GRANDS DOSSIERS

Quand le lavage des mains s'accompagne de dermatite de contact

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Les campagnes visant à améliorer l'hygiène des mains chez les professionnels de santé dans les hôpitaux ont entraîné une hausse des cas de dermatite de contact irritative au Royaume-Uni entre 1996 et 2012, selon une étude à paraître dans le British Journal of Dermatology (BJD).

propreté des mains

En 2012, notent les auteurs de cette étude, il y avait environ 4,5 fois plus de cas de dermatite de contact irritative lié à l'hygiène des mains qu'en 1996.

Selon les auteurs, c'est la première fois que l'évolution dans le temps de la dermatite de contact irritative chez les professionnels de santé est rapportée. La question de cette dermatite associée aux mesures d'hygiène va au-delà du Royaume-Uni puisqu'il y a des campagnes partout dans le monde, font observer le Dr Jill Stocks de l'université de Manchester et ses collègues, en dénombrant près d'une quarantaine en 2009. Ces campagnes se sont développées avec la résurgence des infections nosocomiales, notamment dans les établissements de santé, à partir des années 1970. Or le lavage des mains et les travaux en conditions humides sont associés aux dermatites de contact irritatives professionnelles.

A l'aide d'un registre sur les maladies professionnelles renseigné par des dermatologues depuis 1996, les chercheurs ont comparé les tendances annuelles des cas de dermatites de contact irritatives avant et après la mise en place, à partir de 2006, de campagnes de sensibilisation à l'hygiène des mains. L'analyse des données montre qu'entre 1996 et 2012, l'incidence des dermatites de contact irritatives a augmenté de manière significative chez les professionnels de santé, à la fois les cas attribués à l'hygiène des mains uniquement et les cas attribués à l'hygiène des mains et le travail en conditions humides, avec un rapport des taux d'incidence de respectivement 1,1 et 1,05, alors qu'elle diminue dans les deux groupes contrôles, les professionnels de la coiffure, du nettoyage et ceux qui manipulent des aliments d'une part, et tous les autres professionnels d'autre part. Cela signifie qu'en 2012, il y avait environ 4,5 fois plus de cas de dermatite de contact irritative lié à l'hygiène des mains qu'en 1996, notent les auteurs.

Les campagnes successives pour prévenir les infections au staphylocoque doré résistant à la méticilline (Sarm) ou à Clostridium difficile par le lavage des mains au savon ou à l'alcool ont été efficaces mais il est nécessaire de protéger les professionnels de santé, d'autant plus que des données suggèrent que les bactéries peuvent rester plus longtemps sur les peaux irritées. En outre, avoir une dermatite peut inciter à ne plus se laver les mains, commentent-ils.

Bien sûr, les professionnels de santé doivent continuer à se laver les mains. Il faut trouver des produits et des pratiques qui réduisent le risque de dermatite, souligne le Dr Stocks dans un communiqué de l'université.

• British Journal of Dermatology, édition en ligne du 5 février 2015

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)