Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 21 Oct 2019 01:33

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar herve01 » 21 Déc 2007 20:31

Bonjour.
Quel est le statut exact des AMP ? par rapport aux aides- soignants
Autrement dit , y a t il des soins qu'ils ne sont pas sensés faire et que peuvent faire les aides soignants (par exemple un normacol)
je ne trouve à ce sujet aucun texte reglementant la profession.
Merci à ceux qui sauront me renseigner!
herve01
 

Messagepar cedr1c » 21 Déc 2007 23:06

Pour le normacol, non. L'amp a un rôle d'aide, de soutien, et non de soin.
par exemple, une toilette complète au lit, n'est pas de leur rôle, par contre, une aide à la toilette, si.
Le rôle de l'A.M.P. se situe à la frontière de l'éducatif et du soin. Il prend soin des personnes par une aide de proximité permanente durant leur vie quotidienne, en les accompagnant tant dans les actes essentiels de ce quotidien que dans les activités de vie sociale et de loisirs. A travers l'accompagnement et l'aide concrète qu'il apporte, l'A.M.P. établit une relation attentive et sécurisante pour prévenir et rompre l'isolement des personnes et essayer d'appréhender leurs besoins et leurs attentes afin de leur apporter une réponse adaptée. Il a un rôle d'éveil, d'encouragement et de soutien de la communication et de l'expression verbale ou non.



un lien
cedr1c
 

Messagepar Mallo83 » 21 Déc 2007 23:15

Euh ... Le normacol c'est pas déléguable ça ... :oops:
Mallo
IDE depuis novembre 2011

"La peut engendre l'hésitation et l'hésitation engendre la réalisation de tout ce qui nous fait peur" (Extrait de Robin des Bois)
Avatar de l’utilisateur
Mallo83
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 517
Enregistré le: 12 Jan 2006 10:02
Site Internet: http://www.funelconcept.com
Localisation: Var

Messagepar LILYFLASH » 21 Déc 2007 23:42

arf une amp a exactement le meme statut que l'aide soignante a la difference pres qu'elle n'est pas formee pour l hopital mais plus pour la psy reeduc geriatrie...on ne verra pas d amp en rea par exemple donc pour tlm toilette complete et divers soins de nursing... le normacol? lol en theorie meme nous as n'avons pas le droit de le faire...as amp meme statut meme grille de salaire et meme droit aux concours d'entree en ifsi sans bac apres 3 ans d'exercice
Avatar de l’utilisateur
LILYFLASH
Forcené
Forcené
 
Messages: 344
Enregistré le: 09 Nov 2007 10:37

Messagepar cedr1c » 21 Déc 2007 23:42

De toutes façons, rien ne dit qu'une IDE Peut délèguer, confier à un AMP...

Il est vrai que parfois il y a confusion sur les planning car les AMP sont mis avec les AS
cedr1c
 

Messagepar LILYFLASH » 21 Déc 2007 23:44

si je confirme pour l'exemple de la geriatrie une as= amp
Avatar de l’utilisateur
LILYFLASH
Forcené
Forcené
 
Messages: 344
Enregistré le: 09 Nov 2007 10:37

Messagepar herve01 » 22 Déc 2007 09:07

merci de vos reponses mais j ai l impression d'un flou artistique
herve01
 

Messagepar peniflo » 23 Déc 2007 05:42

L'AMP peut travailler en milieu hospitalier(général ou psy).
Concrètement en EPHAD, leur travail n'est guère différenciable de celui d'une AS. Leur formation néamoins est plus axée sur l'aspect psycho-social de la personne, on leur apprend notamment à construire de véritables projets personnalisés (en collaboration avec des psy, assitants sociaux, paramédicaux, médecins, kiné etc).
Leur rôle d'appui dans le quotidien va donc recouvrir aussi bien l'aspect : toilette, habillage, repas, prévention d'escarres.... que le côté : réinsertion, accompagnement dans le travail (CAT) et le côté psycho moteur : loisirs, animation d'ateliers en IME.
Le salaire est le même qu'une AS.
Regardez votre décret (11 février 2002 !!!! :? ) l'IDE encadre les AS, auxi puer et AMP (art 4)
L'AMP peut évoluer vers des fonctions de moniteur-éducateur pour lesquelles il est dispensé de passer l'écrit.
L'AMP peut effectivement passer le concours IDE mais pas dans les mêmes conditions que l'AS. Il doit passer l'écrit sous réserve d'avoir satisfait à une étude de dossier et une épreuve de français (puisuqe n'ayant pas le bac, il faut 3 ans d'expérience et cette validation pour passer les épreuves. C'est 5 ans si la personne vient d'un autre secteur que le médico social).
Est ce plus clair ?
Quand deux verbes se suivent le 2eme se met à l'infinitif.
Après les auxiliaires être et avoir, on met un participe passé.
Après être : il s'accorde, après avoir : non, sauf si le COD est placé devant....
Avatar de l’utilisateur
peniflo
Accro
Accro
 
Messages: 866
Enregistré le: 30 Aoû 2004 19:56
Localisation: Aubagne/La Ciotat

Messagepar saqqhara » 23 Déc 2007 08:59

Le Normacol ne peut être déléguer à une AS, c'est un soin sur préscription et non du rôle propre


Article 6

Outre les actes et activités visés aux articles 11 et 12, l'infirmier est habilité à pratiquer les actes suivants soit en application d'une prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, soit en application d'un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par un médecin :

Pose de sondes rectales, lavements, extractions de fécalomes, pose et surveillance de goutte-à-goutte rectal ;


Et concernant le statut AMP :

L’aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d’accompagnement et d’aide dans la vie quotidienne.
On recense environ 22 000 aides médico-psychologiques (données DREES 1998) employés dans des structures publiques, privées et associatives.
Leurs principaux secteurs d’intervention sont dans des institutions telles que notamment :
- maisons d’accueil spécialisées (MAS),
- instituts médico-éducatifs (IME),
- instituts d’éducation motrice (I.E.M.)
- instituts accueillant des enfants handicapés dépendants,
- foyers d’hébergement pour adultes handicapés, foyers de vie,
- foyers d’accueil médicalisés,
- foyers occupationnels pour adultes (FOA),
- centres d’aide par le travail (CAT),
- foyers d’insertion et de transition (FIT),
- maisons de retraite,
- services de long séjour,
- établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes (EHPAD),
- centres hospitaliers spécialisés (CHS),
- hôpitaux psychiatriques,
- SSIAD et services polyvalents d’aide à domicile
Institutions sociales ou éducatives (CHRS, MECS...)
Selon les situations, il travaille sous la responsabilité d’un travailleur social ou d’un professionnel paramédical

L’A.M.P a un rôle dans l’accompagnement et l’aide individualisée aux personnes. C’est donc aidé au quotidien. On peut ajouter aussi :
- Assurer lever, sieste, coucher, installer la personne dans une position en rapport avec son état de santé.
- Aider aux soins d’hygiène en fonction de l’autonomie ou du handicap, à l’habillage et au déshabillage.
- Veiller et participer à la prise des repas conformément au régime prescrit, à l’hydratation et à l’élimination.
- Sous la responsabilité de l’infirmier, effectuer certains soins et aider à la prise de médicaments sous forme non injectable.
- Observer et transmettre les signes révélateurs d’un problème de santé (thermorégulation, diurèse, symptômes et effets des traitements...).
- Intervenir et alerter en cas de situations d’urgence (chutes, étouffements...).
- Prendre part à la décoration, l’esthétique, l’organisation et l’entretien du cadre de vie.
- Faire participer la personne aux diverses tâches quotidiennes.
- Aider aux déplacements.
- Aider à préserver l’image de soi (esthétique...).
- Veiller au confort (relaxation, bains...).

L’A.M.P a un rôle d’accompagnement dans la relation à l’environnement et au maintien de la vie sociale. Cet aspect de sa fonction lui permet donc de mettre en œuvre des actions pour favoriser le lien social de la personne prise en charge, pour aider au maintien de l’autonomie et mettre en place un projet éducatif. Ceci dans le but que la personne s’inscrive dans la vie de la structure, qu’elle ne s’isole pas. L’A.M.P joue un rôle dans l’accompagnement lors de sorties (rendez-vous médicaux ou autre…) Le tout pour faciliter l’intégration des individus pris en charge.
Concernant le projet éducatif et personnalisé, l’A.M.P doit établir (comme tout autre professionnel) un relation de confiance. Pour permettre au soigné de partager ses inquiétudes, son ressenti et adapter ensuite la prise en charge en collaboration pluridisciplinaire.

Dans son dernier axe d’apprentissage, l’A.M.P participe à la vie institutionnelle. C'est-à-dire s’investir dans la vie de la structure, prendre connaissance des projets institutionnels. Mais aussi transmettre les informations utilisables oralement et par écrit, participer aux diverses réunions institutionnelles. L’A.M.P doit également participer à l’élaboration d’outils de travail, accueillir et informer les familles et visiteurs. De plus il doit être capable d’accueillir et de former des stagiaires et participer à l’intégration de nouveaux professionnels.

Voici plus en détail les indicateurs de compétences d’un A.M.P :

Connaissance générale des différentes étapes du développement de l’être humain
Savoir prendre en compte le vécu et l’histoire de la personne
Connaissances générales sur les pathologies, handicaps et dépendances et de leurs conséquences sur la vie quotidienne et sociale
Savoir repérer les enjeux de la relation spécifique à un espace temps du quotidien (toilette, repas, coucher...) en fonction de l’histoire de la personne, de son âge, et de son origine socioculturelle
Savoir réajuster sa pratique en fonctions des éléments repérés
Savoir observer et écouter.
Savoir évaluer le potentiel de progression de la personne et réajuster en conséquence sa pratique et savoir évaluer le processus de régression et agir en conséquence
Savoir verbaliser et donner du sens.
Savoir expliciter les actes de la vie quotidienne et leur raison d’être.
Savoir utiliser les moyens techniques et relationnels adaptés à la situation de la personne dans les actes de la vie quotidienne.
Savoir donner confiance à la personne dans ses possibilités
Savoir respecter l’intégrité de la personne.
Savoir respecter les droits fondamentaux de la personne.
Connaître les aides techniques, les principes d’hygiène de base, les principes d’aménagement de l’espace et savoir les mettre en pratique dans le respect de la personne et de son intimité.
Savoir repérer les situations à risque et notamment de maltraitance, prévenir ces risques et savoir agir en cas d’urgence
Savoir accompagner la personne dans ses relations avec le groupe.
Savoir prévenir et désamorcer les conflits.
Savoir préparer les changements dans le groupe et évaluer leurs conséquences.
Savoir observer la distance adaptée à la situation et gérer les ruptures
Savoir prendre en compte les besoins relationnels.
Savoir faciliter les relations avec la société et la famille même symboliquement.
Savoir gérer le regard des autres.
Savoir faciliter les activités à l’extérieur en prenant en compte toutes les dimensions de l’accessibilité
Savoir susciter la participation, donner envie de faire, de partager et d’échanger avec les autres.
Savoir proposer des activités favorisant les apprentissages et l’expression.
Savoir évaluer l’apport et les effets des activités
Savoir observer, interroger, analyser les situations rencontrées
Savoir réfléchir aux ajustements possibles de sa pratique
Savoir adapter ses pratiques en fonction de la situation de la personne
Savoir repérer et utiliser les centres d’intérêts de la personne et ses potentialités
Savoir adopter une attitude empathique
Savoir valoriser la personne et son image
Savoir aider la personne à développer, maintenir ou restaurer ses capacités, à évaluer et exprimer ses besoins, ses attentes et ses désirs, à faire des choix et à en assumer les conséquences. (autonomie)

Savoir utiliser le soin et les activités quotidiennes comme support à la relation et la relation comme aide à leur réalisation
Savoir préserver l’intimité de la personne
Savoir observer les modifications du comportement
Savoir écouter, entendre et questionner les données de toutes natures susceptibles de concourir à l’évaluation de l’état général de la personne
Savoir évaluer ce qui relève d’une intervention immédiate, à court terme, ou d’une vigilance dans la durée (médicale et/ou psychologique)
Adapter son accompagnement
Connaître les limites de son intervention
Savoir repérer et prévenir la maltraitance
Savoir faire appel aux professionnels compétents
Etre capable de développer avec la personne un mode de communication adapté
Savoir maintenir l’intégrité de la personne (relation au corps, communication non verbale...) dans la juste distance
Savoir écouter et observer
Savoir partager et contribuer à l’analyse des informations avec l’équipe
Savoir contribuer à établir un diagnostic en fonction de la situation de la personne.
Savoir gérer les priorités.
Savoir mettre en valeur les étapes
Savoir tenir compte des choix et de la volonté de la personne.
Savoir permettre à la personne de développer, maintenir, ou restaurer le contrôle sur sa propre vie.
Savoir tenir compte du projet de soins et/ou éducatif et/ou pédagogique et du projet institutionnel.
Savoir tenir compte des exigences éthiques de la profession

Il est important de préciser que ces deux professions sont certes différentes de part leur formation et leurs fonctions. Mais il faut noter aussi que ce sont des professions complémentaires qui travaillent pour une seule et même cause : le patient. De part leur statut, les personnes exerçant l’une ou l’autre des professions n’ont pas ou presque pas les mêmes rôles à jouer. Mais la base de leur exercice n’est autre que prendre soin et respecter le patient ; l’aider au quotidien en fonction de l’apprentissage reçu. De plus le cadre d’exercice est un facteur très important car, les actions ne seront pas les mêmes si la personne occupe un poste dans un Institut Médico-Educatif (I.M.E), Centre d’Aide par le Travail (C.A.T), Centre Hospitalier Spécialisé (C.H.S)…Il convient donc de rappeler que le cadre institutionnel traité ici est un EHPAD.

Après comparaison du contenu des textes législatifs d’une part concernant les aides-soignantes et d’autre part des A.M.P, il convient de noter que les apports théoriques diffèrent. Tout comme le temps de formation, mais cela n’est pas l’objet de ce travail. Là où est la différence c’est le contenu de l’apprentissage.

Concernant les aides-soignantes, les études sont réparties entre la personne (cycle de la vie, développement psycho-social, famille), l’autonomie (autonomie, dépendance, déficience et handicap), la santé (définition, risques d’atteinte à la santé, le système de santé français), les soins techniques (allant du lavage des mains à la toilette complète ou partielle, en passant par l’aide à l’habillage, l’aide à la mobilisation et à l’élimination). Il convient aussi de préciser que l’aide-soignante reçoit un enseignement pour être capable d’apprécier l’état clinique d’une personne (identification des signes de détresse, notion d’anatomie et physiologie, notion sur certaines pathologies, notions de pharmacologie (grandes lignes sur les classes et formes de médicaments non injectables ainsi que leur mode d’administration et conséquences. Aussi, celle-ci reçoit les bases pour effectuer des soins dont le nursing (toilette totale ou partielle, entretien des ongles, surveillance de l’état cutané ; mais aussi des soins plus « techniques » tels que toilette intime avec sonde à demeure, surveillance et manipulation de l’oxygénothérapie, matériel d’aspiration, soins d’entérostomie cicatrisée, surveillance d’un patient sous perfusion, prise de médicaments non injectables, réalisation de soins aseptiques…tout ceci en collaboration avec l’infirmière. Il y a également tout ce qui concerne l’ergonomie (manutention, prévention des chutes et des accidents du travail par mauvaise manipulation), la communication (qui doit être adaptée au lieu, à la personne, le respect du secret professionnel), l’hygiène des locaux, la transmission écrite et/ou orales d’informations utilisables et pour terminer, l’organisation du travail (organisation du poste, parallèle entre théorie et pratique, notion d’équipe, utilisation d’une planification…).

Cela met bien en évidence le champ d’action de ces aides-soignantes qui reste vaste. Mais on note aussi que leur champ de compétences relève bien du paramédical puisqu’elles ont un rôle non négligeables dans les soins proprement dits et doivent être capables de prendre en charge une personne compte tenu de son état clinique en étant aussi à même de dépister des signes de détresse vitale. L’apport théorique sur l’anatomie, les pathologies, le développement normal et pathologique, ainsi que la pharmacologie n’est pas négligeable et doit être mis en pratique. Ceci pour faire face à une situation en l’absence de l’infirmière.

Concernant les A.M.P, son rôle est différent. C'est-à-dire que l’A.M.P apporte une aide proximité, à un rôle d’éveil, de maintien des acquis et de stimulation du potentiel de la personne soignée. Tout comme les aides-soignantes, il travail sous la responsabilité d’un professionnel paramédical ou un travailleur social selon le lieu d’exercice. Ici il s’agit donc de l’infirmière. Techniquement l’A.M.P peut aider à préserver une bonne hygiène corporelle, il doit être capable d’observer et transmettre des signes révélateurs d’un problème de santé et intervenir (tout comme l’aide-soignante) en cas d’urgence (chute, fausse route…). L’A.M.P est capable également d’effectuer des transmissions écrites ou orales. Il doit savoir contribuer à établir un diagnostique de la personne. En lien avec ses collègues aides-soignantes, l’A.M.P peut effectuer certains soins et aider à la prise des médicaments sous forme non injectable. Le rôle principal de l’A.M.P reste néanmoins un rôle d’accompagnement de la personne. Ceci en adaptant les actions à la personne en préservant au maximum sont autonomie.

En fait, les deux formations sont différentes mais des objectifs d’enseignements sont communs aux deux professions : nursing (tout en sachant que l’aide soignante approfondi plus ses actions telles que petite toilette avec sonde urinaire à demeure, ce qui ne fait pas partie de l’enseignement d’une A.M.P)



Tout ça est un peu contraignant à lire, je vous l'accorde. En fait tout ça résulte d'un travail que j'ai mener concernant la distribution des médicaments en EHPAD, là où je travaille.
Je pense que certains élements aideront.
DE nov 2004, EHPAD
"ne fais pas autres, ce que tu ne veux pas que l'on te fasse"
formation DU gériatrie à Dijon, en cours
saqqhara
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 248
Enregistré le: 22 Oct 2006 00:13
Localisation: Bourguignone, une Vraie

.

Messagepar LILYFLASH » 23 Déc 2007 11:53

suis etonnee pour l'acces au concours ide :D merci a vous
Avatar de l’utilisateur
LILYFLASH
Forcené
Forcené
 
Messages: 344
Enregistré le: 09 Nov 2007 10:37

Messagepar herve01 » 23 Déc 2007 18:11

Super !!!!!!!!!!!!!!!!
merci !!!!!!
herve01
 

Messagepar peniflo » 25 Déc 2007 05:15

L'accès au concours IDE n'est pas le même que pour les AS, je l'ai dit plus haut.
Par contre, elles peuvent se présenter aux épreuves écrites, sans bac, comme toute personne ayant un diplôme de secteur sanitaire et social et 3 ans d'expérience.
Ou toute autre personne ayant 5 ans d'expérience dans n'importe quel secteur professionnel.

PAR CONTRE les AMP peuvent accéder directement à l'oral du concours de Moniteur-éducateur sans passer l'écrit.
Quand deux verbes se suivent le 2eme se met à l'infinitif.

Après les auxiliaires être et avoir, on met un participe passé.

Après être : il s'accorde, après avoir : non, sauf si le COD est placé devant....
Avatar de l’utilisateur
peniflo
Accro
Accro
 
Messages: 866
Enregistré le: 30 Aoû 2004 19:56
Localisation: Aubagne/La Ciotat

Messagepar vanessa01 » 26 Déc 2007 10:03

DIPLOME D'ETAT D'AIDE MEDICO PSYCHOLOGIQUE (DEAMP)

"L'Aide Médico-Psychologique (A.M.P.) participe à l'éducation et à l'accompagnement des personnes handicapées ou personnes âgées dépendantes au sein d'équipes pluriprofessionnelles et sous la responsabilité d'un travailleur social ou paramédical, afin de leur apporter notamment l'assistance Individualisée que nécessite leur état psychique ou physique."
(Arrêté du 11 avri1 2006)
vanessa01
Régulier
Régulier
 
Messages: 33
Enregistré le: 30 Nov 2007 10:57
Localisation: Rhône-Alpes

Messagepar vanessa01 » 26 Déc 2007 10:07

L’aide médico-psychologique accompagne au quotidien les personnes âgées dépendantes ou handicapées. Il réalise à leurs côtés les gestes de la vie quotidienne (coucher, lever, toilette, habillage, repas, déplacements...). Il peut ainsi aider une personne tétraplégique à faire sa toilette, stimuler la mémoire d’une personne âgée ou encourager un enfant handicapé à s’exprimer...
A travers l’aide concrète qu’il apporte, l’AMP doit établir une relation de qualité pour répondre à l’isolement des personnes handicapées ou dépendantes et essayer d’appréhender leurs besoins et leurs désirs afin de leur apporter une réponse adaptée.
Il a un rôle d’éveil, d’encouragement et de soutien de la communication et de l’expression verbale ou non.

Voilà leur rôle!! et uniquement!!
vanessa01
Régulier
Régulier
 
Messages: 33
Enregistré le: 30 Nov 2007 10:57
Localisation: Rhône-Alpes

Messagepar LILYFLASH » 06 Jan 2008 17:12

j'ai lu hier soir dans le mega guide concours infirmier que les amp sont sur la meme liste que les as et les ap pour la presentation aux concours d'entree donc meme droit au concours apres 3 ans d'exercice
Avatar de l’utilisateur
LILYFLASH
Forcené
Forcené
 
Messages: 344
Enregistré le: 09 Nov 2007 10:37


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité

-