GRANDS DOSSIERS

Cathétérisme urinaire et place des antiseptiques

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Le nettoyage du méat urinaire par des produits antiseptiques avant cathétérisme ne semble pas abaisser le risque d'infections urinaires associées aux soins, selon une analyse systématique de la littérature parue dans le Journal of Hospital Infection.

infection nosocomiale voies urinaires patient

Les auteurs estiment ainsi qu'au regard du coût des produits antiseptiques et de leur risque d'allergie, leur étude est plutôt en faveur de l'usage de produits non antiseptiques.

Le risque d'infection nosocomiale des voies urinaires est élevé. Pour l'heure, les guidelines britanniques comme celles de l'Infectious Diseases Society of America ne recommandent pas de nettoyer le méat urinaire avec des produits antiseptiques avant cathétérisme, faute de données suffisantes, rappellent Oyebola Fasugba, de l'Australian Catholic University à Dickson en Australie, et ses collègues.

A noter qu'en France, le recours aux produits halogénés iodés ou chlorés pour le nettoyage du méat urinaire figure sur les check-lists de certains centres de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales de l'inter-région (CClin) pour le sondage urinaire à demeure, comme celle du CClin de l'Antenne régionale de lutte contre les infections nosocomiales de Provence Alpes Côte d'Azur (Arlin PACA) en vigueur depuis 2012.

Oyebola Fasugba et ses collègues ont réalisé la méta-analyse de 14 études comparant le recours à des produits antiseptiques (polyvidone, chlorhexidine, agents antibactériens tels que la sulfadiazine argentique ou savon antiseptique) à une stratégie de lavage simple (eau et savon, solution saline, eau ou des "soins courants" consistant à retirer les débris de la sonde au cours du bain). Le risque poolé d'infections des voies urinaires associées aux cathéters ne différait pas significativement suivant le recours à des produits antiseptiques ou non. Et les risques mesurés par type de produit antiseptique n'étaient pas davantage statistiquement significatifs. Seule la comparaison entre un agent antibactérien et des soins courants était presque significative.

Les auteurs estiment ainsi qu'au regard du coût des produits antiseptiques et de leur risque d'allergie, leur étude est plutôt en faveur de l'usage de produits non antiseptiques. Comme un possible bénéfice des agents antibactériens est cependant suggéré, et au vu des complications possibles des infections des voies urinaires, ils proposent néanmoins d'investir dans des essais randomisés qui soient de taille suffisante pour mettre en évidence une différence cliniquement significative.

Journal of Hospital Infection, édition en ligne du 4 novembre 2016

Retour au sommaire du dossier Hygiène hospitalière

Publicité

Commentaires (0)