PORTRAIT / TEMOIGNAGE

[Publi-rédactionnel] "En tant que coach dietplus, je continue à aider les gens"

Cet article fait partie du dossier:

Diététicien

    Précédent Suivant

Amélie Ringenbach est passée du métier d'infirmière à celui de coach en rééquilibrage alimentaire au sein de la franchise dietplus (près de 300 centres en France, en Belgique et en Espagne). Quelles sont les raisons de ce changement de cap, ainsi que les passerelles qui peuvent exister entre les deux professions ? Témoignage d'une nouvelle entrepreneuse, heureuse d'aider autrui à perdre du poids dans son centre dietplus de Rouffach, en Alsace.

Amélie Ringenbach est passée du métier d'infirmière à celui de coach en rééquilibrage alimentaire au sein de la franchise dietplus

Quel a été votre parcours en tant qu'infirmière ?
À la sortie de l'école d'infirmières, je suis partie travailler en hémodialyse, dans une clinique privée, sur Mulhouse. J'y ai passé 7 ans.

Pourquoi avoir quitté le métier ?
Cela faisait à peu près 2 ou 3 ans que j'y songeais. Je ne travaillais plus comme j'avais envie de le faire. Les conditions de travail se dégradaient, les relations avec les médecins et avec la hiérarchie se compliquaient... Je faisais pourtant partie d'une super équipe, nous avions de beaux locaux, avec des moyens pour bien travailler ; mais il fallait toujours se dépêcher, sans prendre le temps avec les patients. J'en ai eu assez.

Et ensuite ?
J'ai d'abord cherché un autre poste d'infirmière, car j'aimais mon travail et ça reste un beau métier. Mais je n'ai rien trouvé qui me convienne, notamment par rapport à ma vie de famille.

Comment avez-vous découvert la franchise dietplus ?
J'étais cliente d'un centre, ce qui m'a permis de perdre 28 kg. J'ai commencé à y penser, car je trouvais cette activité intéressante. Et un jour, ma coach m'a parlé des possibilités d'ouvrir ou de reprendre un centre.

Qu'est-ce qui vous a poussée à devenir coach dietplus ?
Dans cette activité, je reste au service des gens, je continue à les aider. Les gens sont contents de venir me voir, parce qu'ils viennent chercher quelque chose. Alors qu'à l'hôpital, ils viennent car ils n'ont pas le choix. C'est une autre approche !

Devenir chef d'entreprise avec dietplus, est-ce que cela vous a paru accessible ?
J'ai l'avantage que mon mari est chef d'entreprise. Il m'a beaucoup guidée et soutenue. Mais même sans cela, c'est totalement accessible car on est bien formé par l'équipe dietplus, qui est très à l'écoute. Et avec les clients, le fait d'avoir suivi le programme me rend le travail beaucoup plus facile. Déjà, cela les rassure beaucoup. Et je peux d'autant mieux les conseiller sur les produits, sur des idées de recettes ou sur différentes façons de cuisiner.

Et puis, il y a tout l'aspect accompagnement, empathie et écoute, que vous connaissiez forcément...
Cet accompagnement, les gens qui veulent perdre du poids en ont besoin. Quand on a du poids à perdre, on est en situation de mal-être, on ne sait pas toujours comment l'exprimer. Avoir quelqu'un d'empathique en face de soi, qui prend le temps d'avoir une écoute active, c'est essentiel pour eux.

Vous avez commencé votre activité en avril, quelles sont vos impressions depuis ?
Que du bonheur ! J'ai des objectifs, mais c'est moi qui me les donne et pas du tout la franchise qui les impose. Et quand je vois les clients qui perdent du poids et me remercient, c'est valorisant et gratifiant. Rien ne me fait regretter mon changement de métier.

Et vous faites partie d'un réseau ! Avez-vous des contacts avec d'autres coachs dietplus ?
Oui, avec des franchisés de ma région dont, bien sûr, celle qui était ma coach. Ainsi qu'avec ceux qui étaient en formation avec moi. On s'écrit régulièrement sur WhatsApp. Il y une bonne ambiance et une bonne entente. Ainsi, je ne me sens pas toute seule dans mon centre. Et puis, je suis tellement occupée avec mes clients que j'ai de quoi faire toute la journée !

Changez de vie avec dietplus

Retour au sommaire du dossier Diététicien

Publicité

Commentaires (0)