GRANDS DOSSIERS

L’infarctus du myocarde

Cet article fait partie du dossier :

Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Précédent Suivant

Nul doute que le cœur, symbole de vie, sera encore l’objet de toutes les attentions de la recherche, pour mieux prévenir et prendre en charge les maladies cardiovasculaires. Ce dossier du mois de mars 2015 de la revue SOINS consacré à l'infarctus du myocarde nous rappelle que la prévention et la recherche sont, en la matière, deux éléments-clés.

Avant-propos

Revue Soins mars 2015

Les traitements médicamenteux et les manœuvres de revascularisation par angioplastie sont les prises en charge de première intention de l'ischémie cardiaque.

Plus de 40 ans de prévention des maladies cardiovasculaires ont permis une meilleure prise en charge des facteurs de risque majeurs de la pathologie ischémique, et par conséquent de l’infarctus du myocarde. Cependant, ces mêmes maladies cardiovasculaires sont encore responsables de plus d’un quart des décès, en France, des adultes de plus de 40 ans1. De plus, le vieillissement de la population, caractéristique des sociétés industrialisées, nécessite une prise en charge de la maladie coronaire adaptée au grand âge.

Grâce à des études épidémiologiques internationales (étude Framingham, projet Monica2 pour ne citer que les plus célèbres), chercheurs et médecins ont pu protocoliser la prise en charge des patients subissant un infarctus du myocarde. Les traitements médicamenteux et les manœuvres de revascularisation par angioplastie sont les prises en charge de première intention. Les protocoles validés sont aussi bien appliqués lors des prises en charge préhospitalières que lors des admissions en centres de cardiologie spécialisés. Ces modes opératoires garantissent aux patients une qualité et une sécurité des soins reconnues.

L’espoir de meilleurs résultats dans le traitement de l’ischémie cardiaque repose aujourd’hui en particulier sur les progrès d’implantation des cellules souches d’origine osseuse, directement dans le muscle cardiaque détruit. Nul doute que le cœur, symbole de vie, sera encore l’objet de toutes les attentions de la recherche, pour mieux prévenir et prendre en charge les maladies cardiovasculaires.

Notes

  1. Coll. Heart disease and stroke statistics - 2009 update : a report from the American Heart Association Statistics Committee and Stroke Statistics Subcommittee. Circulation. 2009 ; 119:e21-e181.
  2. Tunstall-Pedoe H, Kuulasmaa K, et al. Contribution of trends in survival and coronaryevent rates to changes in coronary heart disease mortality : 10-year results from 37 WHO MONICA project populations. Monitoring trends and determinants in cardiovascular disease. Lancet 1999;353(9164):1547-7.

Membre du groupe des paramédicaux de la Société française de cardiologie,chargée de missions à l’hôpital privé gériatrique Les Magnolias Ballainvilliers (91)  mfranzingarrec@yahoo.fr 

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts.

Retour au sommaire du dossier Revue Soins et La Revue De l'Infirmière