GRANDS DOSSIERS

Le langage dans les soins

Cet article fait partie du dossier :

Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Précédent Suivant

n° 773 - Mars 2013
Avant-propos - Pour aller à la rencontre d’autrui

Pour aller à la rencontre d’autruiLe langage traduit par les mots notre pensée. Il s’agit d’un moyen de communication mais aussi d’expression qui fait partie intégrante de la pratique soignante. Dans le milieu professionnel, il est impossible de dissocier le verbal du non- verbal et d’occulter le toucher. Les soignants parlent avec les mots mais aussi avec le corps et les mains pour échanger et communiquer avec le patient et sa famille, pour transmettre des informations. À travers l’échange le plus banal, le soignant doit mettre en oeuvre son sens clinique et ses aptitudes relationnelles.

En psychiatrie, par exemple, il tend à favoriser la rencontre avec le patient pour que celui-ci puisse exprimer sa souffrance. En gériatrie ou en soins palliatifs, l’approche psycho-corporelle est une alternative face à certaines situations complexes. Le langage, quel qu’il soit, permet d’aller à la rencontre de l’autre et de le soigner. Le soin alors « s’apparente à une sollicitude se traduisant en acte de langage »1. Soigner signifie avant tout s’intéresser à l’autre et avoir la volonté de s’impliquer dans une relation interpersonnelle singulière. Il est ainsi primordial d’être dans une juste distance avec le patient, ni trop près ni trop loin afin de clarifier la relation soignant-soigné et poser le cadre, celui de la bienveillance, de l’authenticité et de la courtoisie.

La vision anthropologique invite à considérer de plus près les modalités d’exercice du rôle professionnel pour comprendre ce qui peut se jouer face à l’alérité. Le professionnel qui se prête au rôle s’autocritique et accepte les remarques de ses collègues pour ainsi développer son autonomie, sa compétence et le respect du patient2. Dans la relation à l’autre, le professionnel doit posséder des aptitudes et une réelle volonté de s’engager et de s’impliquer. Ces aptitudes relèvent à la fois de l’inné et de l’acquis mais elles s’acquièrent et se façonnent pour devenir compétence. Ainsi, la rencontre peut avoir lieu en toute sécurité faisant de la parole et du langage un acte de soins, un acte responsable.

Notes

  1. Svandra P. Le soin est langage. Soins 2013;772:24-7
  2. Boula JG. Le regard anthropologique dans les soins. Soins 2013;772:28-31
Creative Commons License

Cadre de santé
Centre de soins et de rééducation pep 92,
131, avenue de la Celle Saint-Cloud
92420 Vaucresson

Flo.michon.kossmann@free.fr

Retour au sommaire du dossier Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

Commentaires (0)