GRANDS DOSSIERS

Comprendre, traiter et soigner l'arthrose

Cet article fait partie du dossier :

Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Précédent Suivant

n° 768 - Septembre 2012
Avant-propos - Un problème de santé publique

Dossier Soins - L’arthroseL’arthrose représente la maladie la plus fréquente dans le monde. Il s’agit d’une pathologie chronique entraînant la destruction du cartilage articulaire avec la formation d’excroissances osseuses autour de l’articulation. Les principales articulations touchées sont le genou, la hanche, le rachis, les mains et les pieds.

Les facteurs de risque sont nombreux : l’obésité, l’hérédité, des traumatismes articulaires anciens, etc., pouvant s’associer les uns aux autres. Cependant, ils diffèrent selon les personnes et les articulations. L’arthrose de la hanche et du genou représente, de par sa fréquence, un réel problème de santé publique et un coût non négligeable dans les dépenses de santé.

L’arthrose touche les personnes à partir de 65 ans. Toutefois, il n’est pas rare de rencontrer des patients d’une quarantaine d’années ou des sportifs de haut niveau qui en sont atteints. Ces derniers sont victimes de douleurs chroniques, d’impotences fonctionnelles relativement conséquentes et de fatigue. Les personnes arthrosiques souffrent de leurs articulations qui s’ankylosent, de poussées inflammatoires récurrentes, de déformations osseuses, visibles particulièrement sur les mains et les pieds.

Des traitements reposant sur la prise d’antalgiques et d’anti-inflammatoires sont prescrits, per os, lors des poussées. Mais il existe d’autres alternatives : des infi ltrations de corticoïde ou d’acide hyaluronique et comme ultime recours la chirurgie. De plus, les cures thermales, considérées parfois à tort comme inutiles, diminuent les douleurs de manière importante et améliorent le confort de vie.

Ces patients se sentent parfois vieux prématurément, contraints de modifier leur rythme de vie et de travail. L’image corporelle et l’estime de soi peuvent s’en trouver profondément altérées. Les équipes soignantes sont alors investies d’un rôle d’écoute, de soutien et de conseil.

Enfin, une étude anglo-saxonne a démontré que l’éducation thérapeutique des patients arthrosiques est indispensable par l’intermédiaire d’un programme de “self management”. Ce dernier repose sur des entretiens et des évaluations régulières1. Cet accompagnement infirmier est crucial et répond à des réels besoins de santé publique.

En chiffres

  • 6 millions de personnes sont touchées par l’arthrose.
  • Coût global en 2003 : 1,8 milliard d’euros avec une augmentation de 8% par an.
  • 80% des patients de plus de 65 ans ont une arthrose d’au moins une articulation contre 15% à 35 ans.
  • L’arthrose de la hanche touche 0,9 à 3,9 % des hommes et 0,7 % à 5,1 % des femmes.
  • L’arthrose du genou touche 2,1 à 10 % des hommes et 1,6 % à 14,9 % des femmes.
  • Dans 65 % des cas, un terrain héréditaire existe.

Source : Guillemin F et al. Prevalence of symptomatic hip and knee osteoarthritis: a two-phase population-based survey. Osteoarthritis Cartilage 2011;19(11):1314-22.

    Note

    1. Hill J, Lewis M, Bird H. Do OA patients gain additional benefit from care from a clinical nurse specialist? — a randomized clinical trial. Rheumatology 2009;48:658-64.

    Au sommaire du dossier "L'arthrose"

    Creative Commons License


    Revue SOINS n°768 - Septembre 2012
    http://www.elsevier-masson.fr

    Retour au sommaire du dossier Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Commentaires (0)