GRANDS DOSSIERS

Amélioration de la couverture vaccinale : et si les infirmiers pouvaient plus ?

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

La deuxième Matinale de l'Ordre national des infirmiers sur le thème de l'amélioration de la couverture vaccinale, le 7 novembre dernier, a été l'occasion de rappeler que le sujet est un enjeu de santé publique au-delà des seuls enjeux corporatistes qui s'expriment souvent entre médecins, pharmaciens et infirmiers lorsque l'on parle de vaccinations. Dans les mois à venir, de nouvelles prérogatives - outre celles acquises depuis peu pour la vaccination antigrippale - pourraient être données aux infirmiers concernant la vaccination en général.

vaccination, infirmière

Pour améliorer la couverture vaccinale, il serait absurde de se priver des infirmiers dont il faut rappeler qu’ils constituent la plus nombreuse profession de santé en France au plus près des patients.

La France, rappelons-le est, en matière de couverture vaccinale, plutôt à la traîne. Pour Daniel Lévy-Bruhl, responsable d'unité de la Direction des maladies infectieuses de Santé publique France, le taux d'adhésion des Français laisse encore à désirer et leurs réticences à certains vaccins en raison de doutes sur leur efficacité et la crainte des effets secondaires sont à noter. Et de citer la vaccination contre l'hépatite B ou la rubéole et plus encore la rougeole où les nombreux cas recensés ces derniers mois (pneumonies graves, encéphalites, décès), et qui auraient pu être évités, soulignent à eux seuls la dimension collective et altruiste de l'acte vaccinal. L'expert a également expliqué que la vaccination des jeunes filles contre le virus du papillomavirus (HPV) ne dépasse pas les 20 % et que, pour la grippe, en 2017, seule une personne âgée sur deux s'était fait vacciner.

Le poids des controverses… Un quart des Français considère que les vaccins ne sont pas efficaces, 40 % d'entre eux ont des craintes sur des effets secondaires délétères.

Le Dr Pierre Verger, Directeur de l'Observatoire régional de la santé PACA a argumenté sur la notion d'hésitation vaccinale, formulation remise au goût du jour depuis une dizaine d'année alors que l'on mesure la crise de confiance dans les vaccins, une crise internationale, et à divers degrés, et dans laquelle les facteurs culturels prennent une part importante. L'hésitation vaccinale correspond en effet à des comportements ou à des attitudes de gens qui peuvent avoir refusé une fois dans leur vie ou...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)