GRANDS DOSSIERS

Un Kit contre les bactéries multirésistantes

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Pour lutter traiter les patients colonisés ou infectés par des entérobactéries résistantes à presque toutes les pénicillines et céphalosporines et à un nombre croissant d’autres antibiotiques, le Dr Véronique Mondain, infectiologue au CHU de Nice a conçu un KIT BLSE. Disponible sur internet, ce coffret inclut des protocoles de traitements, des informations sur les mesures d’hygiène pour les patients porteurs et les établissements, ainsi que des check lists permettant, notamment en établissement de soin, de réaliser une approche optimale de ces patients, du soin à la valorisation financière du séjour.

nettoyage salle de bain hôpital

Le nettoyage de la cuvette des WC, réservoir potentiel de BMR, doit être rigoureux...

Une évaluation de l'intérêt de ce Kit a été réalisée au CHU de Nice en 2012, montrant une importante amélioration des critères de qualité de prise en charge1. L’utilisation de ce Kit en ville a également permis une amélioration de l’antibiothérapie des patients présentant une infection urinaire2.

Longtemps associées aux infections contractées à l’hôpital, notamment en Unités de Soins Intensifs (USI), les bactéries multirésistantes (BMR) sont aujourd’hui présentes dans tous les services des établissements de soins et en ville, où elles posent des problèmes de prise en charge et inquiètent médecins généralistes et patients. Elles seraient à l’origine d’une surmortalité estimée à 25 000 décès chaque année en Europe. Parmi elles, les entérobactéries porteuses d’un mécanisme de résistance appelé bêtalactamases à spectre élargi (BLSE) mettent en échec les traitements antibiotiques et les médecins non infectiologues se retrouvent démunis face à ces situations de résistance, d’autant que la recherche sur de nouveaux antibiotiques est actuellement très pauvre.

Les bactéries multirésistantes (BMR) seraient à l’origine d’une surmortalité estimée à 25 000 décès chaque année en Europe...

Le bêtalactamases à spectre élargi (BLSE) est un mécanisme de résistance facilement transférable d’une bactérie à l’autre et  d’un patient à l’autre notamment par transmission manuportée, impliquant une information du patient et des mesures d’hygiène. En effet, même après traitement d’une éventuelle infection, les patients continuent d’abriter dans leur flore intestinale le réservoir de bactéries résistantes  et sont donc susceptibles de les transmettre : en oubliant de se laver les mains après être allé aux toilettes, en séchant ses mains avec des serviettes utilisées par d’autres, en négligeant de nettoyer la cuvette des WC…

La lutte contre la résistance bactérienne passe avant tout par une utilisation mesurée des antibiotiques. En effet, en diminuant la pression de sélection, les bactéries perdront leur mécanisme de résistance au fur et à mesure d’une utilisation contrôlée des antibiotiques. Selon le Plan antibiotique Français (2011-2016), la consommation des antibiotiques doit diminuer de 25 % pour se mettre au niveau moyen de l’Europe. Et dans ce domaine, on aurait tendance à se relâcher.

Notes

  1. ECCMID (European Congress on Clinical Microbiology and Infectious Diseases) (Berlin, avril 2013) ESBL-Producing enterobacteriaceae : improved quality of care in a french teaching hospital A before and after uncontrolled interventional study V. Mondain, F. Lieutier, C. Pulcini, N. Degand, E. Bernard, L. Landraud, R. Ruimy, S. Dumas, T. Fosse, P-M. Roger.
  2. JNI Clermont-ferrand 06 2013: le KIT BLSE, un outil d’aide à la prise en charge des infections urinaires communautaires à Coli BLSE : A.Zucconi, V.Mondain, F. Aaintpère, C. Mauruéjouls, L.Pandiani, C.Pradier

Pour en savoir plus


Directrice de la communication CHU de Nice http://www.chu-nice.frrajzman.m@chu-nice.fr

Cet article a été publié par le Réseau CHU le 8 juillet 2014. Nous le remercions de ce partage.

Retour au sommaire du dossier Hygiène hospitalière

Publicité

Commentaires (0)