AU COEUR DU METIER

Avertissements aux hôpitaux : l'ONI s'explique

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Les dirigeants du conseil national de l'ordre infirmier (CNOI) ont justifié le 30 janvier 2014, lors d'un point de presse, les avertissements que l'instance adresse aux hôpitaux sur le risque juridique auquel ils s'exposent en employant des infirmiers non inscrits à l'ordre.

micros conférence interview

L'ordre infirmier justifie les avertissements adressés aux hôpitaux

Le 20 décembre 2013, le délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF), Gérard Vincent, a écrit au directeur général de l'offre de soins (DGOS), Jean Debeaupuis, lui demandant de définir l'attitude à adopter par les établissements face aux demandes et injonctions de l'ordre infirmier. La FHF, qui a donné copie de ce message sur son site internet début janvier, se disait régulièrement sollicitée par des établissements sur la question de l'inscription des professionnels infirmiers à l'ordre. Dans le cadre de ces échanges, la FHF veille à rappeler l'état du droit, et, conformément au courrier de la DGOS du 15 octobre 2009, souligne la nécessaire prudence quant à la transmission d'informations personnelles à l'ordre, indiquait Gérard Vincent. Plusieurs établissements (notamment Chartres et Blois) nous ont récemment alertés de la saisine par l'ordre du procureur de la République sur des situations non conformes de certains professionnels vis-à-vis de la législation, et les hôpitaux sont très inquiets de cette attitude de l'ordre, affirmait-il. Dans ce courrier adressé aux établissements de santé, la Dhos (devenue DGOS en 2010), soulignait les risques encourus par les infirmiers qui ne s'inscrivent pas à l'ordre, mais demandait aussi aux établissements d'observer la plus grande prudence s'agissant des données qu'ils sont habilités à transmettre à l'instance. Dans l'attente du décret sur l'inscription automatique au tableau (qui n'est jamais paru, note-t-on), la Dhos signalait que les établissements ne pouvaient transmettre à l'ordre que les noms et prénoms des infirmiers.

Interrogé par l'APM le 30 janvier 2014 sur la démarche engagée par la FHF auprès de la DGOS, le président du CNOI, Didier Borniche, a indiqué qu'il avait répondu à la fédération par un courrier de quatre pages qui rappelait ce que contenait la loi ainsi que les risques encourus à son non-respect. Il est légitime que les directeurs d'établissement soient inquiets car, dans le cas où certains professionnels seraient poursuivis pour exercice illégal en raison de leur non-inscription, la responsabilité du chef d'établissement pourrait être engagée pour complicité d'exercice illégal, a-t-il expliqué lors du point de presse. Il a estimé que la FHF a posé des questions dont la réponse est dans la loi, et a jugé pour le moins surprenant que ces questions se posent pour les infirmiers et ne se posent pas pour les médecins, les pharmaciens ou d'autres professions de santé, qui sont soumis aux mêmes règles. Vis-à-vis des établissements, notre but n'est pas d'aller sur le terrain du coercitif mais de la concertation et du dialogue, a-t-il cependant réaffirmé.

S'agissant des demandes des noms et prénoms des infirmiers faites aux établissements, Didier Borniche a répondu qu'il était légitime que l'ordre puisse les avoir pour les croiser avec ses fichiers. Il a pris l'exemple d'une infirmière non inscrite au tableau mais employée dans un établissement public. Apparemment toxicomane, elle aurait pris des produits dans l'armoire à pharmacie et aurait, sous leur emprise, failli tuer un patient. Elle a été radiée de la fonction publique hospitalière (FPH) mais,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (22)

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#22

Les mots ont leur importance

"Pour que des inf puissent les changer il faut une représentation nationale." Le problème c'est que ces gens-là ne nous représentent pas, ils essayent de nous diriger !

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#21

Bonjour

Pour la violence, aucune instance regarde spécifiquement la violence à l'encontre des inf. Il était peu être temps d'avoir des chiffres pour crier sur tous le toit que nous étions une profession à risque.

Pour les AS faisant fonction dIBODE, il est plus que normal de faire cesser de tel pratique. Il est choquant et dangereux pour le patient dans faire exercer des PDS ayant 10 mois de formation sur des postes ou il devrait y avoir des PDS ayant 5 ans de formation. Critiquer les action de l'ONI sur ce sujet montre à mon sens un manque de respect et de reconnaissance envers nos confrères IBODE et IDE travaillant au BO.

Pour la vaccination H1N1 rappelons que c'est l'ordre qui avez demandez au Inf de ne pas participer tant que la chaîne de vaccination ne serait pas sécurise. Le HCPPM avez validé la préparation de vaccin par un inf et l'injection par un autre ... Après la prise de position, le circuit à était revu. L'infirmier qui prépare injecte.

La vaccination anti grippale autorise au inf. actuellement est une mie de pain jette au sol pour les inf. Les critères d'exclusions n'ont aucun fondement scientifique. Soit on est autonome sur la vaccination grippale ou la vaccination en générale suite à une formation soit rien. L'ordre se positionne pour une autonomie vaccinale. Ou est le problème ?

Merci pour notre position commune sur les syndicats et leur position instrumentale pour les inf. Donc si je résume, sans syndicats pour défendre les conditions de travail (c'est leurs job) et sans l'ordre pour promouvoir et gérer la profession (c'est son job) la profession va bien rester dans son immobilisme qui fait tant plaisir à nos collaborateurs médicaux.
Un infirmier ne réfléchit pas, il fait...

Pour la position sur l'euthanasie, elle rappel simplement les textes réglementaire de la profession. Dommage que l'ordre est besoin de les rappeler. Ils sont obsolètes? Pour que des inf puissent les changer il faut une représentation nationale.

Cordialement

elhombredelamancha

Avatar de l'utilisateur

64 commentaires

#20

et donc ?

et donc sancho QUID des actions concrètes de l ONI depuis (soyons sympa , ratissons large) des 5 dernières années ?

à part quelques communiqués vagues et fleurant bon la déclamation face au vent de quelques positions hautement courageuses et novatrices type "la violence , c est mal" et la chasse aux sorcières des opposants , j ai du rater un épisode ... ah oui l il y a aussi la chasse aux AS dans les blocs , la place centrale de l IDE en psy , le positionnement pour la vaccination par les IDE et puis quoi encore ... hmmm le "fameux" code de "déontologie" (et les guillemets ne sont pas innocents) ..

par ailleurs s il est incontestable que les syndicats généraux se foutent éperdument des IDE (qui leur rendent bien de par leur taux de non syndicalisation) , il me semblait également que l ordre n avait aucunement l intention de s impliquer dans la défense des conditions de travail des IDE...

quand à la participation de l ordre dans le fonctionnement des IFSI , cela me glace le sang ... la belle ouverture d esprit dont témoignait le communiqué sur l ouverture hypothétique d avancées du débat sur l euthanasie suffisant à mon sens à démontrer la déconnexion de ces gens de toute chose : des patients , des IDE , des familles , de la société , de l hôpital , du 21e siècle ... on a ici affaire à des arriérés .

bref on pourrait disserter longtemps mais des IDE favorables à l ONI , j en ai rencontré trois en 6 ans . un chiffre éloquent .

aucune action concrète , un fonctionnement opaque quand il n est pas simplement scandaleux , la chasse à la dissidence , une production "théorique" risible ... joli bilan de mon point de vue . j attends le votre avec impatience .

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#19

Et m....

...Sancho, le soutien que l'ONI accorde à la profession est à l'image d'une mafia qui protège ceux qui se mettent sous sa protection. C'est le contraire d'une profession adulte, une mise sous tutelle et une régression totale. Si vraiment ce machin respectait les professionnels, l'adhésion serait facultative. Après tout, si tu as envie de te soumettre à un paternalisme visqueux, c'est ton problème, mais n'oblige pas les autres.

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#18

Bonjour, Cocasse peut être...

...mais recherche de piste de solutions pour faire avancer les choses serait bien plus intéressant que la critique.

Les moyens de représentation de notre profession montrent leurs limites depuis des années.

Les syndicats pluri catégorielle montrent leurs inefficacités pour faire évoluer la profession infirmière depuis plus de 20 ans. (À part dans leurs vociférations)

Les syndicats professionnelles et les associations montrent leurs limites tant la représentation professionnel est faible.

L ordre devrait permettre une forte représentation de la profession afin de faire entendre par les pouvoir publique au niveau national.

Le bilan désastreux des premières années années est révolu et la gestion rigoureuse des dernières années permettent de corriger le tire alors mêmes que les cotisations sont manquantes.

Pour les actions on peut en parler, je parle de ce que je connais.

Récemment un association de médecin par la voie de son président d'honneur a prononce publiquement puis par écrit des propos insultants et diffamatoires à l'encontre des infirmiers et aucun syndicats n a réagit (Merci à eux pour cette belle preuve de défense des salariés).
Seul une association professionnel et l'ordre on pris de positions fortes. Courrier aux ARS, à l'association médicale, à l'ordre des médecins, action à justice, droit de réponse dans la presse, ... (Site ANISP)

Dans mon département l'ordre travail avec les IFSI pour faire avancer les apports théorique et pratique sur l'examen clinique infirmier qui fait encore gravement défaut alors même cet action est écrit noir sur blanc dans notre referenciel de formation.

Et pour en revenir à votre conclusion le désaveu au sein de la professions elle n'est pas total.

Nous voulons " soi disant " faire évoluer notre profession, nos pratiques, notre formation mais on ne s en donne pas les moyens. Cocasse non ?

Cordialement

elhombredelamancha

Avatar de l'utilisateur

64 commentaires

#17

du droit à la critique ?

sancho , il est tout de même cocasse de demander aux personnes souhaitant l abrogation de l oni de soutenir celui ci "Pour que l'ONI est (sic...) plus d'influence (...) afin qu'il ait les moyens d'exercer efficacement l'ensemble de ses missions" ...

question bilan , on est dans le désastre factuel absolu , qu il soit financier , moral , ou simplement professionnel . on est au-delà du ridicule en ce qui concerne les rares actions et prises de position depuis la création du machin . un véritable repoussoir qui aura pourtant eu bien plus que le temps de convaincre les septiques du bien fondé de son action . le désaveu au sein de la profession est total .

questions perspectives , les mêmes paramètres et le même lamentable bilan s appliquent , encore alourdis par cette triste parodie de démocratie qui vient de se jouer avec les désormais fameuses "élections à l envers" permettant à la petite "élite" en place de s auto-reconduire en évitant , on n est jamais trop prudent , de jouer le jeu de l alternance .

les posts vous paraissent sempiternellement sur la même ligne ? les mêmes causes ont toujours eu une fâcheuse tendance à produire les mêmes effets .

cordialement aussi

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#16

Sans rentrer dans les détails

Bonjour,
Pour parler de réchauffer... Vous parler sûrement des vos posts qui sont toujours sur la même ligne. Des critiques sur l'ONI et sur les évolutions futurs de la profession sans n'apporter aucune piste de solution et d'amélioration.
Quand a critiquer les communiqués de lONI ainsi que leurs positions c'est toujours facile.
Pour que l'ONI est plus d'influence il suffit de le soutenir afin qu'il ait les moyens d'exercer efficacement l'ensemble de ses missions.
Cordialement

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#15

Les faits.

On a ces jours ci la parfaite démonstration du rôle et de l'influence d'un ordre.

Dans son conflit avec le gouvernement et la FHF, la FHP décide unilatéralement et arbitrairement de fermer la moitié des lieux de stage aux ESI.

ESI qui ne sont pourtant pas concerné directement par ce conflit.

Quelle est alors la réaction de l'ordre ? Rien à part un pauvre communiqué pitoyable et sans conséquence.


L'ordre ne peut rien faire, il n'a aucun pouvoir face au gouvernement ou aux décideurs (dont il ne fait pas partie). L'ordre ne peut rien, il ne peut menacer que ses inscrit, et il n'a de pouvoir que sur eux.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#14

Me démasquer ?

Non inscrit, donc n'ayant pas fait allégeance à l’ersatz déontologique, je peux donc utiliser un pseudo.

Par ailleurs, sans représenter la profession, j'y suis bien installé (diplômé en 1979) et membre de la majorité qui ne veut pas de cet ordre parasite.

Quant à l'image que je véhicule, j'en suis plutôt satisfait, malgré les années qui passent...

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#13

...à Kevin...

"Quelle image vous véhiculez de vous même ! C'est d'une tristesse ! "
...mais ce n'est pas une image de moi-même; mon cher Kevin, mais de l'ordre infirmier...
Sinon, pour répondre à ta question, je suis effectivement soignant ; je traine les hôpitaux depuis 1979 (début de mes études).
A part ça, j'ai moi aussi une question ; tu es sincère ou tu es une taupe de l'ONI ?
...oui, j'ai une petite tendance à la théorie du complot. mdr...

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#12

"Je me pose beaucoup de questions... "

… nous dit kewin.

C'est étonnant parce qu'on a plutôt l'impression que tu cherche à nous imposer tes poncifs éculés.

Poncifs que nous avons déjà lu des milliers de fois sans qu'ils ne deviennent réalité.

Les faits sont là : personne ne veut de cet ordre, qui comme tous les autres ordres n'est qu'une chambre disciplinaire de plus.

L'ordre ne peut rien pour les professionnels ni pour la profession, et c'est bien pour cela que depuis maintenant sept il se borne à ce pourquoi il a été créée : chasser les infirmières et recouvrer des cotisations.

En sept ans et après près de 100 millions d'euros dépensés il n'a même pas réussi à faire un fichier correct, ce qui était pourtant sa seule mission réelle ...

elhombredelamancha

Avatar de l'utilisateur

64 commentaires

#11

et bla et bla et blaaaaa

kevin...
c est une blague ce déluge de poncifs aussi mous que creux ?
au détour d un paragraphe quand même , un lapsus amusant :
"L'ordre à pour mission essentielle d'assurer la qualité et la sécurité des patients. Et c'est toujours le patient qui en est victime !" voilà voilà voilà ...
à force de vouloir penser le vide , il ne faut pas s étonner que le vide finisse par remplacer la pensée...
quand aux "sciences infirmières" je préfère ne même pas vous dire ce que je pense du concept ...

Kewin66

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#10

Réponse aux commentaires

Bonjour,








Permettez moi de rebondir ...

"Désolé" "on n'en a jamais voulu"... "Mafia" ... "Corporatiste" ...

Quelle image vous véhiculez de vous même ! C'est d'une tristesse !

Je réitère ma question "êtes vous soignant pour tenir de tels propos" ??

D'autre part - et là je m'adresse à "Eusèbe" - concernant cette phrase :

" les infirmiers ne demandent qu'une chose, qu'il nous fiche la paix et qu'il disparaisse ! "

Etes-vous le représentant des infirmiers ? Leurs porte parole peut-être ...
Eclairez moi sur la question ; "démasquez vous" !

Je suis positif concernant l'évolution de notre profession et ce n'est pas avec la haine et la médisance que l'on peut avancer. Ensemble, nous irons plus loin :)





Kévin

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#9

...désolé...

...cher Kevin, désolé de torpiller tes illusions, mais je ne pense vraiment pas qu'un ordre professionnel puisse être au service des patients. Ce genre d'organismes a plutôt comme but sa survie financière et la satisfaction égocentrique de sa hiérarchie. En fait, on se rend vite compte que le machin tourne rapidement à la petite mafia corporatiste dont le but est de laver le linge sale en famille. Les adhérents à jour de cotisation ayant bien sûr droit à une double dose de lessive...

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#8

On n'en a jamais voulu.

On n'a jamais voulu d'ordre qui nous a été imposé ; de fait, et pour de multiples raisons, c'est un échec sur toute la ligne ; les infirmiers ne demandent qu'une chose, qu'il nous fiche la paix et qu'il disparaisse !

dlteme

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#7

a kevin

L'ordre est ce qu'il est, le reste n'est que victimisation.
Une structure n'ayant pour seul pouvoir celui de sanctionner ses adhérents ne fera que ça.
Pour le reste, ce n'est que prise de position condescendante sans rien au bout.

Kewin66

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#6

Positionnement infirmier

Je suis assez étonné des réactions sur le sujet, êtes-vous infirmier pour tenir de tels propos .... ?

Comment voulez vous donner les moyens nécessaires pour que l'ordre infirmier puisse intervenir, si vous ne faites que le critiquer !

Je me pose beaucoup de questions...

Quelle image voulez-vous donner à notre profession ?
Comment voulez-vous qu'on puisse être crédible sur le terrain si on agit de la sorte?
Quelle crédibilité ? Comment faire évoluer notre profession vers "la science infirmière".

Notre positionnement est déjà difficile sur le terrain, notamment avec les Médecins ... Vous ne faites que renforcer cette problématique.

Je vous renvoie à notre réglementation ...
Si vous êtes suffisamment informés savez vous le rôle et les missions de l'ordre?
Je peux me tromper, mais je suppose que bien de personnes ne peuvent y répondre sur ce sujet.
L'ordre à pour mission essentielle d'assurer la qualité et la sécurité des patients. Et c'est toujours le patient qui en est victime !

C'est dans le rassemblement que nous pouvons mettre en exergue notre légitimité dans les soins aux patients. Notre profession représente environ plus de 500 000 infirmiers...
C'est une force considérable et je pense qu'il faut se servir de cet atout pour "bouger" les choses.
Il faut arrêter de penser le "négatif" par tout.

Arrêtons d'être dicté par les paroles des autres. Pensons à notre profession et à son avenir ...
Elle est unique, et elle peut évoluer considérablement car nous sommes nombreux à la représenter .





Kévin
Infirmier et fier de l'être :)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#5

Du réchauffé.

En fait ce n'est que du réchauffé...
Il n'est pas évoqué la demande à la justice de dissoudre le syndicat Résilience, sur ce coup, ne serait-ce pas le pape ?

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#4

Que se passera-t-il ?

Que se passera-t-il quand l'ordre infirmier disparaitra ? Borniche prendra (enfin) sa retraite, Mameri retournera manager, Amouroux militera de nouveau dans son syndicat, et tous les assesseurs reprendront leurs activités d'antan ; mais surtout, les infirmiers gagneront ce qu'il y a de plus précieux : la paix !

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#3

pas de décret

C'est l'absence de décret d'application concernant l'inscription qui empêche Borniche et son fidèle Mameri de mettre en oeuvre leurs menaces.

execho

Avatar de l'utilisateur

188 commentaires

#2

c'est pas moi,c'est l'autre...

De par la loi la machine est en route.L'ordre peut s'asseoir sur les recommandations du ministère ou de la DGOS.Des francs tireurs(cpam,directeurs d'établissements) aussi.Seul le rapport de force instauré par les infirmiers non inscrits et l'intersyndicale hospitalière fera reculer le gouvernement .L'ordre nous explique qu'il n'a même pas besoin d'attaquer les non inscrits,d'autres s'en charge.

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#1

...à vomir...

...l'ordre passe donc à la vitesse supérieure, celle du chantage : mais comment ose-t-il ? C'est pire que du marketing, ça en devient du racket. Quand on voit la méthode utilisée pour voter la création du machin, il est un peu gonflé de se draper ensuite dans la loi en mettant en avant sa "légitimité"
Ces gens-là sont la honte de la profession, un organisme parasite et malsain. On va les supporter encore longtemps ?