GRANDS DOSSIERS

Faut-il tolérer le port de l'alliance ?

Publié le 18/03/2015

Sur son blog, Babeth, aide-soignante, partage les témoignages de soignants et patients qui ont constaté, voire subi des « Petites maltraitances ordinaires ». Dans son billet, elle partage ses réflexions sur le port de bijoux pendant le service...

Le port de l'alliance peut-il être toléré pendant le service ?

Comme tout le monde, j'ai fréquenté les hôpitaux. J'ai été la fille attristée, l'épouse inquiète, la mère affolée. J'ai été l'enfant terrorisée, l'adolescente désespérée, la parturiente douloureuse. Comme tout le monde, j'ai vu et entendu certaines choses. Certaines m'ont choquée, d'autres m'ont rassurée. Mais ce que j'ai vu et entendu, c'était avec mes yeux de patiente, ou de famille de patient. Avec des yeux pas très habitués. Avec des yeux qui ne voyaient que ce qu'ils voulaient voir. Avec des yeux voilés par l'inquiétude ou la douleur.

Hier, je suis allée aux urgences. Pas pour moi. La dernière fois que j'avais mis les pieds à l'hôpital de JolieVille, c'était pour aller voir Beau Papa. Il avait subi une banale opération, s'était chopé, en passant, une infection nosocomiale plutôt coriace, avait donc dû être ré-hospitalisé un certain temps, puis était parti en maison de repos, et, vingt-quatre heures après être rentré à la maison, affaibli mais heureux d'être enfin chez lui, avait fait une crise cardiaque et paf. Paf, ça veut dire qu'il est mort. Nous, on s'y attendait pas trop, vu qu'il avait quand même fait un joli bras d'honneur au staphylocoque doré qui avait essayé d'avoir sa peau. Alors forcément, le paf, on l'a moyennement encaissé. Mais c'était il y a presque deux ans. Hier, c'était pour tout autre chose, de beaucoup moins grave. Du coup, j'étais moins inquiète, moins affolée, moins désespérée. Et comme j'avais du temps devant moi, j'ai regardé.

J'ai regardé le ballet des soignants. Ils allaient et venaient d'un box à l'autre, souriaient, rassuraient un patient, brancardaient un autre. J'ai regardé les AS, les IDE, les médecins. J'ai regardé les stagiaires. L'aide-soignante qui brancardait portait un t-shirt à manches longues sous sa blouse. Un aide-soignant portait une veste sur sa blouse. Une infirmière portait des bagues à chaque main et une montre au poignet. Une autre avait les cheveux détachés. Une aide-soignante portait de jolis bracelets. Une stagiaire infirmière portait une montre au poignet et des bagues. Une aide-soignante, une seule, avait les cheveux courts et ne portait ni montre ni bijoux. Une infirmière sortait d'un box avec ses gants, allait demander un truc à un collègue et rentrait dans un autre box. Avec les mêmes gants. Je regardais tout ça, et je pensais à une discussion que j'avais eue avec une collègue il y a quelques jours. Celle-ci m'expliquait que dans cet hôpital, les soignants avaient le droit de garder leur alliance pendant le service, sauf au bloc. Quand j'avais demandé pourquoi cette tolérance, elle m'avait répondu que vu que c'était un bijou lisse, ça ne craignait rien. J'avoue que ça ne collait pas avec mes cours, mais bon, la collègue en question est aide-soignante depuis dix ans, et moi je débute à peine, alors bon...

Hier, en rentrant à la maison, j'ai repensé à cette discussion, à mes cours de DEAS (Diplôme d'État d'Aide-Soignant ), et à mon-père. Alors j'ai posé la question sur Twitter, pour voir comment ça se passait ailleurs. Et j'ai cherché des réponses. J'ai trouvé ça. En cherchant encore, j'ai trouvé plein d'autres documents. Chercher m'a pris quelques secondes, trouver m'a pris quelques minutes. Ce n'était pas du temps perdu, mais du temps gagné. Pour moi et pour mes futurs patients.

Je ne fais pas d'amalgame entre l'infection nosocomiale et la mort de mon beau-père. Le médecin urgentiste nous a dit que ça n'était pas lié, je l'ai cru. Il nous a aussi dit qu'il avait très bien pu contracter son staphylocoque doré ailleurs qu'à l'hôpital. Je l'ai cru. Et de toute façon, je ne peux pas le vérifier. Par contre, le port de l'alliance toléré car c'est un bijou "lisse" non porteur de germes... ça, je n'y crois plus.

Babeth  Aide-soignante

Ce billet a été publié sur le blog « Petites maltraitances ordinaires » le 1er mars 2015 par Babeth que nous remercions de cet échange.


Source : infirmiers.com