GRANDS DOSSIERS

Un pas en avant contre la douleur neuropathique

Cet article fait partie du dossier :

Douleur

    Précédent Suivant

Le CHU de Lille innove en pratiquant en ambulatoire la stimulation médullaire percutanée. Une intervention destinée à soulager les patients souffrant de douleurs neuropathique ou d’algodystrophie résistante aux traitements usuels. Les premiers résultats s’avèrent très encourageants.

Epines ronces

Cette intervention peu invasive a pour but de calmer les douleurs chroniques dues à une sensibilisation anormale des centres nerveux. 

J’ai eu la chance de bénéficier d’une implantation d’un neurostimulateur pour des douleurs intenses qui provoquaient des difficultés de mobilité de la jambe. Je suis très satisfaite du résultat, témoigne Mme F.S, patiente de la Structure Douleur Chronique du CHU de Lille. En effet, depuis peu, le Centre hospitalier pratique la stimulation médullaire percutanée. Cette intervention peu invasive a pour but de calmer les douleurs chroniques dues à une sensibilisation anormale des centres nerveux, ceux-ci étant devenus incapables d’activer les connexions modératrices de la douleur.

Je n’ai plus de douleurs, je marche aussi bien en pente que sur du plat

Plus précisément, cette méthode repose sur des stimulations électriques réalisées dans l’espace péridural dans le bas du dos, à proximité des centres nerveux contrôlant le processus douloureux. Ces stimulus réactivent les connexions qui modèrent les messages douloureux et ainsi permettent de soulager les patients. L’opération s’est déroulée en deux étapes, la première avec un neurostimulateur provisoire pour tester l’efficacité et la deuxième une semaine plus tard pour implanter le définitif, explique la patiente. Comme l’intervention est pratiquée par voie percutanée, elle est peu invasive et moins douloureuse et nécessite un temps de récupération moins long. Les patients peuvent donc rentrer chez eux le soir même.

Actuellement une dizaine de personnes atteintes de douleurs invalidantes ont pu bénéficier de cette technologie mise au point en ambulatoire depuis novembre 2017. Elle leur a permis de retrouver une meilleure qualité de vie. Je n’ai plus de douleurs, je marche aussi bien en pente que sur du plat, souligne Mme F.S. Face à ces bons résultats, les professionnels espèrent pouvoir prochainement proposer cette méthode à une centaine de personnes par an mais aussi former de jeunes médecins à cette nouvelle technique.

Creative Commons License

Journaliste infirmiers.com roxane.curtet@infirmiers.com  @roxane0706

Retour au sommaire du dossier Douleur

Publicité

Commentaires (0)