AU COEUR DU METIER

Edito - Pour « revenir », ensemble c'est tout !

par .

Cet article fait partie du dossier :

Compétences infirmières

La photographe Sylvie Legoupi nous plonge une fois encore dans l'univers du soin le plus authentique. C'est au coeur d'un centre de rééducation fonctionnelle, le Normandy, à Granville, qu'elle a saisi le retour à la vie de personnes victimes "d'accident" ; un retour à une vie différente de celle d'avant, accompagné et encouragé par des soignants pour qui la relation de confiance est l'un des éléments clés de ce qui constitue le plus souvent un défi…

Revenir… oui, le reportage audio-photographique de Sylvie Legoupi nous parle de retours. Revenir à la vie active, retrouver une vie sociale, professionnelle, familiale…et pour ce faire, se reconstruire, se réparer. Reinventer son image corporelle après qu'un accident l'ait irréversiblement modifiée… Admettre que l'on vivra différent d'avant, diminué de soi-même, parfois appareillé… Revenir à la vie après un temps de coma… Réapprendre à marcher, à parler, à se nourrir, retrouver la mémoire… Récupérer son autonomie progressivement, avec courage et détermination, avec espoir ou fatalisme, dans son entier ou morcelée… Agir, souffrir, se battre, gagner mais pas toujours… le défi de la rédaptation fonctionnelle.

  • Centre de rééducation fonctionnelle Normandy
  • Centre de rééducation fonctionnelle Normandy

Des fois, on ne se rend pas compte de l'épreuve que les personnes traversent...

Ces combats, la photographe nous les montre. Des combats âpres et douloureux, installés dans le temps d'un service de réadaptation fonctionnelle ou de neurologie. Des combats partagés et vécus avec des équipes soignantes au plus près des besoins des patients. Des combats qui se gagnent à deux avec patience, pugnacité et volonté de s'en sortir. Pour les soignants, un souci d'accompagnement quotidien. Les personnes blessées dans leur corps savent que revivre comme avant sera impossible. Il y a le temps du deuil de soi et le temps de l'acception d'être autrement et de devoir vivre avec, amputé d'un bras, d'une jambe, d'un pied, substitué par une prothèse… La capacité d'adaptation de lêtre humain est parfois spectaculaire... raconte en substance un soignant.

  • Centre de rééducation fonctionnelle Normandy
  • Centre de rééducation fonctionnelle Normandy

Faire face à une épreuve de vie qui vous enlève une partie de vous-même demande de se surpasser.

Pour les patients victimes d'accident de la vie, ce sont de longs séjours hospitaliers et de rééducation qui s'imposent, des vies mises entre parenthèses, loin du quotidien d'avant perçu alors comme si rassurant. Les habitudes de vie sont brisées, il faut pouvoir l'accepter et imaginer un autre demain. Etre aussi à l'épreuve de la patience, où les séjours s'éternisent parfois faute d'améliorations… Lors des prises en charge initiales, on entend souvent les patients, blessés corps et âme, dire qu'ils auraient préférer mourir. Des semaines plus tard, on les retrouve riches de nouvelles compétences, de nouveaux schémas corporels, de nouvelles perspectives de vie… et pas de survie. Faire face à une épreuve de vie qui vous enlève une partie de vous-même demande de se surpasser. souligne une soignante. Bien sûr, pour certains, c'est plus dur, notamment quand la récupération n'est pas - et ne sera pas - malgré les efforts mutuels au rendez-vous.

  • Centre de rééducation fonctionnelle Normandy
  • Centre de rééducation fonctionnelle Normandy

Chez les personnes en réveil de coma, on sait que la progression vers la récupération est très lente et qu'elle peut également s'arrêter pour ne plus progresser...

Ces prises en charge, ces synergies soignants/soignés, sont de l'ordre du sur-mesure, de programmes accompagnés et contenants avec comme arme première la confiance partagée. C'est une chance que de pouvoir accompagner des personnes dans des situations aussi difficiles. On doit faire alliance, pour grandir ensemble, aller vers de petites victoires pour en envisager de plus grandes. Chez les personnes en réveil de coma, on sait que la progression vers la récupération est très lente et qu'elle peut également s'arrêter pour ne plus progresser... nous dit un soignant.

Voilà ce qui est dit et montré dans ce très riche travail audio-photographique, qui mêle, une fois encore, empathie, délicatesse, authenticité et souci de l'autre (cf. encadré L'oeil humaniste de Sylvie Legoupi...). Le retour à la vie s'y exprime avec force, servi par autant d'images et de témoignages qui rendent hommage à la fois au combat courageux des patients et à l'engagement des soignants à les aider à vaincre. Pour un meilleur à venir.

Regarder le reportage audio photographique Revenir de Sylvie Legoupi

L'oeil humaniste de Sylvie Legoupi...

Rappelons-le, la photographe s'est en effet déjà interessée à ces unités hospitalières "sensibles" telles que la néonatologie, les soins palliatifs ou l'hématologie où le rapport à l’autre - ou plutôt le souci de l’autre qui est le propre de notre humanité – prend tout son sens car aucune autre profession que celle de soignant n’impose une telle proximité quotidienne avec le corps souffrant de l’autre. Plus récemment, elle nous montrait ce qui nous est rarement donné à voir avec autant de justesse, et force de détails, la confrontation à la mort de l'autre, cet autre qui nous ressemble, cet autre qui vit ses derniers moments avec ses propres ressources, apaisé ou angoissé, accompagné des siens ou isolé socialement. Le dernier travail de Sylvie dont nous avons parlé était dédié aux chambres mortuaires, sujet qu'elle abordait avec la même subtilité, celle du travail d'un photographe qui réside dans ce qu'il nous montre et ce qu'il ne nous montre pas, tout en respectant infiniment son sujet.

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)