AU COEUR DU METIER

Bulletin de santé de l'ONI : « satisfaisant »

par .

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Si les Présidents de la République doivent informer leurs électeurs de leur état de santé, en ce début d'année, Didier Borniche, fraîchement réélu président de l'Ordre national des infirmiers en décembre dernier, a publié lui aussi le bulletin de santé de la structure ordinale à la tête de laquelle il est ; « satisfaisant » semble être l'adjectif le plus adéquat...

constantes vitales

30 janvier 2014 : l'ONI présente les axes forts de sa nouvelle mandature

Le point presse à l'initiative de Didier Borniche, Président du Conseil national de l'ordre des infirmiers, dans les nouveaux locaux du Faubourg Saint-Martin le 30 janvier 2014, avait une seule ambition : rappeler qu'à nouvelle mandature, nouveaux défis et ce, à quelques semaines seulement du vote des inscrits au tableau de l'Ordre (avant le 3 février 2014) de ses représentants départementaux sur l'ensemble des territoires français. Le vote - par correspondance - aura en effet lieu du 18 mars au 3 avril prochains. A cette occasion, l'instance ordinale lance une vaste campagne d'information à destination de l'ensemble des infirmier(e)s, qu'ils soient candidats ou électeurs - afin de leur rappeler, comme l'a souligné Didier Borniche que le caractère démocratique de notre institution est primordial : c’est ce qui fait son indépendance et sa crédibilité. Faire entendre sa voix à l’occasion des élections ordinales, c'est participer à un beau défi : faire qu'ensemble 2014 soit l’année de la reconnaissance pleine et entière de notre profession. Effectivement, le défi est de taille et les chantiers nombreux.

Inscrire les infirmiers au cœur des mutations du système de santé...

A cet effet, le nouveau conseil national et son Président sont animés d'une ambition commune : inscrire les infirmiers au cœur des mutations du système de santé et faire reconnaître (enfin !) leurs compétences, leur expertise et leur rôle « pivot » incontournable dans notre système de santé. Didier Borniche a donc précisé lors de ce point presse auquel les principaux médias professionnels avaient répondu favorablement les grands axes d'action de sa nouvelle mandature allant dans ce sens. Cet objectif passe par un soutien fort aux infirmiers, dans l'exercice quotidien de leur métier, dans l'accompagnement de leur parcours professionnel, du DPC, mais aussi par un travail de conviction auprès des partenaires pour la pleine reconnaissance de la profession. La question des nouvelles compétences- infirmier d'orientation, clinicien, de premier recours, place en santé mentale... - et de leur intégration, l'évolution des dispositifs de coopération entre professionnels de santé, la mise en place d'une réelle filière universitaire et sa pérennité, doivent donc être naturellement engagés.

Renforcer les prises de parole...

La place des infirmier(e)s doit être reconnue dans tous les domaines et dans tous les grands débats sociétaux. On l'a vu récemment dans le débat sur la fin de vie dans le cadre duquel l'ONI a formulé des préconisations visant à rappeler qu'à l'hôpital, comme à domicile, l'infirmier(e) joue un rôle indispensable de continuité des soins et de coordination de la prise en charge, au-delà du seul aspect médical.

Cet exemple rappelle l'ambition de Didier Borniche d'inscrire la profession infirmière dans tous les sujets de société en renforçant prises de parole et donc points de vue et au final sa visibilité et sa crédibilité... Près de 600 000 professionnels en exercice, ce n'est pas rien... même si sur cette question de la démographie infirmière, priorité de l'ONI, il semble bien planer des doutes légitimes sur le nombre réel de professionnels en exercice, bien inférieur à celui annoncé l'été dernier par la Drees qui reconnaît elle-même une surestimation...

Servir les infirmiers dans la transparence et l'équité...

Le Président Borniche l'a cependant reconnu, le suivi démographique est bien évidemment peu facilité par le fait que seuls 146 000 infirmier(e)s sont inscrits au Tableau de l'Ordre au 24 janvier 2014. Il a à ce sujet rappelé, que l'ONI n'était pas une instance de coercition et que le travail de communication devait permettre de responsabiliser chaque professionnel afin qu'il comprenne bien la finalité de l'Ordre, à savoir servir les infirmiers dans la transparence et l'équité, être l'autorité compétente sur tous les sujets professionnels et proposer des services performants dans les domaines éthiques, juridiques (contrats professionnels pour les libéraux par exemple, carte professionnelle européenne pour laquelle la profession infirmière a été choisie pour l'expérimenter, lutte contre l’exercice illégal, litiges ou violences...). Le Président de l'ONI a souligné que la progression des inscrits au tableau de l'Ordre était d'environ de 25 000/an et que ce chiffre de 160 000 (80 % sont à jour de leur cotisation) concernait 70 000 infirmiers libéraux.

Didier Borniche a également rappelé que le Code de déontologie de l'ONI avait été remis en 2010 au ministère de la Santé et qu'il constitue la colonne vertébrale de l'institution. De fait, il faut qu'il soit à présent publié. L'ONI a formé le 10 janvier 2014 un recours au Conseil d'Etat pour que le Premier ministre reçoive injonction en la matière.

Marisol Touraine entre attentisme et versatilité...

Questionné sur les rapports de l'ONI avec la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, et sur les conclusions attendues du groupe de travail sur la pérennité de l'ONI à l'initiative du groupe socialiste de l'Assemblée nationale, Didier Borniche a précisé n'avoir reçu aucune information en la matière - ce groupe est en place depuis un an maintenant.... -, réfutant les propos récents de l'intersyndicale anti-ordinale qu'il a qualifiés de rumeurs non fondées selon lesquelles Marisol Touraine devrait légiférer d'ici à mi 2014...

Didier Borniche a demandé un rendez-vous à la ministre afin de lui dresser un bilan des actions de l'ONI, mais aussi de lui rappeler son souhait de participer activement à l'élaboration des grandes lois sociétales en préparation : santé, fin de vie, vieillissement...

Un ordre fort pour les infirmiers, au service des patients...

Ce premier bulletin de l'ONI 2014 est selon son Président  encourageant : les comptes sur 2013 sont à l'équilibre  - la validation par la Commission aux comptes est en cours - , le remboursement de la dette d'ici 2017 honoré - selon le protocole validé en décembre 2011 par le Tribunal de Grande Instance -, les dettes sociales remboursées d'ici la fin 2014. Bref, l'ONI accomplit actuellement toutes ses missions, rappelant également que si les infirmiers ne prennent pas la parole pour leur profession, d'autres le feront pour elle et que l'Ordre doit être à la fois fort pour les infirmiers et au service des patients.

Soyons sûrs qu'une fois encore les défis de l'ONI et sa stratégie pour 2014 dépliés lors de ce premier point presse de l'année ne feront pas l'unanimité à l'heure où plus que jamais, la profession doit cependant devenir actrice de son avenir... Cet avenir, nous aurons toute l'année pour l'analyser et, nous l'espérons, constater qu'il évolue dans le sens d'une promotion et d'une valorisation attendue de la profession infirmière.

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier ONI

Commentaires (9)

BRONCO

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#11

Satisfaisant ? Ou autosatisfaction ?

Si l'ONI était représentatif de la profession pourquoi a-t-il tant de mal a convaincre? Les IDE ne sont pas ( tous ) des imbéciles qui ne voient pas où se leurs intérêt d'être représenté par une instance compétente . Si l'inscription à cet ordre devient facultatif et qu'il est vraiment un espoir pour la profession , alors la majorité des IDE vont y adhérer et cela sans menaces , pression , chantage ... mais cela j'ai du mal à y croire .

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

496 commentaires

#10

Ce sera quoi ?

Ce sera quoi aujourd'hui à 12 h ? L'interview du président en direct-live ?

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#9

pendant ce temps

Actusoins publie des exemples de menaces ordinales...l'indépendance doit aider à un journalisme de qualité.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

496 commentaires

#8

A midi...

De toutes façons, à midi, je serai au boulot, de manière illégale, bien sûr.

Par ailleurs, pour répondre au super sondage du petit nouveau, je rappelle le taux de participation des élections de 2008 : 13,73 % !

C'est sûr, on y croit, plus de 90 % des infirmiers voulaient s'affubler d'un ordre.

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

259 commentaires

#5

Suite des aventures demain...

Pour contenter ce cher Eusèbe... RDV demain 12h... :)

Antoon69

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#4

Aaah la résistance au changement!

Certains devraient peut-être relire ça, et penser à se battre pour que la profession puisse avancer d'une seule voix démocratique, plutôt que de se cacher derrière un ordinateur. Sur un commentaire votre voix ne sert à rien, n'a pas d'impact, dans une institution ordinale organisée elle en aura plus.

https://www.infirmiers.com/les-grands-dossiers/ordre-infirmier/sondage-concernant-la-creation-dun-ordre-infirmier.html

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

496 commentaires

#3

Habituel.

On avait l'habitude d'articles peu critiques sur l'ordre, mais alors là, on touche le Graal.
On aurait aimé en savoir un peu plus sur les plaintes, les signalements aux procureurs, les menaces de toutes sortes, enfin ce qui est la véritable nature de l'ordre.
Il est content de cet article le président ?

elhombredelamancha

Avatar de l'utilisateur

64 commentaires

#2

propaganda...

bel article de racolage ONIesque , absolument dénué de du moindre contrepoint critique de la première à la dernière ligne ! chapeau bas !

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#1

arnaque

." Cet avenir, nous aurons toute l'année pour l'analyser et, nous l'espérons, constater qu'il évolue dans le sens d'une promotion et d'une valorisation attendue de la profession infirmière."

j'espere que l'ordre aura disparu avant la fin de l'année pour le bien de la profession