GRANDS DOSSIERS

Diabète : une vie plus longue grâce au surpoids ?

Cet article fait partie du dossier :

Diabète

    Précédent Suivant

Les patients diabétiques de type 2 en surpoids mais pas obèses vivent plus longtemps que les diabétiques de poids normal, rapportent des chercheurs dans les Annals of Internal Medicine, donnant un autre exemple du "paradoxe de l'obésité".

Diabète de type 2 : mieux vaut être en surpoids

La relation entre poids et longévité reste paradoxale. Certaines études montrent que si l'obésité augmente le risque de développer des maladies cardiovasculaires, les patients en surpoids avec des maladies cardiovasculaires vivent cependant plus longtemps que ceux ayant un poids normal.

De même, l'obésité augmente le risque de développer un diabète de type 2, mais il n'était pas clair jusqu'à présent si le surpoids conférait un avantage en survie aux diabétiques. Seize études antérieures ont donné des réponses contradictoires. Certaines ont trouvé que les diabétiques en surpoids avaient une mortalité plus faible; d'autres non. Mais beaucoup avaient des problèmes méthodologiques (peu de patients, suivi de courte durée ou recours à des questionnaires plutôt qu'à des données cliniques enregistrées).

L'équipe conduite par les Drs Stephen Atkin et Pierluigi Costanzo de la Britain's University à Hull a suivi 10.568 patients diabétiques de type 2 depuis près de 11 ans en moyenne. Bien que les patients en surpoids ou obèses eussent un risque accru d'infarctus du myocarde et d'accidents vasculaires cérébraux (AVC), ils avaient plus de chances d'être en vie que les diabétiques de poids normal, rapportent les chercheurs.

Les diabétiques maigres (moins de 18,5 kg/m2) avaient le moins bon pronostic dans cette étude avec une mortalité près de trois fois plus importante que les diabétiques de poids normal (de 18,5 à 24,9 kg/m2). Les diabétiques en surpoids (de 25 à 29,9 kg/m2) avaient la meilleure survie avec un risque réduit de 13% de mourir par rapport à ceux de poids normal ou obèses (à partir de 30 kg/m2).

L'effet bénéfique de ces quelques kilos en trop pourrait venir d'une protection contre la fragilité et l'ostéoporose qui sont des comorbidités. Par ailleurs, la forme de diabète qui affecte les personnes minces pourrait être plus mortelle. "C'est comme si les diabétiques de poids normal avaient une forme plus agressive de diabète de type 2 que ceux en surpoids ou obèses", commente le Dr Costanzo.

(Annals of Internal Medicine, vol.162, n°9, p610-618)

Retour au sommaire du dossier Diabète

Publicité

Commentaires (0)