INFOS ET ACTUALITES

Face aux infirmiers : les propositions de Nicolas Dupont-Aignan pour Debout la France !

Attractivité du métier d’infirmier, enrichissement des formations, mesures pour accompagner la dépendance…, le porte-parole de Debout la France ! est venu présenter les propositions du candidat Nicolas Dupont-Aignan à six organisations représentantes de la profession.

Formation, reconnaissance de la profession..., Alexis Villepelet a détaillé les propositions de Debout la France ! pour la présidentielle.

Elles sont six organisations à avoir interpellé les prétendants à l’élection présidentielle pour les interroger, le 10 mars dernier, sur leurs propositions pour la santé, et en particulier pour la profession infirmière : le CEFIEC, l’ANFIIDE, l’Unaibode, sa section régionale Ile-de-France, l’AIFIBODE, l’ANPDE, et la FNESI. Face à Magali Delhoste, présidente de l’Unaibode, Richard Leroux, le président de l’AIFIBODE, et Brigitte Lecointre, présidente de l’ANFIIDE, le premier à répondre est Alexis Villepelet. Le porte-parole de Debout la France !, le parti du candidat Nicolas Dupont-Aignan, est venu en présenter les grandes lignes du programme santé, construit autour de 4 axes : assurer la continuité des soins sur tout le territoire, renforcer la prévention, mieux dépenser en favorisant les emplois des professionnels de santé par rapport aux emplois administratifs, et relocaliser l’approvisionnement stratégique en médicaments.

Formations et revalorisations pour renforcer l’attractivité

Pour la profession infirmière, la reconnaissance du métier et des compétences constituent un enjeu primordial, et ce alors que la crise sanitaire a clairement mis en exergue l’adaptabilité de ces professionnels, qui ont su répondre à des besoins inédits. Comment valider cette montée en compétences en termes concrets ? En  enrichissant le parcours des infirmiers, répond Alexis Villepelet. Il faut développer les formations, enrichir les diplômes. En moyenne, les infirmiers demeurent en effet 5 ans en poste. Permettre le développement des carrières représenterait ainsi un facteur de fidélisation. Au même titre qu’une meilleure rémunération. Si on veut retrouver des infirmiers rapidement dans les établissements, il faut que les emplois soient suffisamment attractifs, relève-t-il, jugeant insuffisantes les revalorisations de salaires opérées dans le cadre du Ségur de la Santé. Il s’agirait également de mieux payer les aides-soignants, sans que ne soit pour autant apporter de précisions quant aux montants qui seraient allouées à ces nouvelles revalorisations. Autre piste, pour les libéraux, cette fois : reconnaître la pénibilité du travail et mieux rémunérer les congés parentaux. Enfin, le candidat de Debout la France ! souhaite répondre aux problèmes d’insécurité que rencontrent médecine de ville et hôpitaux en mettant en place des systèmes de liaison entre la police et les professionnels de santé.

La proximité est la clé d’un système de santé qui fonctionne bien.

Renforcer l’attractivité et la fidélisation paraît d’autant plus crucial que la proximité est la clé d’un système de santé qui fonctionne bien, la profession infirmière étant au cœur de ces enjeux de proximité. A cet égard, Alexis Villepelet se dit favorable à la création du concept d’infirmière de famille, proposé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et défendu notamment par Brigitte Lecointre. Il pourrait ainsi se concrétiser par la possibilité, pour les professionnels de santé en visite à domicile, d’ouvrir plusieurs feuilles de soin, en particulier dans les zones où les populations ont moins bien accès aux soins. Par ailleurs, Alexis Villepelet estime fondamental qu’un infirmier général soit intégré au ministère de la Santé, tel que le recommande l’OMS afin que la profession, plus nombreuse que celle des médecins, parvienne à se faire entendre.

10 milliards d’euros supplémentaires pour le secteur de la santé

Plus généralement, Nicolas Dupont-Aignan propose de lancer un grand plan de la santé pour sauvegarder le système de santé, auquel seraient consacrés 10 milliards d’euros supplémentaires par rapport à l’enveloppe débloquée dans le cadre du Ségur. 5 milliards seraient ainsi dédiés à l’ouverture d’un hôpital ou d’une maternité dans chaque département, et 2 milliards, à la réouverture de 10 000 lits de réanimation sur 5 ans, soit dans les mêmes proportions que ce qui se fait en Allemagne. Quant au secteur de la psychiatrie, le parent pauvre de la santé en France, il fera l’objet d’un audit (structures existantes, professions…). Il faudra ensuite s’inspirer des meilleures pratiques à l’étranger. Nous n’avons pas de solutions immédiates, mais nous avons bien ce sujet en tête, ajoute Alexis Villepelet. Par ailleurs, Nicolas Dupont-Aignan défend la suppression des Agences régionales de santé et promet de consacrer plus d’argent public au recrutement des professionnels de santé, en limitant ceux des personnels administratifs.

10 milliards d’euros pour l’autonomie et 80 000 postes d’aides-soignants de plus

Demeurent les questions de la dépendance et de la prévention. Pour Debout la France !, la première constitue un enjeu stratégique. Avec le vieillissement de la population, la "silver économie" est appelée à se développer, avec la mise en place d’une industrie pour permettre aux personnes âgées de rester chez elles. Et qui suppose de renforcer les actions de formation. Il y a un enjeu énorme à ouvrir dans les lycées professionnels des formations relatives au savoir-faire de la dépendance, explique Alexis Villepelet.  Le programme du candidat de Debout la France ! entend doter la cinquième branche de l’Assurance maladie dédiée à l’autonomie de 10 milliards d’euros. Parallèlement, il est impératif d’augmenter de 25% l’encadrement dans les EHPAD, ajoute-t-il, promettant 80 000 postes d’aides-soignants. Quant à la seconde, l’autre parent pauvre du système français, elle doit notamment pouvoir s’appuyer sur une meilleure médecine scolaire, jugée complètement invisibilisée. 500 millions d’euros seraient ainsi consacrés à ce secteur. Nous souhaitons revaloriser de 15% tous les métiers liés à la médecine scolaire, médecins et infirmiers inclus, fait ainsi valoir Alexis Villepelet.

Journaliste audrey.parvais@gpsante.fr

Publicité

Commentaires (0)