GRANDS DOSSIERS

Brûlures : 12.000 hospitalisations chaque année

par .

Cet article fait partie du dossier :

Plaies et cicatrisation

    Précédent Suivant

Dans une étude publiée le 6 mai 2014, l'Institut de veille sanitaire (InVS) révèle que chaque année en France, près de 12.000 hospitalisations sont dues aux brûlures.

Tous les ans, la France compte environ 12.000 hospitalisations pour brûlures, selon une étude1 publiée le 6 mai 2014 par l'Institut de veille sanitaire (InVS). Ainsi, 8 670 personnes ont été hospitalisées en 2011, un chiffre relativement stable depuis 2008. Le nombre d'hospitalisations varie en effet de 1 à 16 et près de 20 % des patients ont été hospitalisés à plusieurs reprises. De plus, 45 % des séjours ont été réalisés en centre de traitement des brûlés (CTB) et 55% au sein d'autres services. Quant à la la durée moyenne de séjour (DMS), elle s'élève  à 7,5 jours pour l'ensemble des séjours.

Le nombre d'hospitalisations varie de 1 à 16 et près de 20 % des patients ont été hospitalisés à plusieurs reprises

Des brûlures plus ou moins graves

brûlures bras

Les brûlures engendrent chaque année près de 12.000 hospitalisations

Dans son étude, l'InVS s'est également attaché à étudier la gravité des brûlures, mesurée selon l'étendue de la surface du corps atteinte, la présence de brûlures au niveau des voies respiratoires et l'âge. Ainsi, pour être qualifiée de brûlure grave, l'une des trois conditions suivantes doit être remplie :

  • couverture d'au moins 20 % de la surface du corps chez un enfant de moins de cinq ans ;
  • couverture d'au moins 30 % de la surface du corps chez une personne âgée de cinq ans et plus ;
  • présence de brûlures au niveau des voies respiratoires.

Les enfants âgés de 0 à 4 ans sont les plus touchés par les brûlures et représentent 32 % des hospitalisations et 27 % des patients hospitalisés en CTB, mais seulement 11 % des brûlés graves. La majorité des brûlés graves en CTB se situe en effet chez les 50-79 ans qui constituent 35 % des patients. Par ailleurs, la durée moyenne d'hospitalisation en 2011 s'élève à 10,4 jours par patient pour l'ensemble des hospitalisations. Chez les personnes âgées de plus de 80 ans, ce chiffre peut atteindre 19 jours. Pour les brûlures graves, la durée d'hospitalisation moyenne en CTB est significativement plus élevée et s'élève à 39,9 jours. Les parties les plus fréquemment touchées sont la tête et le cou (22%), le poignet et la main (18%), le tronc (16%), la hanche et le membre inférieur, hors cheville et pied (13%).

En tout, 219 personnes sont décédées à l'hôpital à la suite de brûlures en 2011. Plus de la moitié de ces décès (114) sont survenus chez les patients âgés de plus de 65 ans.

Miser sur la prévention

Pour diminuer le nombre d'hospitalisations pour brûlures, il semble important de développer des actions de prévention, notent les auteurs de l'étude. « Chez les enfants, très souvent hospitalisés pour brûlures, la prévention doit s'exercer surtout à partir du moment où ils commencent à marcher. Chez les personnes âgées, les brûlures sont plus graves et mènent plus souvent au décès. La prévention passe par l'adoption de mesures réglementaires, visant à rendre plus sûr l'environnement, notamment domestique. » Des dispositions ont déjà été mises en place, notamment la limitation de la température de l'eau chaude par l'arrêté du 30 novembre 2005, et d'autres sont à venir. Ainsi, on peut espérer une diminution importante des hospitalisations et des décès par brûlure avec l'obligation d'installer un détecteur avertisseur autonome de fumée dans tous les logements avant le 8 mars 2015, instaurée par la loi du 9 mars 2010.

Pour le moment, les causes de brûlures ne sont pas encore connues. Toutefois, un thesaurus a été réalisé par la Société française d'étude et de traitement des brûlures (SFETB), l'InVS et l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (ATIH) et diffusé en mars 2011. Depuis le 1er janvier 2013, le codage des causes de brûlures à l'aide de ce thesaurus a été rendu obligatoire par l'ATIH. Aussi, les causes de brûlures devraient pouvoir être étudiées à l'avenir.

Note

  1. Pasquereau A, Thélot B. Hospitalisations pour brûlures à partir des données du Programme de médicalisation des systèmes d’information, France métropolitaine 2011 et évolution depuis 2008. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2014. 8 p.
Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Rédactrice Infirmiers.com  aurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Plaies et cicatrisation

Publicité

Commentaires (0)