GRANDS DOSSIERS

Diabète : quelles demandes aux candidats à la présidentielle 2017 ?

par .

Cet article fait partie du dossier :

Diabète

    Précédent Suivant

À l'occasion de son congrès, qui se déroule jusqu'au 31 mars 2017 à Lille, la Société francophone du diabète (SFD) interpelle les candidats à l'élection présidentielle pour que des actions concrètes soient menées de manière à répondre au mieux aux besoins des patients.

Contrôle de la glycémie

La Société francophone du diabète (SFD) interpelle les candidats à la présidentielle 2017 et souhaite que des actions concrètes soient menées pour le bien-être des patients.

Alors que l'on dénombre environ 3,4 millions de personnes diabétiques en France, un chiffre qui ne cesse de croître au fil des années, la Société francophone du diabète (SFD) interpelle les candidats à l'élection présidentielle à l'occasion de son congrès qui se tient jusqu'au 31 mars 2017 à Lille. Elle souhaite notamment en savoir plus sur le positionnement des candidats sur :

  • l'accès aux innovations thérapeutiques. La SFD dénonce notamment le non-accès à certains nouveaux médicaments interdits à la vente, faute de prix. Plusieurs traitements disposent pourtant d'une autorisation de mise sur le marché européenne et ont démontré un impact positif sur la santé. Par ailleurs, la SFD déplore que les dispositifs médicaux de mesure continue de glucose ne fassent pas l'objet de remboursement en France  ;
  • le financement de la prévention. Bien qu'une récente loi favorise l'activité physique sur ordonnance, il est nécessaire de financer la mise en œuvre des actions de prévention ainsi que l'évaluation scientifique de leur bénéfice ;
  • la mise en place d'un parcours de soins amélioré. La SFD demande la mise en oeuvre de Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP) au moins tous les cinq ans, voire plus tôt lorsque des complications sont identifiées, pour les personnes atteintes de diabète. Les patients diabétiques peuvent en effet présenter des complications rénales sévères ou une insuffisance cardiaque. D'où l'intérêt de favoriser une prise en charge multiprofessionnelle et multidisciplinaire ;
  • le financement de la recherche, tant clinique que fondamentale. Pour la SFD, la recherche médicale publique dans le domaine du diabète est sous-financée.

D'ici à 2030, on estime que 4,7 millions de Français seront atteints de diabète. La maladie peut engendrer de graves complications, tant sur le plan collectif (plusieurs milliards d'euros de soins) qu'individuel (atteintes visuelles, insuffisance rénale, amputations, réduction de l'espérance de vie…). La SFD, en lien avec la Fédération des patients diabétiquesattend donc des réponses pour que la prise en charge du diabète en France soit l'exemple d'une politique de santé conduite efficacement, au bénéfice des malades et des familles.

Diabète et recherche : quelles avancées ?

Le congrès de la Société francophone du diabète est l'occasion de présenter les dernières avancées en matière de recherche sur le diabète. Ainsi, sera notamment abordée la thématique de l'utilisation d'antidiabétiques oraux durant la grossesse, un sujet qui questionne et qui fait débat auprès de la communauté scientifique. Le microbiote, un nouveau traitement du diabète fera également l'objet d'une intervention. En effet, les avancées récentes dans la compréhension des relations entre l'organisme et les microbes qui s'y trouvent, notamment dans le tube digestif, offrent de nouvelles possibilités thérapeutiques pour soigner les personnes vivant avec le diabète. Enfin, un symposium est consacré à la médecine personnalisée du diabète. À terme, il s'agira, au travers des progrès de la génétique, de déterminer le traitement le mieux adapté aux désordres physiopathologiques du patient.

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com  @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier Diabète

Commentaires (0)