EN BREF

Covid-19 : pas de 3ème confinement, mais une vigilance territoriale accrue

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Lors d'une conférence de presse hier, 29 décembre, le gouvernement a dévoilé les mesures prises pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 à l'issue du Conseil de défense, présidé par Emmanuel Macron, qui s'est tenu le même jour. Actuellement, la France se trouve sur un "haut plateau épidémique" après une baisse nette des cas et hospitalisations grâce au deuxième confinement. Même si les chiffres sont moins alarmants que chez nos voisins européens, le constat est partagé : le taux d'incidence a fortement augmenté et le niveau de circulation du virus demeure élevé en France, en particulier dans le Grand Est, en Bourgogne - Franche-Comté, en Auvergne - Rhône-Alpes et en PACA. Par ailleurs, la pression hospitalière stagne à un niveau élevé (2 600 à 2 700 personnes sont en réanimation fin décembre) et le nombre de nouveaux cas observés (10 000 à 15 000 par jour) est supérieur aux 5 000 initialement attendus pour un assouplissement des mesures. Des données toutefois difficiles à interpréter en raison d'un hausse significative du testing : 3 500 000 tests (PCR et antigéniques confondus) ont été réalisés durant la semaine de Noël, ce qui est un chiffre inégalé jusque-là.

Face à cette réalité et à l'aggravation territorialisée de la situation, le Conseil Scientifique a reconnu qu'il existe un risque non-nul de reprise épidémique de Covid-19 à la rentrée et a recommandé deux mesures : au sujet du variant britannique du virus (dont l'émergence est déjà prise en compte dans la modélisation de la vaccination, laquelle sera proposée dès janvier aux professionnels de santé de moins de 50 ans), de contrôler des personnes en provenance d'Angleterre ; concernant le territoire national, d'attendre le 1er janvier pour disposer de données claires, lisibles et qui prennent en compte l'impact des fêtes de fin d'année. Aujourd'hui, une vingtaine de départements nous inquiètent, ont déclaré de concert le Cabinet du Premier Ministre et celui d'Olivier Véran. Dès le 2 janvier, des restrictions différenciées et accrues (couvre-feu anticipé à 18h) pourraient intervenir dans ces territoires (cf. infra), qui comptent des cas et/ou des cas âgés en excès. Les closes de revoyure concernant les établissements culturels (7 janvier) et les bars, restaurant et autres salles de sport (20 janvier) sont maintenues. D'ici-là, la rentrée scolaire se déroulera comme prévu, le 4 janvier.

  • Allier
  • Alpes-Maritimes
  • Ardèche
  • Ardennes
  • Aube
  • Doubs
  • Haute-Marne
  • Hautes-Alpes
  • Haute-Saône
  • Haut-Rhin
  • Jura
  • Marne
  • Meurthe-et-Moselle
  • Meuse
  • Moselle
  • Nièvre
  • Saône-et-Loire
  • Territoire de Belfort
  • Vosges
  • Yonne

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Commentaires (0)