GRANDS DOSSIERS

Améliorer les procédures d'antibiothérapie prophylactique

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Donner l'antibiothérapie prophylactique dans les 30 minutes avant une chirurgie orthopédique réduit les coûts hospitaliers et les infections du site opératoire, selon les résultats d'une étude américaine publiée en octobre 2013 par le Journal of Hospital Infection.

chirurgie équipe soignante

Des recommandations utiles pour améliorer les procédures d'antibiothérapie prophylactique au bloc

Les infections du site opératoire représentent près de 40% des infections nosocomiales aux Etats-Unis. Or, l'efficacité de l'antibiothérapie prophylactique, dispensée pour prévenir les infections du site opératoire, dépend du moment de son administration avant la chirurgie.

Pourtant, les recommandations en la matière varient selon les sociétés savantes, rapportent Bryan Norman de l'université de Pittsburgh (Pennsylvanie) et ses collègues. Pour les chirurgies orthopédiques, les recommandations européennes préconisent d'administrer l'antibiothérapie dans les 30 minutes avant l'incision, contre une heure pour les références américaines.

Les auteurs ont voulu déterminer la procédure optimale et évaluer la valeur économique des différentes stratégies. En analysant la littérature consacrée à la chirurgie orthopédique, ils ont identifié quatre créneaux : dans les 30 minutes avant l'opération, entre 31 min et une heure, entre 61 min et 120 min et enfin plus de 120 min.Ils ont analysé rétrospectivement les données d'hospitalisation de 167 patients pris en charge à l'hôpital universitaire de Pittsburgh pour une pose de prothèse de hanche ou totale du genou.

Selon la modélisation de ces données, administrer l'antibiothérapie entre 0 et une minute avant l'intervention correspond aux coûts les plus faibles (379 dollars par opération) et au risque le plus faible de contracter une infection du site opératoire (19/1.000 opérations).

Ces résultats devraient être utilisés par les hôpitaux pour améliorer leurs procédures d'antibiothérapie prophylactique, estiment les auteurs.

Selon l'équipe de recherche, en considérant le nombre de chirurgies orthopédiques réalisées chaque année aux Etats-Unis, les économies pourraient être substantielles si les établissements appliquaient cette stratégie.

Journal of Hospital Infection, publication avancée en ligne du 2 octobre 2013

Retour au sommaire du dossier Hygiène hospitalière

Publicité

Commentaires (0)