Statut des infirmiers : environ la moitié des IDE auraient choisi la catégorie A

Environ la moitié des infirmiers auraient opté pour la catégorie A, selon un bilan provisoire du ministère de la Santé ne portant que sur les trois quarts des effectifs.

Au total, selon le ministère, 199.564 agents concernés par le droit d'option ont été recensés. Au 21 avril, le ministère avait pu recenser les choix de 150.907 infirmiers, soit 75,62% des agents concernés par cette mesure.

Parmi ces agents ayant exprimé leur choix, 82.499 avaient opté pour la catégorie A, soit 54,67%, et 68.408 avaient choisi la catégorie B, soit 45,33%.

Les 48.657 situations individuelles pour lesquelles aucun choix n'est encore enregistré correspondent à des agents qui n'ont pas fait de choix, donc resteront en catégorie B par défaut, mais aussi à des agents dont le choix est en cours d'enregistrement par les directeurs des ressources humaines (DRH) des établissements, précise le ministère.

Le ministère indique que, si les données non encore enregistrées correspondaient "exclusivement à des agents ayant opté pour la catégorie B", "ce serait au minimum 41,3% des [infirmiers] qui auraient opté pour la catégorie A et au maximum 58,65% qui auraient souhaité [rester en catégorie B]".

Le ministère donne également des données en fonction des tranches d'âge et des régions.

La répartition par tranche d'âge est "cohérente avec les enjeux du reclassement: les jeunes infirmiers optent davantage pour la catégorie A que les plus âgés, compte tenu de leurs perspectives de carrière", commente le ministère, qui précise que la tranche d'âge médiane est celle des 40-44 ans.

En effet, les 20-24 ans auraient opté à 90% pour la catégorie A, les 25-29 ans à 84%, les 30-34 ans à 74% et les 35-39 ans à 61%. En revanche, les infirmiers âgés de 40 à 44 ans seraient 46% à avoir choisi cette catégorie.

Ils seraient plus que 31% à l'avoir choisie pour les 45-49 ans, 16% pour les 50-54 ans et 15% pour les 55-59 ans.

Un léger fléchissement est constaté en faveur de la catégorie A pour les 60-64 ans qui l'auraient choisie à 27%.

Le ministère émet l'hypothèse que ces professionnels "ayant déjà dépassé l'âge minimum de départ à la retraite n'ont plus intérêt à faire valoir le bénéfice de la catégorie active et donc à opter pour la catégorie B".

Par ailleurs, des variations existent selon les régions. Ainsi, seuls 42% des infirmiers auraient opté pour la catégorie A en Bourgogne. En Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), ils seraient 44% et 47% en Poitou-Charentes, ainsi qu'en Midi-Pyrénées.

Dans cinq régions, les infirmiers seraient au moins 60% à avoir opté pour cette catégorie A. Il s'agit de la Corse (63%), la Franche-Comté (60%), de la Haute-Normandie (66%), l'Ile-de-France (61%) et le Limousin (65%).Mi-avril, le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI, CFE-CGC) avait annoncé qu'une infirmière sur trois avait choisi la catégorie A, se basant sur des chiffres collectés dans plusieurs CHU et CH.A la même date, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) avait indiqué qu'environ...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

aaac91

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

CHOISI ????? imposé OUI

Aurais choisi ??????
Cela nous a été IMPOSE et oui pas le CHOIX !!!!!!!

Je parle de la dernière session de Nov 2010

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#2

bilan provisoire...

toujours pas de bilan définitif??
Cà traîne au ministère............

viperus

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#1

BINGO ROSY !!

Donc, quand tout aura été "dépouillé", on sera plus près des 2/3 en B que le contraire (escompté pour les investigateurs de ce jeu de dupes). Certes, on ne va peut-être pas dans la rue, à mon grand regret..mais nous ne sommes pas aussi cruches pour signer n'importe quoi. Je présente mes condoléances au système de soins français (qualifié, il fut un temps, le meilleur du monde...)