GRANDS DOSSIERS

Douleur - Une prise en charge insuffisante aux urgences

Cet article fait partie du dossier :

Douleur

    Précédent Suivant

La douleur est un motif fréquent de consultation aux urgences mais y est insuffisamment prise en charge et avec des délais relativement longs, montre une étude française présentée le 22 septembre 2011 au congrès de la Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar) à Paris.

infirmière couloir d'hôpital

La douleur est fréquente mais insuffisamment prise e, charge aux urgences

L'étude PALIERS, réalisée début 2010, a inclus tous les patients se présentant dans 11 services d'urgence pendant 48 heures consécutives, avec une évaluation de la douleur effectuée chez les patients douloureux. Ces résultats sont également publiés en ligne dans les Annales françaises de médecine d'urgence.

Sur 1 352 patients inclus, 76% présentaient une douleur à l'admission, dont près de la moitié (45%) une douleur sévère et 36% une douleur modérée, rapportent E. Boccard du laboratoire Bristol-Myers Squibb et ses collègues dans le résumé de leur communication. La douleur était le motif de consultation pour 64% des patients douloureux.

Un traitement antalgique n'a été administré qu'à 38% des patients douloureux à l'arrivée, le plus souvent de palier I. Ce traitement était administré en médiane une heure après l'arrivée des patients avec douleur modérée ou sévère, et 70 minutes après l'arrivée pour les patients avec douleur légère.

Un geste diagnostique/thérapeutique était réalisé chez 84% des patients.

Mais près de la moitié des patients ayant une douleur modérée à sévère à l'admission présentaient encore une telle douleur à la sortie. La douleur était en outre présente à la sortie des urgences chez 47% de la totalité des patients et 51% de ceux qui n'étaient pas hospitalisés.

La prise en charge médicale de la douleur demeure insuffisante, avec un faible taux de prescription d'antalgiques et un délai d'administration des traitements antalgiques relativement long. De plus, on observe un soulagement insuffisant à la sortie des urgences, résument les auteurs.

Ils estiment que des efforts très importants de sensibilisation et de formation de tout le personnel soignant sont indispensables pour améliorer la prise en charge de la douleur en situation d'urgence.

Retour au sommaire du dossier Douleur

Publicité

Commentaires (0)