GRANDS DOSSIERS

Ebola : mieux informer, former et protéger les soignants

Cet article fait partie du dossier:

Humanitaire

    Précédent Suivant

Le Haut comité de la santé publique (HCSP) a émis des recommandations visant à renforcer l'information, la formation, la protection et le suivi de l'ensemble des professionnels de santé pouvant être exposés à des patients atteints de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest, dans un avis publié le 20 juillet 2015.

Ebola : le Haut comité de la santé publique (HCSP) émet des recommandations pour mieux informer, former, protéger et suivre les soignants.

Cet avis répond à deux saisines dans le cadre du déploiement des centres de traitement Ebola en Afrique de l'Ouest. Il s'adresse à la fois aux volontaires de la Croix-Rouge française et autres ONG, au personnel de l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus), aux militaires ainsi qu'aux bénévoles et professionnels assurant des fonctions "support" sur site dans les zones à risque (logisticiens par exemple).

Le HCSP recommande notamment une préparation avant le départ, la qualifiant d'"importante et indispensable" et listant les éléments de cette préparation (inscription sur une base de données, entretien d'information avec un infectiologue référent, avec un psychologue, formation à l'habillage et au déshabillage avec les équipements de protection individuelle, visite médicale dans un centre de vaccinations internationales...). Un accompagnement pendant le séjour est également préconisé, prévoyant en particulier la sécurisation d'une éventuelle évacuation sanitaire. La troisième recommandation précise les modalités de l'évaluation médicale et du suivi au retour d'Afrique. Enfin, le HCSP précise que "si la personne ne présente pas de symptôme, aucune mesure d'éviction professionnelle, de quarantaine ou d'isolement n'est requise". Il recommande l'ajustement et la mise à jour de la fiche "Croix-Rouge française" selon les principes de prise en charge précisés dans son avis. L'instance d'expertise rappelle également plusieurs points figurant dans son avis d'octobre 2014 sur la conduite à tenir concernant l'identification et le suivi des personnes contacts d'un cas possible ou confirmé d'Ebola.

Au Liberia, les quatre derniers malades sont guéris

L'épidémie, qui sévit essentiellement dans trois pays d'Afrique de l'Ouest (Sierra Leone, Guinée et Liberia), est responsable de plus de 11.200 décès depuis décembre 2013. Au Liberia, les quatre derniers malades d'Ebola signalés ont été déclarés guéris et ont pu quitter le 20 juillet la clinique de Monrovia où ils étaient soignés, ont annoncé les autorités. Deux autres cas confirmés sont décédés.

Alors que l'épidémie au Liberia avait été déclarée officiellement terminée en mai, le virus a fait sa réapparition début juillet. Au moins une centaine de personnes qui ont été en contact avec ces six derniers cas restent sous surveillance jusqu'en août. Il faut attendre 42 jours sans nouveau cas pour que l'épidémie soit considérée comme achevée.

Avis relatif aux mesures de protection et de suivi pour les professionnels de santé

Retour au sommaire du dossier Humanitaire

Publicité

Commentaires (0)