GRANDS DOSSIERS

Infections nosocomiales : le réseau d’alerte doit encore se développer

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Le bulletin épidémiologique hebdomadaire du 26 avril dernier est consacré au Réseau d’Alerte, d’Investigation et de Surveillance des Infections Nosocomiales (RAISIN). Une bonne occasion de faire le point sur ce système au service de l’hygiène hospitalière.

La lutte contre les infections nosocomiales fait aujourd’hui partie intégrante de nos pratiques quotidiennes. Les infections liées aux soins (IAS), notamment, sont une préoccupation permanente des tutelles et de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS). Ce dernier a fait paraître, dans son dernier Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH), une série d’articles sur le sujet, en particulier sur l’outil le plus efficace qui ait été créé pour les enrayer, le RAISIN.

Lavage des mains avec une solution hydro-alcoolique

Initié par l’InVS en 2001, le RAISIN a été créé pour centraliser et standardiser les méthodes de travail réalisé par les Centres régionaux de Coordination de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CCLIN). Il a permis de réaliser une étude comparative, au niveau national, des différents établissements hospitaliers. Il s’étend aujourd’hui à la majeure partie de l’Europe1, grâce à l’intégration des protocoles nationaux, piloté par le Centre Européen de Prévention et de Contrôle des Maladies (ECDC).

A travers différents objectifs d'investigation, ce réseau a permis, dans les années 2005-2008, de faire reculer significativement la prévalence globale des infections nosocomiales (IN). L'une des composantes majeures de cette réussite est le lavage des mains.

Les campagnes menées au sein des établissements par les Équipes Opérationnelles d'Hygiène (EOH) en faveur de l'utilisation de solutions hydro-alcooliques (SHA) ont porté leurs fruits. L'indicateur de consommation de SHA est même devenu le baromètre d'une bonne hygiène des mains.Une marge de progression significativeLes enquêtes quinquennales de prévalence de 2001 et 2006 montrent tout de même, selon le BEH2, une différence significative de résultats entre établissements similaires. Si...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)