GRANDS DOSSIERS

Un nouvel outil de signalement des infections nosocomiales

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

L’Institut de veille sanitaire (InVS) lance le déploiement en France de l’application e-SIN, nouvel outil web sécurisé de signalement des infections nosocomiales (IN). En préparation et développement depuis 2008, cet outil est le fruit de l’association de tous les acteurs concernés : établissements de santé (ES), ARS (Agences régionales de Santé), CClin (Centres de coordination de la lutte contre les IN), antennes régionales de lutte contre les IN (Arlin), Ministère en charge de la santé et InVS.

maladies nosocomiales invs institut de veille sanitaireCommuniqué de presse du 7 octobre 2011 de l'Institut national de veille sanitaire (InVS)

Dans le domaine de la veille sanitaire et à l’échelle nationale, il s’agit du premier outil collaboratif et électronique conçu pour émettre et suivre des signalements. e-SIN permettra aux professionnels des ES, praticiens des équipes opérationnelles d’hygiène (EOH) et responsables du signalement, de se connecter sur un site internet sécurisé afin de remplir et valider une fiche de signalement, et de la rendre accessible à ses destinataires (CClin et ARS, puis InVS).

En s’affranchissant du papier, e-SIN allègera la charge de travail de chaque acteur et leur offrira une réactivité et interactivité nouvelles : transmission rapide des informations, échanges sécurisés, suivi de la gestion d’une alerte et de la prise en charge d'un épisode signalé. Chaque utilisateur aura accès, dans la limite de ses droits, à l’historique des signalements et à une restitution automatisée à des fins statistiques, à partir de cette nouvelle base de données nationale, unique et anonymisée.
Le calendrier du déploiement e-SIN est prévu en 5 phases à partir du 10 octobre en commençant par l’interrégion Est ; les interrégions Ouest, Sud-Ouest, Sud-Est et Paris-Nord suivront jusqu’en décembre 2011. Pour accompagner les équipes des établissements de santé durant ce déploiement, des outils pédagogiques sont mis à leur disposition et des sessions de formation sont organisées par les CClin.

Par ailleurs, l’InVS a publié dès septembre 2011 une lettre électronique bimestrielle (« Infections nosocomiales – La lettre du signalement ») afin de les sensibiliser au développement d’une culture de la sécurité du patient. Au 1er janvier 2012, tous les établissements de santé réaliseront leurs signalements par voie électronique et e-SIN mettra ainsi en contact plus de 4 500 utilisateurs.

e-SIN constitue une étape importante dans la volonté de l’InVS de moderniser les systèmes et pratiques de surveillance en santé publique. Il préfigure l’arrivée d’autres outils de télédéclaration qui seront progressivement mis à disposition des professionnels de santé, pour les maladies à déclaration obligatoire par exemple.

10 ans de signalement des IN

Mis en place réglementairement en 2001, le signalement externe des IN a pour objectif de détecter rapidement certaines infections rares, graves et/ou épidémiques afin d’en assurer le contrôle. Ce système d’alerte accompagne au quotidien les établissements de santé dans leur gestion du risque infectieux et contribue ainsi à la sécurité des patients. Il a permis de détecter en France des infections sévères et émergentes, telles que Clostridium difficile ou plus récemment des souches d’entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC). Le système reposait jusqu’à présent sur un échange de formulaires transmis par fax, reçus d’abord par l’ARS et les CClin, puis transmis dans un second temps aux Arlin et à l’InVS.

Infections associées aux soins et infections nosocomiales

Les infections associées (IAS) aux soins sont celles qui surviennent au cours ou au décours de la prise en charge d’un patient. Lorsqu’elles sont consécutives à une hospitalisation, on parle d’infections nosocomiales (IN). Ces dernières sont les complications les plus fréquentes de l’hospitalisation et, avec les actes invasifs et les médicaments, à l’origine des évènements indésirables graves associés aux soins les plus fréquents.

Pour mémoire, un patient hospitalisé sur 20 en France développe une IN. La prévention des IN est une priorité de santé publique déclinée en France au travers d’un programme national sous l’égide du Ministère en charge de la santé. Pour orienter et évaluer les actions de ce programme, le Réseau d’alerte, d’investigation et de surveillance des IN (Raisin) – partenariat entre l’InVS et les CClin – décline plusieurs réseaux de surveillance ciblant les infections les plus fréquentes. Le signalement des IN complète ce dispositif pour les infections plus rares ou épidémiques. En 2010, l’InVS a reçu plus de 1500 signalements d’IN, un chiffre en augmentation de 5 % par rapport à 2009. La nature des signalements reçus souligne la diversité des infections et actions de prévention mobilisant au quotidien les équipes opérationnelles  d’hygiène. Ces données 2010 confirment la maîtrise de certaines épidémies régionales (ERG, C. difficile) observées depuis 2005, mais aussi l’émergence de nouveaux problèmes : épidémies de rougeole nosocomiale, contemporaines de celle observée en  communauté et soulignant l’importance du respect des recommandations vaccinales, ou encore émergence des entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC) depuis 2009, soulignant l’importance de maîtriser les consommations antibiotiques et la  transmission croisée de ces bactéries dans les établissements de santé.

Webographie


http://www.invs.sante.fr

Retour au sommaire du dossier Hygiène hospitalière

Publicité

Commentaires (0)