GRANDS DOSSIERS

Les différents temps de la chirurgie réparatrice

Cet article fait partie du dossier :

Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Précédent Suivant

N° 765 - mai 2012
Avant-propos - Reconstruire le corps pour renaître à la vie

Dossier Soins - La chirurgie réparatriceLa chirurgie plastique vise à restaurer toute partie externe du corps après une maladie, un traumatisme ou une malformation. Elle a connu un essor important depuis les années d’après guerre. L’évolution des techniques chirurgicales, l’amélioration de la qualité des matériels d’implants et le développement de la prise en charge de la douleur a permis aux chirurgiens plasticiens de développer leurs activités pour répondre à une demande de réparation du corps, dans des cas de dégradations physiques sévères, et à celle d’embellissement d’une partie du corps.

La chirurgie reconstructrice est une intervention réalisée à des temps différents selon le moment où apparaît la dégradation physique. L’urgence vise souvent la restitution rapide d’une fonctionnalité pour réduire les risques de handicap, par exemple, lors des blessures de la main. Elle peut être immédiate après une chirurgie mutilante. Dans le cas d’une mammectomie, elle aura alors pour objectif premier de diminuer l’impact psychologique d’une transformation physique. Elle peut également intervenir après une longue période de soins et de préparation, comme chez les brûlés graves.

Les techniques de greffe et de transplantation permettent à la chirurgie réparatrice d’étendre son activité et d’améliorer ses résultats, notamment dans les situations de dégradation physique avec perte de matière importante, comme les escarres étendues et profondes ou sur les lésions sévères postaccidentelles. Ainsi, l’exploit de la greffe de visage est rendu possible depuis 2005.

Chirurgies réparatrice et esthétique évoluent conjointement et les techniques de l’une servent et complètent celles de l’autre. Dans des situations de malformations corporelles congénitales, la chirurgie esthétique permet non seulement d’améliorer l’apparence physique mais aussi le vécu de l’image de soi.

La chirurgie conduit à la reconstruction, à la réparation et à la restitution d’une fonctionnalité du corps avec comme objectif, en filigrane, de rendre ce dernier acceptable au regard de l’autre et de soi. Aujourd’hui, il semble aussi nécessaire de restituer l’esthétique du corps pour favoriser son intégration dans une société qui rejette le “normal” au profit de l“extraordinaire” et magnifié le “beau” aux dépens du “fonctionnel”.

En chiffres

  • Dans le monde, 17,3 millions d’opérations de chirurgie plastique sont réalisées par an soit une par seconde. La France occupe la 14e position derrière les États-Unis, la Chine et le Brésil.
  • En France :
    • 25 % des femmes qui ont subi une mastectomie après cancer du sein choisissent la reconstruction mammaire immédiate (12 %) ou dans les 5 ans qui suivent (13 %).
    • 400.000 brûlures nécessitent des soins médicaux, 3.670 patients sont hospitalisés dans un centre de grands brûlés ;
    • 1,4 million de personnes bénéficient des urgences de la main ;
    • 9 greffes du visage ont été réalisées depuis 2005.

Au sommaire du dossier "La chirurgie réparatrice"

Creative Commons License


Revue Soins

Retour au sommaire du dossier Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

Commentaires (0)