GRANDS DOSSIERS

Prévenir pour "sauver la peau" des escarres

Cet article fait partie du dossier :

Plaies et cicatrisation

    Précédent Suivant

L'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France a annoncé que son programme "Sauve ma peau" avait permis à 16.000 patients de ne pas développer d'escarre et avait entraîné 8 millions d'euros d'économies en six mois.

patient alité escarres hospitalisation

60 000 patients franciliens souffrant d'escarres par an, c'est bien trop, non ?

Ce programme de prévention "Sauve ma peau", lancé en 2013, est destiné à maîtriser le risque d'escarre dans les établissements et services sanitaires et médico-sociaux franciliens. La prévalence annuelle chez les patients hospitalisés est de près de 9%, ce qui permet d'estimer à 60 000 le nombre de Franciliens souffrant d'escarres, selon le communiqué de l'ARS.

Au sein de ce programme, 220 établissements de la région se sont engagés à mettre en oeuvre cinq bonnes pratiques :

  • traiter l'escarre dès la rougeur ;
  • former les professionnels et éduquer les patients et leur entourage ;
  • assurer une prise en charge pluridisciplinaire (infirmiers, médecins, aides-soignants, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychomotriciens, diététiciens...);
  • évaluer et réévaluer le risque au sein des établissements ;
  • pour le patient à risque, changer de position régulièrement et utiliser les supports adaptés.

Les établissements engagés dans la démarche doivent également alimenter des compteurs, selon la terminologie de l'ARS, c'est-à-dire surveiller et renseigner des indicateurs sur le nombre de patients dépistés à risque, le nombre de patients n'ayant pas développé d'escarre, le nombre de patients ayant développé une escarre dès la rougeur et le nombre de patients ayant développé une escarre à un stade plus avancé. Selon les chiffres de l'ARS, à l'hôpital, le surcoût du séjour d'un patient ayant acquis une escarre est estimé à 4 500 euros, et l'allongement de la durée de séjour à 9,8 jours. D'après les compteurs des établissements franciliens engagés dans le programme, l'ARS a calculé que près de 1,4 millions d'euros étaient économisés chaque mois, ce qui aboutit à une économie globale de 8,3 millions d'euros sur six mois.

A l'hôpital, le surcoût du séjour d'un patient ayant acquis une escarre est estimé à 4 500 euros, et l'allongement de la durée de séjour à 9,8 jours

Les escarres c'est l'affaire de tous

L'ARS Ile-de-France apporte notamment un soutien aux établissements concernés par le programme, via des outils d'évaluation (autodiagnostic, audit de dossiers), méthodologiques (structuration du plan d'action, outil de priorisation des mesures d'amélioration), de communication, pédagogiques et documentaires (protocoles, grilles, supports de formation). L'agence diffuse des outils de prévention et de dépistage et des protocoles élaborés par des hôpitaux, centres gériatriques et établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de la région.

Retour au sommaire du dossier Plaies et cicatrisation