HYGIENE

1 soignant hospitalier sur 5 se lave les mains suffisamment...

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Contrairement à ce qu'indiquent les enquêtes régulières, seulement un soignant sur cinq respecterait les mesures d'hygiène des mains, selon des résultats recueillis à l'Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM) et présentés le 5 février dernier lors des cinquièmes états généraux des infections nosocomiales et de la sécurité du patient organisés à Paris.

lavage des mains, hygiène, hôpital, soignants

Cette enquête marseillaise le montre : plus les parcours de soins sont courts, moins les soignants se désinfectent les mains. 

Tous les deux ans, une étude nationale sur le lavage des mains est conduite, a expliqué à l'APM le Pr Philippe Brouqui, chef du service de maladies infectieuses et tropicales à l'AP-HM. L'estimation repose sur un audit, réalisé auprès de la moitié des hôpitaux français et la consommation de solutions hydro-alcooliques des hôpitaux. Lors de l'audit, une équipe d'hygiénistes suit les soignants d'un service prévenu une à deux semaines à l'avance. Les estimations réalisées à partir de ces données indiquent une observance des mesures d'hygiène des mains de l'ordre de 60% à 80%. De même, les enquêtes de consommation révèlent une très forte consommation de solution hydro-alcoolique en France. C'est la commande qui est mesurée et lorsque les établissements voient qu'ils n'ont pas assez consommé ils commandent, a résumé à l'APM le Pr Brouqui. Au vu des résultats de ces enquêtes, on pourrait se dire 'que tout va bien', mais pourquoi alors les taux d'infections nosocomiales progressent ?, s'est interrogé l'infectiologue.

Afin de disposer d'une mesure plus objective, MediHandTrace a développé un système de traçabilité d'hygiène des mains. Il s'agit d'un système d'identification par radiofréquence qui détecte un traceur individuel inséré dans les chaussures des soignants reconnu par des antennes posées au sol et situées au niveau des distributeurs de solution hydro-alcoolique. Le système reconstitue les parcours des soignants à l'intérieur et devant les chambres.

Selon ces résultats, seulement 22,6% des soignants se lavent les mains avant un contact avec les patients. Après contact, cette proportion est de 21,4%.

L'étude menée à l'AP-HM entre septembre 2013 et mars 2014 a enregistré 14.500 parcours, dont 4.629 ont été inclus dans l'analyse (après élimination des parcours sans patient ou encore réalisés dans les chambres de patients infectés par Clostridium difficile et isolés). Ces données sont relatives aux parcours de 43 soignants et de 132 patients dans sept services. Selon ces résultats, seulement 22,6% des soignants se lavent les mains avant un contact avec les patients. Après contact, cette proportion est de 21,4%. Les auteurs estiment que les trois quarts des parcours sont inacceptables. Par ailleurs, plus les parcours sont courts, moins les soignants se désinfectent les mains. Les différences individuelles sont très marquées : certains se désinfectent toujours correctement les mains, d'autres jamais, a pointé le Pr Brouqui.

Les soignants qui ont participé à l'étude ont eu accès à un compte rendu hebdomadaire de leurs "performance"s par SMS. On constate que cela fait progresser ceux qui ont des résultats moyens ou bons, a précisé l'investigateur à l'APM. En revanche, ces retours n'ont aucun impact sur ceux qui ne se lavent jamais les mains, a-t-il rapporté. Pour ces derniers, le spécialiste préconise la mise en place de système d'alerte qui pourrait conduire à écarter des établissements ceux qui sont complètement réfractaires à l'hygiène des mains.

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)