GRANDS DOSSIERS

Dasri : trier plus pour dépenser moins

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Un hôpital a rapporté comment il avait réussi à améliorer sa gestion des déchets d'activités de soins à risques infectieux (Dasri), dans une étude présentée à Lille au congrès de la Société française d'hygiène hospitalière (SF2H).

Un hôpital qui améliore sa gestion des déchets d'activité de soins à risques infectieuxLe centre hospitalier de Compiègne (Oise), qui compte 800 lits, produit de plus en plus de Dasri (14% de hausse sur les trois dernières années) et la part de Dasri par rapport aux déchets assimilés aux ordures ménagères (DAOM) est le double des préconisations (34% contre 15 à 20%), indiquent Boris Jolibois, responsable du service d'hygiène hospitalière de l'établissement de santé, et ses collègues, dans le résumé écrit de leur présentation.

La qualité du tri des Dasri a été évaluée à deux reprises en février et novembre 2011. Les sacs de Dasri ont été prélevés dans la production de la veille (tous services représentés), pesés avant un nouveau tri selon le protocole en vigueur et en prenant toutes les précautions d'usage, et enfin pesés après le tri.

Entre ces deux évaluations, des actions d'amélioration ont été mises en place, ainsi qu'une formation des soignants au tri des déchets.

Sur les 147 kg de Dasri triés lors du premier audit de février 2011 (62 sacs), les erreurs de tri se montaient à 48%. Un objectif de réduction des erreurs de moitié a été fixé à moyen terme, ce qui correspond à une économie potentielle de 20.000 euros par an. L'analyse des causes de ces erreurs de tri, a permis d'identifier le manque de supports déchets bi-sacs sur les différents chariots. Un investissement dans 100 supports a été réalisé, pour un montant de 10.000...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

Hodrey

Avatar de l'utilisateur

41 commentaires

#2

Sacs

Bonjour,

c'est une étude qui a été réalisée au sein même des services de soins, et bien évidemment qu'il faut tout le matériel nécessaire pour le tri des DASRI, sacs y compris. La mise à disposition des sacs est une des composantes à prendre en compte, à l' acheminement erroné des déchets.

Bien cordialement.

davantage

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

tri des dechets

Pour pouvoir être pertinent ,il vous manque juste" un petit détail "du fonctionnement des services.
En effet ,l'ère est a l'économie à TOUT PRIX.
Les conséquences sont l'absence de sacs poubelles dans les services,suivi de la quête et de la recherche de sacs poubelles activité de chasse au trésor obligatoire pour pouvoir commencer à travailler,le report de pansements,de changes en résultent mais aussi dès que le saint Graal sac est découvert ,le tout-venant va dedans ,exit donc le tri!
Nos cadres sont absolument ravis et fiers des économies réalisées en sacs poubelles.
Par ailleurs ,pas question de fermer le seul et unique grand sac jaune mis à disposition après chaque pansement,non ,je fais toutes les chambres avec ,le sac ouvert bien entendu,sinon je ne peux plus faire de pansements!
Bataille gagnée pour les boites à aiguilles,après ne pas avoir fait les bilans et injections faute de boite ,par mesure d'économie bien sur.
Conclusion ,nous savons trier seulement si les sacs sont réellement mis à disposition.