GRANDS DOSSIERS

25 millions de cathéters veineux périphériques posés par an

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Les cathéters veineux périphériques représentent le troisième thème de l'audit national des pratiques en hygiène hospitalière que les établissements de santé sont incités à réaliser d'ici à mars 2010, a indiqué la Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (Dhos) dans une circulaire.

"Ce choix repose sur la fréquence importante de pose (25 millions par an) et la priorité donnée à la réduction des infections associées aux dispositifs intravasculaires proposée par le programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-13", justifie la Dhos, Annie Podeur, dans une circulaire d'une trentaine de pages, datée du 26 septembre.

La circulaire fournit un guide pour l'organisation de cet audit et pour le recueil des données, proposé par le groupe d'évaluation des pratiques en hygiène hospitalière (GREPHH), à partir de recommandations élaborées en 2005 par la Société française d'hygiène hospitalière (SFHH) avec le soutien de la Haute autorité de santé (HAS).

Des audits, le plus souvent sur les pratiques de pose et de traçabilité des cathéters veineux périphériques, ont fait l'objet de publications, en nombre limité entre 1995 et 2005, avant la diffusion des recommandations de la SFHH, est-il précisé dans la circulaire.

Elles montrent, pour ce qui est de la pose, de bons résultats pour l'antisepsie (réalisée dans 95% à 100% des cas) et l'utilisation d'antiseptique alcoolique (81% à 84% des cas). En revanche, les gestes de base, comme l'hygiène des mains ou le port de gants avant l'insertion du cathéter, sont insuffisamment respectés et très variables selon les études et la méthode d'évaluation utilisée (20% environ à 94% pour l'hygiène des mains et de 25% à 60% environ pour le port de gants). Le respect de la durée de maintien dépend du seuil utilisé: il est plus fréquent à trois jours qu'à quatre jours et se situe toujours au-dessus de 80%.

La traçabilité de la date de pose est en général retrouvée au-dessus de 70% mais des résultats beaucoup plus faibles peuvent être observés (15%). Enfin une publication montre un résultat de 25% pour la surveillance clinique quotidienne.

L'hygiène des mains a représenté le premier thème d'audit national des pratiques en hygiène hospitalière en 2005 et la préparation cutanée de l'opéré, le deuxième en 2007.

Paris, 6 novembre 2009 (APM)

Retour au sommaire du dossier Hygiène hospitalière

Publicité

Commentaires (0)