GRANDS DOSSIERS

Salon infirmier 2014 - Un petit tour et puis s'en va...

par .

Cet article fait partie du dossier :

Salon infirmier

    Précédent Suivant

Le Salon infirmier 2014 se termine... La profession infirmière s'est déplacée en conséquence ainsi que sa jeune garde, les étudiants en soins infirmiers de 3e année venus en masse en quête d'informations sur leurs perspectives professionnelles et de partages de savoirs mais aussi curieux de découvrir les offres des exposants... Un salon c'est aussi cela, et bien plus encore, mais pourtant...

Cependant, à bien observer la communauté infirmière trois jours durant arpenter les allées du Salon, on a du mal à percevoir de qui elle est vraiment constituée, ce qu'elle a au fond du coeur et quelles sont ses attentes précises... A quand un partage d'idées et de savoirs au service du plus grand nombre et ce, pour un leadership efficace ?

De mémoire, il y a eu des salons animés, débordants, des agoras pleine de vivacité, des débats enflammés et utiles, des prises de position mémorables, des happenings organisés ou de dernière minute... Bref, de la vie !

Dans ce lieu unique du salon infirmier, les échanges et les partages d'expériences "cœur de métier" à travers conférences et ateliers sont nombreux mais satellisés, éparpillés dans différents lieux et donc ne profitent pas au plus grand nombre... Il est loin le temps du salon infirmier où une Agora centrale, au coeur de la zone exposants, accueillait la parole et le débat, faisait circuler les idées de façon dynamique et conviviale dans une zone d'échanges pour le coup partagée entre tous... De mémoire, il y a eu des salons animés, débordants, des agoras pleine de vivacité, des débats enflammés et utiles, des prises de position mémorables, des happenings organisés ou de dernière minute... Bref, de la vie !

Il s'en passe des choses au salon infirmier mais à l'image de la profession, le morcellement est souvent de mise et tous ces savoirs, toute cette dynamique chez les uns et les autres n'est pas au service du plus grand nombre...

stand salon infirmiers.com 2014

Des échanges nourris, certes, mais un manque de débats au service de tous au Salon infirmier 2014

Oui, au-delà des mouvements de la foule qui se presse dans les allées, il manque l'essence même de la profession, l'expression de la vie professionnelle et le débat d'idées... Chacun détient un savoir qui lui est propre, une expérience qui est la sienne mais il ne les partage pas avec le plus grand nombre... Les paroles s'échangent ça et là, souvent en aparté lorsqu'on suscite l'échange : ici des conditions de travail compliquées, là des promesses d'embauche nulles ou, au contraire, de belles opportunités, ici encore un projet réussi et qui améliore la qualité des soins, là encore des professionnels démotivés qui n'en peuvent plus de ne pas être écoutés, et puis là des étudiants en soins infirmiers plein de gnaque ou à l'inverse inquiets de leur avenir... Dans les allées, certains se connaissent de longue date, se reconnaissent, réseautent, échangent la petite histoire, la dernière anecdote, voire le scoop, initient des projets conjoints, se rapprochent (cf. encadré), se motivent... Alors oui, il s'en passe des choses au Salon infirmier mais à l'image de la profession, le morcellement est souvent de mise et tous ces savoirs, toute cette dynamique chez les uns et les autres n'est pas au service du plus grand nombre... C'est dommage, non ?

15 organisations professionnelles* demande à Marisol Touraine une audience...

Suite à l’absence de discours de Marisol Touraine lors de sa visite sur le Salon Infirmier 2014 le jeudi 6 novembre 2014, les organisations professionnelles (associations et syndicats) montent au créneau ! Voici leur communiqué du jour.

Ce jeudi 6 novembre 2014, Madame Marisol Touraine, Ministre de la Santé, des Affaires Sociales et des Droits de la Femme, est venue à la rencontre des infirmières et infirmiers à l’occasion de leur Salon qui se déroule du 5 au 7 novembre à Paris, Porte de Versailles. Les organisations signataires, qui interpellent la Ministre depuis plusieurs mois déplorent sa visite éclair et l’absence de discours laissant sans réponse de nombreuses questions. Elles rappellent que le rapport de l’IGAS-IGAENR, intitulé « Les formations paramédicales : bilan et poursuite du processus d’intégration dans le dispositif Licence-Master-Doctorat (LMD) » paru début 2014, constate un blocage inquiétant de la dynamique engagée et des travaux de réingénierie interrompus depuis plus d’un an. Celui-ci recommande clairement de reprendre ces travaux. En réponse aux besoins de santé de la population, les compétences requises des professionnels de santé doivent permettre de répondre aux exigences de qualité. Ainsi, il est indispensable que les formations s’adaptent et évoluent. Les organisations signataires soutiennent les objectifs suivants : la reingénierie des formations en cohérence avec la création d'une filière en soins infirmiers, l'ouverture des groupes de travail sur la gouvernance des instituts paramédicaux, sur les enseignements ainsi que sur les pratiques avancées qui, dans leurs constructions doivent nécessiter la concertation de l'ensemble des acteurs de la profession et des formations. Malgré une volonté affichée de reconnaître les pratiques avancées dans la présentation de la loi Santé, un réel manque de lisibilité persiste. Les organisations signataires, très largement investies, ont sollicités la Ministre pour une audience.

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Salon infirmier

Publicité

Commentaires (5)

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#5

Réponse question préalable

Ce qui est intéressant ici, c’est que cette question préalable au sujet de la profession infirmière voire supposée communauté infirmière est posée par un médecin dont l’activité principale est le journalisme.

Cela étant dit, il y a pour l’instant un accès réglementé de la formation au diplôme ; accès de plus en plus fragilisés… ce qui nous amène à une profession infirmière toujours pour l’instant.

Ce qui différencie cette profession toujours pour l’instant par exemple du milieu journalistique. En effet, être journaliste ne requiert aucun diplôme et on peut s’attribuer le titre que l’on bosse à Cl.ser, dans la presse généraliste ou spécialisée, animer un site professionnel, …etc.

Et d’ailleurs nombreux dérapages que ce soit la non vérification des sources, les mensonges par omission (ou pas), la délation, le parti pris, la censure… etc, etc, etc, sont mis en lumière chaque jour.

Quant à la déontologie, difficile de l’appliquer tellement elle est à géométrie variable selon que le « journaliste » exerce dans la presse généraliste, locale, professionnelle, politique, économique, à sensation…etc, etc, etc.

Pour en revenir à nos moutons (au sens propre comme au sens figuré…) et puisque la question est posée et le débat proposé, à titre personnel je pense que non dans la mesure où il n’y a ni unité ni unicité et que la profession ne répond pas à la définition proposée ci-dessous.

[•••La communauté professionnelle est définie par une identité commune et ressentie, un faible nombre de départs de ses membres, des valeurs communes, une définition partagée de qui est membre de la communauté, un langage commun, un pouvoir de la communauté sur ses membres, des frontières sociales claires et une production sociale de la génération suivante•••]

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#4

En même temps... (bis)

En effet, qu'aurait elle à dire ? Le sale boulot est fait par quelques uns ce qui lui facilite grandement la tâche. Applaudissent à deux mains toutes les dérégulations auxquelles MST n'a même pas pensé puisque initiées par quelques élites et ce, sans contreparties aucune.

patricia_idel

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#3

En même temps ...

Aurait-elle dit quelque chose d'intéressant ou d'utile ?

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

77 commentaires

#2

question préalable

la première question à régler, ou mieux à débattre, est de savoir s'il existe une "communauté" infirmière, voire une profession infirmière et non un ou des métiers sanctionnés par un diplôme commun.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#1

Naïveté.

Il fallait être particulièrement naïf pour attendre quelque chose.