GRANDS DOSSIERS

Les aidants, partenaires de soins

Cet article fait partie du dossier :

Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Précédent Suivant

Prendre en considération les aidants de personnes en perte d’autonomie - enfants ou adultes atteints de maladies chroniques au long cours, personnes handicapées et/ou âgées -, est une urgence pour aujourd’hui et plus encore pour demain. L'avant-propos de ce dossier « Les aidants, partenaires de soins » de la revue SOINS de mars 2016 nous offre quelques pistes de réflexions et d'actions en la matière.

Avant-propos

revue soins mars 2016 n° 803

Dossier de mars 2016 de la revue SOINS sur les aidants

Si le système de santé […] était une plante, les aidants naturels en seraient les racines – fragiles, vitales et invisibles. 1.

Être aidant, c’est apporter de son propre gré un soutien régulier à une personne proche, famille ou ami, en situation de dépendance ou de perte d’autonomie, sans qualification ni connaissance professionnelle particulière. Cette aide peut être constituée de temps ou de moyens, et apportée à son domicile ou à celui du proche.

Les aidants sont en croissance exponentielle : ils représentent actuellement près d’un 1 actif sur 122. Et demain, avec l’allongement de la durée de vie, à un horizon 2025/2030, les prévisions sont d’environ 1 actif sur 6, voire 1 sur 53.

Ce terme même d’aidant ne prend réellement place dans nos préoccupations sociales que depuis 5 ou 6 ans, essentiellement sous l’impulsion des organisations prenant en charge les personnes âgées. Prendre en considération les aidants de personnes en perte d’autonomie - enfants ou adultes atteints de maladies chroniques au long cours, personnes handicapées et/ou âgées -, est une urgence pour aujourd’hui et plus encore pour demain. La vie des aidants est des plus difficiles pour mener à bien toutes leurs responsabilités. Ils ont souvent une “triple vie” : privée, professionnelle et dévolue à l’aide de leur proche, ce qui nécessite une grande énergie et peut mener à l’épuisement physique et psychologique.

L’aidant a donc besoin d’être accompagné, écouté, soutenu, aidé matériellement et psychologiquement, pour que son énergie, sa volonté, sa santé et très souvent son amour soient préservés au quotidien dans sa prise en charge de la personne aidée, favorisant du même coup l’autonomie de celle-ci, quand cela est possible.

La politique de santé est adaptée et de leurs aidants familiaux4. Des perspectives se dessinent donc pour que soient reconnus son engagement auprès de la personne malade ou  handicapée et sa place dans notre système de santé.  

Notes

  1. Cameron SD. Cette journée m’appartient. Soulager les aidants. Montréal (Québec): Fondation de la famille JW McConnell; 2003
  2. Panel national des aidants familiaux - BVA/ Fondation Novartis, 2010.
  3. Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Enquêtes handicap santé 2008-2009. Drees, 2010.
  4. Art. L. 1411-1.- La Nation définit sa politique de santé afin de garantir le droit à la protection de la santé de chacun.

Directeur des soins et de la qualitéFondation Santé Service HAD, Puteaux (92) mfranzingarrec@yahoo.fr

L’auteur déclare ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article

Retour au sommaire du dossier Revue Soins et La Revue De l'Infirmière