AU COEUR DU METIER

Coup de gueule – Des soignants lyonnais épuisés

Conditions de travail délétères, baisse du pouvoir d'achat... Les soignants du service gériatrique de l'hôpital Edouard Herriot sont épuisés et ils le font savoir par le biais de ce "coup de gueule" qui restera anonyme...

fatigue surmenage infirmière

A Lyon, les soignants en gériatrie sont exténués

Je suis actuellement infirmier dans un service de court séjour gériatrique à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon. La gériatrie est un choix pour moi, car je trouve que c'est une médecine d'adaptation. J'y suis donc très attaché ainsi qu'aux valeurs du service public. Notre service est composé de 28 lits dont 5 lits scopés. En ce qui concerne les effectifs, nous sommes deux infirmiers le matin et le soir et un infirmier de journée pour les entrées et sorties. Nos patients sont polypathologiques et se retrouvent avec des problématiques du grand âge : retour à domicile impossible, insuffisance cardio-pulmonaire, infarctus du myocarde... Bref, ils sont en pertes d'autonomie et notre pratique se rapporte parfois plus à un service de réanimation...

Mon service a déménagé de l'hôpital gériatrique Antoine Charial (Lyon) pour se rapprocher des plateaux techniques et assurer un service de proximité pour les patients âgés de l'agglomération lyonnaise. Ce projet a été porté par une équipe professionnelle et motivée. Ce changement d'établissement permet en effet aux patients d'avoir accès à un réel service public adapté à leur pathologie. Mais nos conditions de travail se sont dégradées... Depuis ce déménagement, nous sommes amputés d'un temps plein infirmier alors que le nombre de patients accueillis n'a pas changé.

Nous nous retrouvons à faire du brancardage et à préparer quotidiennement les vingt-huit piluliers de nos patients. A l'hôpital Antoine Charial, cette tâche était confiée à une préparatrice en pharmacie. De plus, nos chariots sont totalement inadaptés à notre activité. Ils sont neufs, mais trop petits en hauteur et en largeur pour le personnel, ce qui fait que nous sommes voûtés sur notre chariot de soins. Nous avons essayé de les échanger avec d'autres services, mais lorsqu'ils les voient ils n'en veulent pas ! L'armoire à pharmacie se situe dans la salle de soins et l'infirmier de journée y prépare les piluliers en plus de s'occuper des entrées et sorties des patients. Cela rend sa pratique dangereuse, car c'est un lieu de passage, d'échange, de rangement, où le téléphone ne cesse de sonner. Précisons également qu'un médecin et une infirmière sont déjà en burnout  sans que la direction ne se préoccupe du personnel restant.

Un pouvoir d'achat en baisse

Depuis 1993, le décret n° 92-93 du 19 janvier 1983 prévoit le versement d'une prime appelée "NBI" pour nouvelle bonification indiciaire pour le personnel de gériatrie. Cette prime, réservée pour les services de long séjour et cure médicale (devenus depuis soins de suite et de réadaptation), avait été étendue aux services de court séjour gériatrique pour compenser la charge de travail. C'était la pratique institutionnelle depuis 20 ans d'étendre cette prime à l'ensemble du personnel gériatrique. Mais à partir du 1er juillet 2014, la direction des Hospices Civils de Lyon a décidé de ne plus verser cette prime sous prétexte qu'il s agissait d'une erreur. Les équipes de gériatrie ont été au courant par simple courrier adressé à leur domicile leur indiquant qu'ils se verraient amputés de 46 euros sur leur pouvoir d'achat...

Nous nous sentons méprisés par une direction autocrate qui ne prend même pas le temps de venir informer ses équipes. Cette perte de pouvoir d'achat et la dégradation de nos conditions de travail est intolérable et des actions sont en cours, à l'initiative des syndicats. Un préavis de gréve est déposé par Force Ouvrière le 1er juillet 2014.

Creative Commons License

Publicité

Commentaires (5)

chenille bleue

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#5

et cela fait tâche d'huile

Nous aussi, nous sommes concernés . Il est pourtant spécifié dans le décret que cela est attribué aux personnels qui travaillent auprès des personnes n'ayant pas leur autonomie de vie. Ce qui est largement notre cas. Démotivant au possible !

spot2001

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#4

c'est la loi

Les texte de loi prévoient l'attribution de la NBI pour un certain type de service "lourd", et la description faite laisse penser que ce n'est pas le cas puisque ça a l'air d'être un service de jour ( vous ne parlez pas d'équipe de nuit)?
Pour les chariots, s'il s'agit de ceux avec PC, il y en a plusieurs types, ils sont choisis par les équipes ailleurs, pourquoi vous auraient-ils été imposés?
Et pour la préparation des piluliers, ne peut-elle pas être fait à un autre moment? Les entrées et sorties ne se font pas tout le temps?

qualité de soin

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

refusez l'inacceptable!

effectivement le coup de gueule ne suffit pas il faut que les salariés/agents s'organisent pour défendre leurs conditions de travail, la qualité de la prise en charge des patients, leurs salaires et les luttes doivent être convergentes Il n'y a pas que les infirmières qui sont sacrifiées sur l'autel des politiques libérales, politiques qui ont pour but de donner le secteur de la santé comme d'autres en pâture aux profiteurs.et pour se faire qui cassent le service public Les aides soignantes les agents hospitaliers les secrétaires les agents d'entretien, patients .... Refusez l’inacceptable! Organisez vous et luttez!

julyinf

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#2

battez vous

Je suis d'accord, tout ce grapillage est honteux, il faut quand même avoir en tête que les HCL (les dirigeants) ont gaspillé l'argent publique pendant des années pour leurs profits personnels , mais aussi en quantité de personnel inutilement, Maintenant ils sont pointé du doigt et cherchent par tous les moyens à remonter la pente avec des économies de bout de chandelles. Ainsi va la vie ces personnes qui ont gaspillé pendant des années n'ont aujourd'hui aucune baisse du pouvoir d'achat, pas de dégradation de leurs conditions de travail, pas à supporter les collègues épuisés par des retours sur leur repos enfin bref ...

Continuez l'action de tout coeur avec vous

noursy

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

NBI gériatrie

C'est honteux, ils cherchent à grappiller partout ! :-(