GRANDS DOSSIERS

Brûlures : dans 9 cas sur 10, elles sont accidentelles

Cet article fait partie du dossier :

Plaies et cicatrisation

    Précédent Suivant

Comment arrivent les brûlures et qui en sont les victimes ? Dans le cadre de ses missions de surveillance, Santé publique France analyse les caractéristiques des patients hospitalisés pour brûlures et publie une synthèse des résultats obtenus sur l’année 2014. On y apprend notamment que les brûlures sont à plus de 90% accidentelles et que les enfants de moins de 5 ans sont les plus touchés. On fait le point sur ces données qui font réfléchir et rappellent l’importance cruciale de la prévention.

Feu gaz

Les brûlures sont principalement causées par contact avec des liquides chauds » (type huile bouillante, thé brûlant, eau…) : c’est même « la première cause de brûlure chez les 0-4 ans et les 5-14 ans et la première cause chez les femmes toutes classes d’âges confondues après 14 ans »

Les brûlures, majoritairement à l’origine de séquelles physiques et psychologiques importantes pour les victimes et leur entourage, sont le plus souvent évitables. C’est ce que nous révèle la dernière étude de Santé Publique France sur la question.

Sont considérées comme graves, les brûlures couvrant au moins 20 % de la surface du corps chez les enfants de moins de 5 ans, au moins 30 % au-delà de 5 ans, ou encore présentes au niveau des voies respiratoires, précise Santé Publique France. Quelles soient accidentelles (dans un cadre domestique ou de travail) ou volontaires (agressions, tentatives de suicide, ...), de telles brûlures sont à l’origine de séquelles physiques et psychologiques pour les victimes et leur entourage et leur traitement nécessite le plus souvent des moyens très coûteux. Infirmiers.com s’était d’ailleurs rendu à l’hôpital Saint-Louis pour y observer le travail extrêmement technique des soignants auprès de grands brûlés. Pour éviter ces brûlures souvent très délétères, il est nécessaire d’adopter des règles de prudence simples à l’échelle individuelle et collective, dont le préalable est justement la bonne connaissance à la fois de leurs circonstances de survenue et des profils des victimes.

Les brûlures sont majoritairement accidentelles (93,7% des patients) et principalement causées par contact avec des liquides chauds

Le point sur les brûlures en 2014 : population et situations

Qui est touché ? L’ensemble de la population est concerné bien sûr, mais les chiffres montrent que certaines personnes restent plus exposées que les autres aux brûlures. L’étude nous apprend que 8 120 personnes ont été hospitalisées pour brûlure en France métropolitaine en 2014. Les victimes étaient majoritairement des hommes (5 099 versus 3 021 de femmes). En effet, le taux d’incidence brut de personnes hospitalisées pour brûlures est presque deux fois plus élevé chez les hommes (16,4/100000) que chez les femmes (9,2/100000 ). Cette supériorité de l’incidence chez les hommes est observée à tous les âges avec des écarts plus ou moins importants. Les chiffres montrent également que les enfants de moins de 5 ans sont les plus touchés par les brûlures, car ils n’ont pas conscience du danger comme des adultes et qu’ils sont de ce fait très exposés aux accidents. Ils représentent plus du quart des personnes hospitalisées (28,8 %).

Comment se brûle-t-on ? Les brûlures sont majoritairement accidentelles (93,7% des patients) et surviennent plus rarement dans un contexte de tentative de suicide (4,9 %) ou d’agression (1,4 %), selon Santé Publique France. Ces brûlures sont principalement causées par contact avec des liquides chauds » (type huile bouillante, thé brûlant, eau…) : c’est même la première cause de brûlure chez les 0-4 ans et les 5-14 ans et la première cause chez les femmes toutes classes d’âges confondues après 14 ans. Dans le détail, on se brûle à hauteur de 67% par contact avec des liquides alimentaires (café, thé, lait, tisane, soupe, liquide et graisse de cuisson…), à 24% par contact avec de l’eau du robinet brûlante et enfin à 8% par contact avec d’autres liquides. Chez les hommes de 15 ans et plus, c’est l’exposition aux feu, flammes et à la fumée qui devient la première cause de brûlure. Dans le détail, « 35,2 % de ces brûlures sont causées par l’inflammation de substances inflammables, 30,7 % par un feu dans un bâtiment, 19,2 % par un feu hors d’un bâtiment et 15 % par l’inflammation de vêtements. Enfin, le contact avec des objets chauds (type fer à repasser) est « la deuxième cause de brûlure chez les enfants de 0 à 4 ans ». Au total, « 190 personnes sont décédées à l’hôpital à la suite de brûlures en 2014 ».

Dans 9 cas sur 10 les brûlures sont d'origine accidentelle

Baisse relative des accidents depuis 2009

Santé Publique France compare les chiffres de 2014 avec ceux de l’année 2009 pour constater l’évolution de la situation concernant les brûlures. Et c’est assez positif puisqu’on observe une légère baisse des personnes hospitalisées pour des brûlures. L’incidence passe ainsi de 13,8 pour 100 000 en 2009 à 12,3 pour 100 000 en 2014. Cette baisse, qui concerne principalement les hommes, est le résultat de la mise en place en France de diverses actions de prévention telles que la réduction de la température maximale de l’eau chaude du robinet ou l’obligation d’installation de détecteurs avertisseurs autonomes de fumée, souligne Santé Publique France.

Malgré tout, le nombre de patients hospitalisés pour brûlure reste élevé, note l’agence, qui préconise d’aller encore plus loin en matière de prévention, en consolidant les mesures existantes, mais aussi en envisageant leur extension à certains risques peu ou pas pris en compte. Des enquêtes spécifiques visant à caractériser finement les causes de survenue des brûlures (par type de produits), ainsi que les profils des victimes (caractéristiques socio-économiques, état de santé, habitudes de consommation, environnement, ...) sont plus que jamais pour que la prévention soit la plus efficace possible.

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Plaies et cicatrisation

Publicité

Commentaires (0)

Superstitiel - Espace vendu - Plaies et cicatrisation