GRANDS DOSSIERS

Grippe : les hôpitaux particulièrement sollicités

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

La ministre des affaires et de la santé, Marisol Touraine, a annoncé le 11 janvier 2017 que 142 hôpitaux français avaient déclenché le dispositif "hôpital en tension" pour accueillir les malades grippés, lors d'un point presse organisé au ministère de la santé.

Marisol Touraine ordinateur

Grippe : 142 hôpitaux ont déclenché le dispositif "hôpital en tension"selon Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Ces 142 établissements, très majoritairement publics, sont répartis sur tout le territoire, a indiqué la directrice générale de l'offre de soins (DGOS), Anne-Marie Armanteras de Saxcé. La situation évolue très vite et elle est actualisée deux fois par jour, a-t-elle ajouté en expliquant qu'il y a trois jours, 86 établissements avaient déclenché ce dispositif et que ce chiffre était passé à 142 mardi soir.

Le dispositif hôpital en tension permet de prendre différentes mesures, notamment le rappel du personnel soignant, la création d'unité d'hospitalisation et la possibilité de déprogrammer par exemple des activités de chirurgie fonctionnelle et des hospitalisations "de routine", ont précisé la DGOS et Benoît Vallet, le directeur général de la santé (DGS). Trois établissements ont quant à eux activé le dispositif "plan blanc", qui permet de déclencher de mesures supplémentaires: le centre hospitalier (CH) de Troyes, l'hôpital Le Corbusier à Firminy (Loire) et le CH de Lens (Pas-de-Calais).

Je demande aux hôpitaux privés comme publics, si nécessaire, de déprogrammer des activités médicales et chirurgicales pour libérer des lits qui permettraient d'accueillir des malades de la grippe, a déclaré la ministre des affaires sociales et de la santé. Elle a précisé qu'elle avait adressé cette demande aux directeurs d'hôpitaux dans une instruction envoyée le 10 janvier 2017.

La grippe n’est pas une maladie bénigne : chaque année, elle provoque de nombreux décès. Chaque malade doit être immédiatement pris en charge et hospitalisé si son état l’exige. C’est pourquoi, depuis plusieurs semaines, j’ai donné instruction aux hôpitaux de s’organiser pour éviter la saturation des urgences. Je m’assure que des lits d’hospitalisation restent partout disponibles.

Elle a évoqué une deuxième instruction, envoyée aux directeurs généraux des agences régionales de santé (ARS) pour qu'ils mettent en oeuvre un pilotage stratégique rapproché, c'est-à-dire s'assurer que sur leur territoire il y a en quantité suffisante, pour les jours qui viennent, le nombre de lits nécessaires pour hospitaliser des personnes. Certains établissements ne déclenchent pas le dispositif "hôpital en tension", mais mettent en oeuvre des dispositifs très proches, a noté Christophe Devys, directeur général de ARS Ile-de-France, également présent lors du point presse.

Marisol Touraine a par ailleurs réitéré sa demande aux médecins libéraux de soigner lorsque c'est possible le plus de patients qu'ils ont à traiter et de n'adresser à l'hôpital que ceux qui ont a priori besoin d'être hospitalisés.

Ce regain d'activité dans les établissements français intervient alors que l'épidémie de grippe semble atteindre un pic au niveau national. Le directeur général de Santé public France, François Bourdillon, a indiqué qu'il fallait deux semaines pour confirmer que le pic avait bien été atteint. Cela signifie que nous sommes "au milieu" de l'épidémie, selon la ministre. Classiquement, l'épidémie dure huit semaines, a rappelé François Bourdillon. Le nombre de passages aux urgences pour grippe n'augmente plus et a amorcé une baisse dans toutes les régions, a indiqué le directeur général de l'agence nationale de santé publique. Toutefois, le nombre d'hospitalisations après passage aux urgences pour grippe reste très important, a dit la ministre. Plus de la moitié des personnes de plus de 65 ans grippées qui passent aux urgences sont ensuite hospitalisées. Ce taux atteint 80% chez les plus de 75 ans. De plus, la durée d'hopitalisation des personnes âgées est significativement plus longue que celle de la population générale. Elle s'élève en moyenne à 10-15 jours, contre moins d'une semaine pour le reste de la population, selon la DGOS.

Marisol Touraine se rendra, mercredi 11 janvier à 17h30, au service des urgences de l’hôpital Ambroise-Paré (AP-HP), à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), pour faire le point sur l’accueil et la prise en charge des malades, et apporter son soutien aux personnels mobilisés.

Favoriser la coopération ville-hôpital

L'Association Soins Coordonnés appelle les pouvoirs publics à offrir au plus vite la possibilité aux infirmiers libéraux de réaliser des consultations infirmières de prise en charge de la grippe avec prescription du traitement utile et orientation si nécessaire des cas les plus graves vers les hôpitaux ; de même, il est souhaitable que les pharmaciens puissent dès aujourd’hui délivrer sans ordonnance les traitements aux patients grippés. Elle rappelle également l'importance d'une coordination entre les soins de villes et les hôpitaux.

Retour au sommaire du dossier Grippe

trouvez votre poste en quelques clics

Publicité

Commentaires (1)

sandra5888

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#1

!!

Mais oui ! rappelons le personnel soignant, c'est vrai qu'on ne fait pas assez d'heure supplémentaire comme ça ... c'est vrai qu'on est pas au bout du rouleau ...
Ne serait t'il pas plus judicieux d'embaucher du personnel !!!

On nous parle de prévention, c'est quelques chose que l'on met en place tout les jours dans notre métier, mais le système de santé fait tout l'inverse.

Ils attendent que se soit la cata pour boucher les trous et faire tenir les murs comme ils peuvent ... Le gouvernement ne se rend pas compte que ça leur revient plus cher au final !

C'est vraiment triste qu'un métier ou l'humain, l'empathie et l'entraide ne soit gouverné que par l'argent.

Ca me fatigue tous ça, ça me dégoute de mon métier ...