GRANDS DOSSIERS

Patients brûlés : plus d'un quart ont moins de 4 ans

par .

Cet article fait partie du dossier :

Plaies et cicatrisation

    Précédent Suivant

On en parle que trop peu, et pourtant, chaque année les brûlures représente un nombre significatif d'accidents de la vie quotidienne. Parmi les principales victimes : les enfants de moins de quatre ans. Retour sur une enquête épidémiologique qui fait réfléchir...

Feu gazinière

En 2011, 215 personnes (135 hommes et 80 femmes) hospitalisées pour des brûlures intentionnelles ou accidentelles sont décédées.

Dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire du 16 février 2016, l'Institut national de Veille Sanitaire (InVS) révèle des chiffres alarmants. Chaque année, environ 9 000 victimes de brûlures sont hospitalisées en France métropolitaine. Avec un âge moyen situé aux alentours de 30 ans, le plus inquiétant reste la proportion de jeunes enfants concernés puisque 27 % des victimes ont moins de 4 ans…

En 2011, 8 670 personnes ont été hospitalisées pour brûlures en France métropolitaine.

Plus d'un patient sur dix admis dans un centre de traitement des brûlés

Dans cette étude, trois critères ont été retenus pour estimer la gravité des brûlures : la proportion des lésions, l'atteinte des voies respiratoires et l'âge de la victime. En 2011 sur les 11 651 hospitalisations nécessaires à la prise en charge des plaies, 11,5 % étaient graves, selon les critères de l'étude, au point de nécessiter une orientation vers un centre de traitement des brûlés (CTB). En outre, l'âge moyen des brûlés graves était de 40 ans.

La gravité des lésions entraîne également de multiples prises en charge. Bien que 80 % des patients n'aient nécessité qu'une seule hospitalisation, certains ont été admis entre deux à seize fois la même année. En outre, les enfants de moins de quinze ans représentent ceux qui ont été le plus à l'hôpital : trois quarts d'entre-eux l'ont été au moins quatre fois.

caractéristiques des victimes de brûlures hospitalisées

63 % des victimes de brûlures sont des hommes.

Le nombre des patients décédées à l'hôpital en (faible) augmentation

215. C'est le nombre de personnes décédées en 2011 des suites d'une brûlure après leur admission à l'hôpital. Parmi eux, 113 avaient plus de 65 ans, 135 étaient des hommes et 80 des femmes. En outre, 75 % des décès sont survenus au centre de traitement des brûlés. Entre 2008 et 2011, le nombre de décès survenus au cours de l'hospitalisation a donc augmenté de 0,9 %.

caractéristiques des victimes de brûlures hospitalisées

En 2011, parmi les victimes de brûlures, on a dénombré 60,7 enfants hospitalisés pour 100 000 habitants.

D'une façon générale, en considérant les parties du corps les plus fréquemment touchées, on a pu constater que la tête et le cou étaient les endroits du corps les plus lésés (21%). Viennent ensuite le poignet et la main (19%), le tronc (16 %), la hanche et les membres inférieurs hors cheville et pied (13%).

Ces résultats (...) peuvent apporter une aide à l'organisation hospitalière.

Au delà des chiffres…

Bien plus qu'une série de chiffres dramatiques, l'étude rappelle la nécessité de prévenir les brûlures accidentelles. « Le nombre important d'hospitalisations (…) et la gravité de certaines d'entre elles, confirment l'importance de développer des actions de prévention » notent les auteurs. Pour les enfants, cette dernière doit s'exercer surtout à partir du moment où ils commencent à marcher. Et d'ajouter : la prévention peut notamment passer par l'adoption de mesures réglementaires visant à rendre plus sûr l'environnement domestique. Il s'agit notamment de limiter la température de l'eau chaude, conformément à l'arrêté du 30 novembre 2005, et d'installer un détecteur avertisseur autonome de fumée (obligatoire depuis le 8 mars 2015) dans tous les logements. En outre, ces résultats apportent aux hôpitaux des éléments d'information utiles, puisqu'ils contribuent à la surveillance épidémiologique des victimes de brûlures et qu'ils apportent une aide à l'organisation hospitalière.

Gwen HIGHT  Journaliste Infirmiers.comgwenaelle.hight@infirmiers.com@gwenhight

Retour au sommaire du dossier Plaies et cicatrisation