c'est entre 3500 et 11000 euros par an chaque année, et sachant que j'ai un CPF d'environ 50 euros, je me demande quels sont les recours pour se faire financer son projet!? :?:


A l'époque j'ai monté un dossier avec le FONGECIF j'ai été financé 1 an et demi sur les 3 ans donc en gros à l'époque la formation coûtait 22000€.

A l'époque moins d'un dossier sur deux était financé.

Je devais debourser 11000€ que je rembourse encore aujourd'hui.

Le fongecif à été remplacé par un autre dispositif dont j'ignore le nom il faut te renseigner de ce côté.

Si tu travailles encore tu peux peut être envisager une rupture conventionnelle.... voir pour un financement avec le pôle emploi éventuellement ....

Bref il faut taper à toutes les portes !!! En prenant le temps d'étudier toutes les pistes c'est évidement un sujet sur lequel on ne peut pas faire l'impasse.

Bon courage


Merci, je vais me renseigner de ce côté là, j'attends d'en parler avec ma conseillère. :|
lablouseblanche33
 
Messages: 13
Enregistré le: 15 Déc 2019 09:30

Messagepar lablouseblanche33 » 12 Oct 2021 08:36

Belphéghor a écrit :

Les avis sur le métier au niveau de "pas faire parler de soi", et "se faire oublier", reviennent régulièrement... et avec les médecins quelles sont les relations, est-ce qu'on peut établir une certaine camaraderie ou doit-on s'en tenir aux attendus rapports hiérarchiques?



Camaraderie, sans problème, voire coucheries selon les affinités, ce qui n'empêche pas le fait qu'il prescrit, vous administrez.

Ne pas confondre s'occuper des autres (la base du métier, c'est quand même un métier où on prend soin des gens) et aider les autres, vous allez en aider certains, parfois vous aurez un mot juste ou une bonne idée qui pourra faire une différence pour une personne, parfois ça arrive, mais c'est loin d'être la finalité de votre travail, qui est plus de leur rendre un service dans une chaîne de services, et vous êtes un pion, et remplaçable autant que faire se peut.

C'est complètement possible de faire cette formation à 40 ans. Je dirais allez-y si vous avez l'habitude d'une vie mouvementée, que vous aimez apprendre, être en mouvement, et que vous n'avez pas trop d'exigeances financières, si vous voulez faire de l'argent, ne faites pas ce travail (si c'est pour gagner moins en vous faisant suer comme un âne, pour moi c'est pas la peine)

Bonne chance[/quote]

Merci pour vos encouragements, ça fait plaisir!!
On baisse la tête, on révise et ya plus qu'a!!! 8)
lablouseblanche33
 
Messages: 13
Enregistré le: 15 Déc 2019 09:30


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité