AU COEUR DU METIER

Six nouvelles plaintes de l'ONI pour exercice illégal infirmier au bloc

Publié le 19/06/2014

Six établissements de santé sont visés par une plainte de l'Ordre National des Infirmiers pour exercice illégal de la profession infirmière au bloc opératoire.

Exercice illégal infirmier au bloc : six établissements pointés du doigt

Mise à jour du 20 juin 2014 : Dans un communiqué, l'Union Nationale des Associations d'Infirmiers de Bloc Opératoires Diplômés d'État (Unaibode) et l'Association des Enseignants des Écoles d'Infirmiers de Bloc Opératoire (AEEIBO) précisent que à plusieurs reprises, elles ont alerté la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, et son cabinet sur la question de la sécurité des blocs opératoire, dont les infirmières de bloc sont un des acteurs essentiels. [...] Les deux organisations, qui soutiennent l'action de l'Ordre Infirmier dans ce domaine, n'ont à ce jour reçu le moindre signe de la part du Ministère. Faudra-t-il que des Evénements Indésirables Graves éclatent au grand jour dans un hôpital ou une clinique pour qu'on s'en préoccupe enfin ?

Dans un communiqué daté du 19 juin 2014, l'Ordre national des infirmiers (ONI) a annoncé avoir déposé six nouvelles plaintes pour exercice illégal de la profession infirmière en bloc opératoire. Des personnels non diplômés et non qualifiés (techniciens de surface, aides-soignants...) remplissaient des fonctions réservées par la loi aux infirmiers au sein de blocs opératoires de six établissements de santé, selon l'ONI (cf. encadré). Rappelons qu'en mars 2011 et juillet 2012, l'Ordre infirmier avait déjà dénoncé de telles pratiques au sein de cinq autres établissements. Cinq plaintes avaient ainsi été déposées, dont trois ont donné lieu à l'ouverture d'une information judiciaire. Par ailleurs, lors du Salon Infirmier 2012 , l'Union Nationale des Associations d'Infirmiers de bloc opératoire Diplômés d'État (Unaibode) avait elle aussi alerté -faisant la une du Parisien- le ministère des Affaires sociales et de la Santé sur ces pratiques à risques pour le patient.

La sécurité et la qualité des soins compromises

Dans un reportage, diffusé par Itélé le 19 juin 2014, un infirmier travaillant dans une polyclinique de Bar-le-Duc témoigne de ces situations pouvant avoir des conséquences dramatiques. Il cite notamment des erreurs de côté en intervention, des oublis de compresse, des malades tombés par terre pour lesquels on n'a rien noté, autant de gestes qui nuisent à la qualité et à la sécurité des soins ! Didier Borniche, président de l'Ordre infirmier souligne dans son communiqué que l'Ordre infirmier a été créé pour garantir la qualité des prises en charge et la sécurité des patients. Il est de notre devoir de remplir cette mission de lanceur d'alerte quand les Français sont pris en charge dans des conditions qui les mettent en danger. Notre système de santé est précieux : le préserver doit être une responsabilité collective ! Et d'ajouter pourtant, Marisol Touraine, ministre de la Santé, a encore récemment menacé de rendre l'adhésion à l'Ordre facultative pour les infirmiers, voire de supprimer cette instance ! Une telle mesure reviendrait de fait à supprimer purement et simplement la seule organisation de régulation et de contrôle de la profession. Un récent sondage Ipsos montre que pour 98% des Français, la sécurité des soins est une préoccupation majeure. Face à des cas dramatiques et dangereux contre lesquels nous luttons, nos missions leur apparaissent essentielles : ils sont 89% à s'opposer à la suppression de l'Ordre et 94% à soutenir l'inscription obligatoire. Une dérégulation de la santé ne peut certainement pas être acceptée. Madame Touraine doit porter l'intérêt général et ne pas céder à une posture idéologique dangereuse.

Lors de la présentation des orientations de la loi de santé, ce jeudi 19 juin 2014, Marisol Touraine n'a rien dit sur le sujet.

Les plaintes déposées par l'Ordre infirmier

Les plaintes déposées le 19 juin 2014 par l'Ordre national des infirmiers concernent des pratiques dans les établissements suivants :

  • Clinique Fontvert à Sorgues (84)
  • Clinique St Gatien à Tours (37)
  • Centre Hospitalier de Saint-Palais (64)
  • Clinique Ambroise Paré à Beuvry (62)
  • CHU de Rennes (35)
  • Clinique de Villeneuve sur Lot (47)

En 2012, les plaintes déposées concernaient les établissements suivants :

  • CH du Thann (68) (information judiciaire ouverte)
  • Polyclinique du Parc à Bar le Duc  (55) (information judiciaire ouverte)
  • CH de Castelsarrazin-Moissac à Montauban (82) (information judiciaire ouverte)
  • Clinique Mathilde à Rouen (76)
  • CH du Pays d'Olmes à Foix (09)

Aurélie TRENTESSE Rédactrice Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com


Source : infirmiers.com