INFOS ET ACTUALITES

Affaire Vincent Lambert : nouvelle procédure collégiale en cours...

Publié le 16/07/2015
reims hôpital extérieur

reims hôpital extérieur

Le médecin du CHU de Reims en charge de Vincent Lambert, patient en état végétatif, va poursuivre la nouvelle procédure collégiale engagée en vue d'une "éventuelle" décision d'arrêt des traitements, a indiqué l'établissement dans un communiqué le mercredi 15 juillet 2015.

Dans son communiqué, le CHU de Reims confirme avoir engagé "une nouvelle procédure", structurée selon un calendrier "tenant compte des éléments d'ores et déjà établis devant le Conseil d'Etat".

La cheffe du service de médecine palliative du CHU, le Dr Daniela Simon, s'est entretenue avec plusieurs proches de Vincent Lambert mercredi : son épouse , puis un neveu, des frères et soeurs et enfin ses parents, ont montré plusieurs médias au cours de la journée. Dans la convocation qu'elle avait adressée à la famille , la praticienne expliquait avoir choisi d'engager une nouvelle procédure en vue d'une décision d'arrêt des traitements. En janvier 2014, au terme d'une précédente procédure collégiale, l'ancien chef de service, le Dr Eric Kariger, avait décidé d'interrompre la nutrition et l'hydratation artificielles du patient, en accord avec une partie de sa famille, dont son épouse. Ses parents et d'autres proches du patient ont contesté cette décision devant la justice. Le Conseil d'Etat en juin 2014, puis la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) en juin 2015 ont rejeté leurs requêtes.

Dans son communiqué, le CHU confirme avoir engagé une nouvelle procédure, structurée selon un calendrier tenant compte des éléments d'ores et déjà établis devant le Conseil d'Etat. Les entretiens avec la famille qui ont eu lieu mercredi ont visé à recueillir l'avis de chacun sur cette nouvelle procédure et [...] leur en présenter les différentes étapes, ajoute-t-il, sans préciser de dates. Une concertation collégiale se tiendra ensuite avec l'ensemble de l'équipe soignante et des médecins consultants qui émettront un avis motivé sur une décision d'arrêt ou non des traitements, poursuit le CHU. Une fois cet avis émis, une décision médicale sera prise, et la famille en sera informée. Cette procédure est celle prévue par la loi "Leonetti" de 2005, rappelle-t-on.

L'équipe reprend tout depuis le début 

Dans le communiqué, l'établissement n'explique pas pourquoi l'équipe médicale a décidé d'initier une nouvelle procédure collégiale au lieu d'appliquer celle validée par le Conseil d'Etat et la CEDH, note-t-on. Vers midi, François Lambert, neveu du patient, favorable à l'arrêt des soins, s'est exprimé après sa rencontre avec l'équipe médicale. Il a expliqué cette nouvelle procédure par le départ, en septembre 2014, du Dr Eric Kariger, l'ancien chef de service, qui avait déploré avoir reçu des menaces de mort. Le Dr Simon reprend tout depuis le début au motif que "la décision, c'est un médecin individuellement qui la prend", a rapporté François Lambert devant les journalistes. Il a déploré ce choix, le jugeant ubuesque, hallucinant. Il y aura d'autres convocations de la famille, ce qui ne sert strictement à rien, a-t-il déclaré. Le Dr Simon, n'en fait pas mystère, elle veut aller vers un arrêt des traitements, a affirmé François Lambert, rapportant que l'état de Vincent Lambert serait fluctuant mais sans aucune amélioration. Tout en jugeant que la praticienne était très bien et en notant qu'elle avait parlé de façon convaincue de son métier, il a pointé un travers des médecins qui sont un peu paternalistes.

Le neveu de Vincent Lambert a donc supposé qu'après une nouvelle décision d'arrêt des traitements, les parents la contesteraient à nouveau devant le tribunal administratif et le Conseil d'Etat pour gagner du temps et seraient déboutés. La mère du patient, Viviane Lambert, a, elle aussi, pris la parole devant la presse mercredi. Elle a soutenu que Vincent Lambert n'est pas en fin de vie, et fait des progrès, assurant une nouvelle fois qu'il déglutit. Elle a accusé l'équipe médicale de faire preuve de maltraitance envers son fils, pointant l'arrêt des séances de kinésithérapie et d'installation dans un fauteuil médicalisé. Elle a rappelé son souhait qu'il soit transféré à domicile ou dans un autre établissement. L'équipe médicale a arrêté les séances de rééducation de Vincent Lambert après avoir constaté leur échec, rappelle-t-on. François Lambert a affirmé, citant l'équipe médicale, que l'installation de son oncle dans un fauteuil spécifique nécessiterait une opération de la hanche, ajoutant que cela n'est pas au programme.

Dans son communiqué, le CHU souligne que, depuis son admission dans l'établissement, Vincent Lambert fait l'objet d'une attention constante et soutenue de l'équipe médicale et soignante, répondant ainsi aux critiques des parents.


Source : infirmiers.com