GRANDS DOSSIERS

Les cicatrices

Cet article fait partie du dossier :

Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Précédent Suivant


Le traitement des plaies et de leurs cicatrices s’inscrit comme une discipline à part entière avec des spécialités extrêmement variées : de la prise en charge des grands brûlés aux plaies oncologiques, des soins de ville à l’altération cutanée en service de réanimation, de la lésion du pied diabétique aux séquelles cicatricielles d’un patient mutilé, etc.

n° 772 - Janvier / février 2013
Avant-propos - Le traitement des cicatrices, une discipline aux spécialités variées

Le traitement des cicatrices, une discipline aux spécialités variéesLe traitement des plaies et de leurs cicatrices s’inscrit comme une discipline à part entière avec des spécialités extrêmement variées : de la prise en charge des grands brûlés aux plaies oncologiques, des soins de ville à l’altération cutanée en service de réanimation, de la lésion du pied diabétique aux séquelles cicatricielles d’un patient mutilé, etc.

Ces différences, regroupées autour d’une même discipline, sont une richesse car elles nous obligent à travailler ensemble, à s’écouter, à réunir nos savoirs et nos exigences autour d’une même thématique. Elles nous imposent aussi des limites, celles de notre compétence et du respect du travail de l’autre. N’est pas spécialiste ou expert celui qui sait “tout faire”, mais le professionnel qui, en bonne intelligence, sait prendre la bonne décision. Ce qui compte n’est pas ce que nous pouvons faire nous-mêmes, mais ce qui est le plus bénéfique pour le malade, selon le contexte et les priorités de celui-ci.

Les protocoles de soins semblent encore bien trop souvent modifiés lors de relais entre professionnels, même dûment formés. Cette discordance a non seulement un coût économique, mais pénalise également le patient, par une discontinuité de sa prise en charge et une perte d’information. À l’heure où les malades sortent de plus en plus rapidement de l’hôpital pour regagner leur domicile, il serait bon d’apprendre à profiter de la richesse de nos différences plutôt que de les opposer, que ce soit dans nos rapports entre la ville et l’hôpital, ou encore entre médecins et infirmiers.

L’accès aux spécialistes et les liens entre professionnels sont soutenus par des initiatives récentes telles que la télémédecine, mise en place dans plusieurs régions, ou la majoration de coordination infirmière (MCI) que les infirmiers libéraux peuvent à présent facturer dans le cadre de soins de plaies complexes. Ces avancées sont très positives pour une discipline encore si peu reconnue il y a dix ou quinze ans.

Il n’en reste pas moins qu’il est de notre responsabilité individuelle et professionnelle d’apprendre à travailler ensemble et de profiter de cette opportunité pour faire évoluer la qualité des soins, de la prise en charge initiale de la plaie à celle de ses potentielles séquelles cicatricielles.

Au sommaire du dossier "Les cicatrices"


infirmière expert en plaies et cicatrisations
Institut Curie, 26 Rue d’Ulm 75005 Paris, France
isabelle.fromantin@curie.net

Retour au sommaire du dossier Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

Commentaires (0)