AU COEUR DU METIER

L'ONI en soutien d'une infirmière marseillaise agressée

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

 

Après la violente agression d'une infirmière de soins intensifs - et aussi d'une anesthésiste - dans une clinique marseillaise, l'Ordre national des infirmiers crée un observatoire des violences envers les infirmiers (OVI) et intègre l’Observatoire national des violences en milieu de santé.

Communiqué de l'Ordre national des infirmiers - 25 juillet 2012

L'ONI en soutien d'une infirmière marseillaise agresséeL’Ordre des infirmiers vient d’apprendre avec consternation l’agression violente d’une infirmière dans le cadre de son exercice professionnel au sein d’une clinique de Marseille. Loin d’être un évènement isolé ou exceptionnel, cette agression s’ajoute aux nombreuses violences dont sont victimes les professionnels de santé et notamment les infirmiers. Ces actes de violence n’ont cessé de progresser en termes de volume et de gravité depuis quelques années ainsi qu’en attestent les statistiques de l’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS)1.

L’Ordre des infirmiers peut apporter conseils, assistance et soutien aux victimes, notamment en se constituant partie civile dans le cadre de leurs plaintes comme l’y autorise le Code de la santé publique2. Soucieux de faire reconnaitre les violences dont sont victimes les infirmiers, l’Ordre a décidé  la création d’un observatoire des violences envers les infirmiers (OVI) qui permettra aux infirmiers victimes ou témoins de violences, quel que soit le mode d’exercice, de remplir une fiche de signalement en ligne afin de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (4)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

567 commentaires

#4

et la mission de

"permettre d’en élaborer un suivi statistique, d’identifier les lieux et les conditions où ces actes sont le plus souvent perpétrés et mettre en place les actions de prévention et de répression qui s’imposent"
-->hypothèse 1 : il va donc falloir payer des élus pour s'en occuper ? les élus infirmiers coollent au terain !!!
-->hypothèse 2 (qui semble plus crédible que la 1ière, si les élus sont aussi bons en stat. qu'en droit !) : il va falloir embaucher des spécialistes des statistiques ? bravo pour l'utilisation des entrées d'argent pour permettre la défense et la promotion de la profession !

bref, encore une action ordinale complétement inutile

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#3

L'oni, l'ami des infirmiers...

L'oni deviendrait l'ami des infirmiers en faisant preuve de compassion envers celles et ceux qui souffrent ? Aucune honte !!

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#2

OVI des libéraux

Les salariés sont déjà bien cadrés avec leurs employeurs et les syndicats pour obtenir toute l'aide nécessaire en cas de violence et de procédure pour plainte .....Donc si je comprends bien cet OVI servirait aux IDEL...encore donc une mission payée par les salariés pour les libéraux,tout comme comme les misions de disciplinaire,aide au X contrats d'installation des libéraux.... Au lieu de créer encore et toujuors des doublons pourquoi l'ordre s'est-il pas rapproché de l'ONVS afin d'améliorer l'existant...sous réserve bien sûr que l'existant soit imparfait....

L'art et la manière de faire raquer les IDE pour des missions déjà existantes ...Qui plus est tous les IDEL ont une assurance pro et donc toute l'aide concernant les violences pros sont dans le champs de compétence d'aide des juristes et avocats des assurances,non?

L'ordre a encore voulu créer une mission OVNI.............lol

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#1

Récupération

Ni plus ni moins, d'un ordre qui ne sait plus quoi faire pour justifier son existence. Il va faire quoi, concrètement, Boularand (à l'origine de ce papier) pour cette infirmière?

Il me semble qu'il existe sur Marseille une autre actualité de l'ONI, un peu moins glorieuse. Dommage que ce site n'en fasse pas écho.