GRANDS DOSSIERS

"Un fauteuil roulant personnel prêté devrait être nettoyé préalablement..."

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Un étudiant en soins infirmiers (L1) à Saint-Etienne, a effectué un stage en Ehpad. Une situation particulière l’interpelle : pourquoi les fauteuils roulants personnels des résidents ne sont-ils pas nettoyés d’autant lorsqu’ils sont prêtés à d’autres ? La réflexion qui en résulte a mis à l’épreuve ses connaissances théoriques en hygiène et il nous fait part de ses réflexions tout à fait pertinentes.

L'étonnement ou comment des étudiants en soins infirmiers racontent leurs premiers questionnements en stage

Formatrice et formateur dans un institut de formation en soins infirmiers Croix-Rouge à Saint-Etienne, Zohra Messaoudi et Christian Teyssier ont demandé à leurs étudiants de 1ere année, dans le cadre de l'unité d'enseignement Hygiène et infectiologie (UE 2.10) de réaliser une analyse de situation à partir d'un étonnement vécu lors de leur premier stage. Dans la continuité des trois premiers textes que nous avons publiés en 2015, textes jugés parmi les plus pertinents par leurs enseignantes, puis d'une nouvelle série déployée en 2016, suivis de nouvelles publications en 2017, de nouveaux étonnements s'offraient à nous en 2018. Continuons de les découvrir en 2019 ! Merci pour ce partage, il serait en effet dommage que ces riches réflexions de profanes restent anecdotiques.

"Un fauteuil roulant personnel prêté devrait être nettoyé préalablement..."

Les fauteuils roulants des résidents doivent bénéficier d’un entretien régulier (nettoyage et désinfection), d’autant lorsqu’ils appartiennent à des résidents souffrant par exemple d’incontinence.

Cette situation se passe dans un EHPAD qui compte une cinquantaine de résidents. Cette structure est divisée en deux bâtiments séparés d’une centaine de mètres. Le premier est mon lieu de stage. C’est un établissement d’une cinquantaine de lits organisés sur deux étages avec une salle de soins, un réfectoire et une petite salle d’animation. Le second bâtiment comprend plusieurs services dont les bureaux administratifs au rez-de-chaussée avec l’accueil, le réfectoire, la cuisine, la blanchisserie et une salle d’animation. Au premier étage, il y a le service de SSR (Soins de Suite et de Réadaptation) d’une vingtaine de lits et au deuxième étage un EHPAD composé d’une quarantaine de lits.

Description de la situationLors d’un après-midi où une activité était programmée pour les résidents à l’EHPAD du premier bâtiment, des fauteuils roulants ont été empruntés devant certaines chambres pour pouvoir emmener un groupe de résidents dans une salle à l’extérieur. Ces matériels ont été pris, sans savoir s’ils avaient été nettoyés et désinfectés au préalable. Les bénévoles, ainsi que...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

WUCAN

Avatar de l'utilisateur

19 commentaires

#1

J'aime beaucoup, si, si, j'aime beaucoup !

Puissiez-vous rester dans les mêmes dispositions toute votre carrière ! Mais pensez-vous sincèrement que les personnels ne sont pas formés ??? Ils sont pourtant allés à l'école comme vous !

En ce qui me concerne, pour ne pas conclure, votre analyse de pratique me permet de me rendre compte que la situation n'évolue pas au sein des EHPAD, elle gagne même les SSR et les établissements plus nobles MCO. La question est bien sûr de mettre en place les bonnes pratiques, mais elle est avant tout de mettre en place les conditions favorables à ce qu'elles soient respectées.

C'est le principe n°1 du management: avant de déplorer un dysfonctionnement, un manquement, il faut avoir mis en place les conditions dans lesquelles les salariés seront en mesure de travailler correctement. La formation et l'intervention d'une infirmière hygiéniste, ne sauraient, à elles seules, résoudre cette problématique, qui révèle une fois de plus de manière criante, le manque de personnel et de moyen dans les structures, quelles qu'elles soient !

Je déplore vraiment les nouvelles modalités de formation qui conduisent les étudiants à sans cesse se remettre en question, les formatant ainsi à accepter que les situations rencontrées sont la conséquence de leurs lacunes et insuffisances plutôt que de remettre en question le système dans lequel ils évoluent et qui les prend en otage.

C'est comme ça qu'on produit du burn-out, mais les gestionnaires s'en moquent, depuis que les quotas ont été élevés dans les cursus de formation, la main d’œuvre est pléthore et le rapport de force en leur faveur sur le marché du travail. Si un soignant ne fait pas l'affaire, il y en a 20 dehors qui attendent de travailler, à n'importe quel prix !

Sur le plan scolaire, je vous félicite pour votre analyse de pratiques qui est très bien écrite pour un AS.
Sur le plan professionnel, je vous invite à essayer de ne pas trop intérioriser les normes actuelles qui feront de vous un salarié malléable et corvéable à merci !