AU COEUR DU METIER

"Les infirmiers sont des acteurs et des vigies aux urgences"

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

"Le rôle de l’infirmier dans la prise en charge des urgences" était la thématique de la cinquième édition de la Matinale de l’Ordre national des infirmiers (ONI), organisée le 18 mars dernier. Infirmiers anesthésistes, infirmier d’accueil et d’orientation, président de section à la Cour des comptes, médecin, se sont réunis pour parler de la reconnaissance et de la valorisation des infirmiers aux urgences.

"Les infirmiers sont des acteurs et des vigies aux urgences"

Dans les services d’urgences, les IAO effectuent les premiers soins, administrent les antalgiques, gèrent le flux de patient en priorisant selon le cas de gravité.

Dans son dernier rapport sur les urgences hospitalières, la Cour des comptes décrivait un système "à bout de souffle". François de la Gueronnière, conseiller maître, président de section à la Cour des comptes a synthétisé en préambule de la cinquième Matinale de l’ONI les constats établis dans Urgences hospitalières : des services toujours trop sollicitésLes tensions dans les services d’urgence se sont aggravées. La croissance du nombre de passage aux urgences a continué à se développer. Les temps d’attente sont souvent très longs. A titre d’exemple, la durée médiane d’attente est de 4h à Marseille et de 5h à Nancy. A posteriori, on constate que beaucoup de passage aurait pu être traité dans des structures plus légères. Il y a aussi une augmentation très forte des médecins à temps partiel et le développement de l’intérim qui sont des indices de tension insuffisamment maitrisés. L’augmentation de la fréquentation et l’allongement des temps d’attente aux urgences, François Dolveck les remarque aussi en tant que directeur médical du Samu de Seine-et-Marne et apporte un regard plus médical en prenant le contre-pied de la Cour des comptes au sujet de l’intérim : L’intérim est souvent décrit comme un fléau mais lorsque nous avons des pics d’activité notamment en période d’épidémies, l’intérim permet de faire face à la population qui se présente à l’entrée de l’hôpital. Quand on est capable de soulager, d’accompagner avec un renfort médical, ça permet de passer des crises beaucoup plus confortablement. Cependant, attention à l’intérim quand cela devient le mode de fonctionnement principal.

Nous essayons d’encourager les infirmiers à s’engager dans la création des CPTS

Afin d’absorber une partie de l’augmentation des patients dans les services d’urgence, François de la Gueronnière rappelle les recommandations de la Cour des comptes : Essayer de développer les alternatives aux urgences en ville en améliorant les coopérations entre la ville et l’hôpital. A travers les Groupements hospitaliers de territoire (GHT) et les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), planifier une offre de soins non urgente, accentuer les efforts des soins...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)