GRANDS DOSSIERS

L'oxygénothérapie hyperbare

Cet article fait partie du dossier :

Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Précédent Suivant

L’oxygénothérapie hyperbare est une modalité thérapeutique d’administration de l’oxygène par voie respiratoire à une pression supérieure à la pression atmosphérique standard. Elle est définie comme l’inhalation d’oxygène pur (O2 à 100 %) par un sujet placé dans un caisson d’acier ou de polymère, à des pressions supra-atmosphériques (1,5 à 3 ATA) pendant au moins 90 minutes. Ce dossier de La revue de l'infirmière met l'accent sur la place majeure de l'infirmier hyperbariste, expert d'un parcours de soins du patient sécure et cohérent.

Revue de l'infirmière n° 242

Particulièrement autonome, toujours proche du patient, l'infirmier hyperbariste a un rôle d’expert dans un parcours de soins cohérent.

L'oxygène en milieu hyperbare possède des indications chroniques et aiguës cadrées et validées régulièrement par des recommandations formalisées d’experts. Le maillage des centres de médecine hyperbare est peu dense et impose une régulation pour l’activité non programmée par le Service d’aide médicale urgente (centre 15). Spécialité reconnue et coordonnée par des sociétés savantes, la médecine hyperbare se pratique dans un cadre spécifique, en équipe. La place de l’infirmier hyperbariste y est majeure. Particulièrement autonome, toujours proche du patient, il a un rôle d’expert dans un parcours de soins cohérent. La médecine hyperbare impose une maîtrise transversale des domaines des soins qui l’indiquent, et de l’accompagnement du patient dans cet univers inhabituel et parfois anxiogène pouvant nécessiter l’usage de techniques d’analgésie sédation courantes ou innovantes comme l’hypnose.

Hugues LEFORTMédecin urgentisteStructure des urgences, HIA Legouest57000 Metz, Francelefort.hugues@gmail.com

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

revue soins juillet 2018Au sommaire du n°242, juin-juillet 2018

  • p. 14 - L’oxygénothérapie hyperbare, une discipline peu connue : C. Chantre, S. Foucher, H. Le Hot, H. Lefort, J.-É. Blatteau
  • p. 16 - Hyperbarie et médecine d’urgence, exemple de l’accident de désaturation en plongée : C. Chantre, J. Morin, H. Le Hot, J.-É. Blatteau, H. Lefort
  • p. 18 - Intoxication au monoxyde de carbone, prise en charge et orientation : T. Le Corfec, O. Maurin, S. Foucher, K. Bertho, H. Lefort
  • p. 21 - Prise en charge infirmière d’un patient admis au caisson hyperbare pour une plaie chronique : S. Chevallier, S. Le Nabat, A. Druelle, H. Lefort, J.-É. Blatteau
  • p. 23 - Le caisson hyperbare, un milieu de travail plutôt hostile : T. Joff re, N. Tomasso, A. Guy, J.-G. Martinez, K. Tazarourte
  • p. 25 - Peut-on replonger après un accident de désaturation ? : J. Morin, S. de Maistre, A. Druelle, H. Le Hot, J.-É. Blatteau
  • p. 27 - L’hypno-analgésie, une offre complémentaire pour les soins douloureux : J.-G. Martinez, M.-P. Delaunay, N. Tomasso, A. Guy, T. Joff re
  • p. 29 - Immersion dans le monde de l’hyperbarie avec deux infirmiers spécialisés : S. Le Nabat, J.-G. Martinez, S. Chevallier, T. Le Corfec, N. Tomasso

La revue de l’infirmière Juin-Juillet 2018, n° 242, Editions Elsevier Masson

Accédez à l'intégralité du numéro et découvrez les formules d'abonnement

Retour au sommaire du dossier Revue Soins et La Revue De l'Infirmière